UN@ est une plateforme d'édition de livres numériques pour les presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine

Catégorie : Histoire

À la Renaissance, la science dermatologique est inexistante et la peau n’est perçue qu’à l’œil nu. C’est seulement au XVIIe siècle que le Bolonais Marcello Malpighi effectuera des coupes histologiques et le Néerlandais Govert Bidloo des observations au microscope.
On se propose d’étudier les métaphores du vêtement relatives à la peau dans l’Antiquité romaine, depuis le IIe siècle a.C. jusqu’au IIe siècle p.C. On peut s’étonner au premier abord de voir des métaphores s’appliquer à un objet aussi familier, alors que
Les deux versets 23 et 24 du chapitre 19 de l’évangile de Jean sont riches d’un potentiel de réflexion métaphorologique sur le vêtement. L’événement relaté par l’évangéliste intervient juste après la crucifixion
Il m’a été donné de présenter quelques remarques sur des textes gnostiques anciens afin d’éclaircir une parole énigmatique attribuée à Jésus, conservée dans un évangile apocryphe copte, l’Évangile selon Philippe, logion 24
Dans l’histoire de la métaphore du corps comme manteau de l’âme, l’œuvre de Philon d’Alexandrie constitue une étape importante. Elle représente, en effet, un jalon dans l’évolution de la tradition platonicienne
Que cela soit d’un point de vue littéraire ou iconographique, la représentation des chaussures dans l’Antiquité exprime métaphoriquement des thèmes liés à la mobilité, à la transition, à la transformation
This chapter explores the clothing metaphor in Roman epic through the use of the Latin verb induo, -ere. The verb induere, meaning ‘to put on an article of dress or ornament’ – like its Greek equivalent ἐνδύω – often appears in metaphorical contexts
Au cours du voyage aller qui emmène les Argonautes en quête de la Toison d’or d’Iolchos vers la Colchide, pendant l’épisode qui se déroule dans l’île de Lemnos et qui, à bien des égards, contient en germe la suite de l’épopée
L’analogie entre texte et tissu est ancienne, comme en témoigne l’étymologie du mot “texte”, du latin textus, qui signifie “tissage”.
Dans la comédie ancienne, les vêtements constituent un élément indispensable de la mise en scène et du jeu des acteurs : costumes et accessoires (masques, rembourrages, phallus postiches) devaient permettre aux spectateurs d’identifier immédiatement les personnages sur scène et de reconnaître leur nature comique.
Les références à l’Antiquité grecque et romaine se font très présentes dans la création des artistes plasticiens. Il s’agit d’un phénomène de reprise qui n’est pas seulement européen, comme pourrait a priori le laisser penser une longue tradition culturelle.
This paper explores the notion of enveloping death through the use of metaphorical as well as literal “wrappings” in Euripides’ Heraklēs.
Retour en haut
Aller au contenu principal