Catégorie : Histoire

Rappelons, tout d’abord, les circonstances dans lesquelles les Albret avaient dû quitter Meilhan dont ils étaient probablement seigneurs depuis la fin du XIIe siècle. Au cours de l’hiver 1250 Amanieu VI (1240-1270) était entré en rébellion contre Simon de Monfort, lieutenant du roi d’Angleterre, Henri III, mais, le 25 mai 1251, à Couthures, il conclut un accord avec lui, en fait une capitulation.
Malgré la présentation qu’en a fait l’abbé Barrère , le responsable du bullaire est mal connu. Certes, Johannes Valerii se définit lui-même au début du bullaire comme clerc, notaire, originaire d’Ivrée et Piémontais, procureur et vicaire de Marc-Antoine de la Rovère, évêque et comte d’Agen pour lever tous les revenus de l’évêché qu’il a obtenu avec l’accord du Roi de France par la résignation de son oncle le cardinal Léonard de la Rovère, décédé à Rome le 28 septembre 1520, mais cela n’en dit pas très long sur son parcours.
Accès à la publication Recueil d'articles de Pierre Carlier
Conçu en hommage au Professeur Pierre Carlier, disparu il y a 10 ans, ce volume est la réédition de 31 de ses principaux articles. Y sont représentés les grands thèmes de sa recherche (menée entre 1977 et 2010), entre monde mycénien et Grèce classique, avec, particulièrement, l’étude des royautés grecques et la pensée politique.
De Pénélope attendant Ulysse durant vingt années, à Marthe, femme de soldat qui succombe à l’infidélité dans le Diable au Corps de Raymond Radiguet, les femmes confrontées à l’absence de leur conjoint constituent une figure littéraire récurrente. Entre l’épouse vertueuse érigée en modèle et la femme adultère source de scandale, il existe bien des nuances qui incitent à dépasser cette approche réductrice.
La pharmacopée antique regorge de produits destinés à prévenir ou soigner la foule de maux, – fatigue et faiblesse, troubles de la vision et de l’équilibre, nausées et vomissements, maux de tête, etc. –, qui s’annoncent à ceux qui abusent de vin.
Si l’empereur Julien (332-363) préconisait la frugalité dans l’alimentation, et la considérait comme une des vertus du bon empereur (Éloge de l’empereur Constance, 10d-11a ; Misopogon, 340b-c), il n’en allait pas de même dans la haute société de l’Empire romain, où la pratique des banquets fastueux correspondait sans aucun doute à un marqueur social.
« Comment l’homme », écrivait Michel Meslin en ouverture d’un livre sur la fête des calendes de janvier à Rome « ne chercherait-il pas à régénérer ce temps qui vient, pour qu’il lui apporte mieux, et plus qu’avant, ce qu’il souhaite au plus profond de son désir ? (…)
Dans les sociétés de l’Antiquité gréco-romaine, le parfum joue un rôle important aussi bien lors des fêtes que dans la vie quotidienne. Mais il convient d’abord de préciser que les parfums antiques sont bien différents des parfums modernes.
« Mais pourquoi n’invites-tu pas aussi les spectateurs ? – Ma parole, nous n’avons pas l’habitude, eux et moi, d’échanger des invitations. Mais si vous voulez bien applaudir et donner votre agrément à notre troupe et à la pièce, je vous inviterai pour demain »
Appréhender le monde ludique de l’enfance n’est pas une tâche facile. L’âge adulte nous éloigne des jeux qui rythment les premières années de vie et en efface parfois les clefs de compréhension. La difficulté s’amplifie lorsqu’il s’agit d’étudier les jeux des enfants dont 2 500 ans nous séparent.
Il y a une fête ce soir, chez un jeune poète qui célèbre la première de sa première tragédie. Un franc succès, paraît-il ! Il a invité des amis, mais des amis d’amis vont sans doute se joindre à cette joyeuse compagnie. Tous des hommes, cela va sans dire.
Retour haut de page
Aller au contenu principal