Auteur : Antoine Jayat

UMR 5607 Ausonius,
Institut de recherche sur l’Antiquité et le Moyen Âge
Université Bordeaux Montaigne
8 Esplanade des Antilles, F-33600 Pessac
antoine.jayat@gmail.com

Formé aux langues anciennes, à la philologie et à l’histoire des textes, Antoine Jayat achève actuellement sa thèse sur Cassius Dion, historien romain d’expression grecque du IIIe s. ap. J.-C.

Ancien élève de l’École normale supérieure (ENS) de Lyon et agrégé de lettres classiques, il a choisi de faire porter ses recherches sur l’édition de textes anciens (ecdotique) et sur les historiens grecs de Rome (Denys d’Halicarnasse, Cassius Dion), chez qui il étudie la représentation du pouvoir (Romulus, Numa Pompilius, César).

• Publications

Antoine Jayat et Stavroula Kefallonitis, “Législateurs grecs et romains chez Denys d’Halicarnasse”, Cahiers des études anciennes, Figure(s) du législateur : la parole de l’expert dans la littérature antique, LVII | 2020-1, 77-89.

Antoine Jayat, “La première apparition d’un ‘caméléopard’ à Rome en 46 a. C. : une surprise politique et littéraire entre dictateur et spectateurs, auteur et lecteurs”, in : Actes de la journée d’étude “Surprendre”, Bordeaux, 2019.

Communications

Antoine Jayat, “Numa Pompilius dans les Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse : le législateur dans l’ombre du fondateur”, in : Séminaire “Figure(s) de législateur”, organisé par Catherine Psilakis, Centre Jean Pépin, Villejuif, (6 mars 2018).

Antoine Jayat, “Le Dictateur et la Ville. L’Vrbs sous la ‘monarchie césarienne’ chez Cassius Dion”, in : Journée d’études “Représenter la ville dans les textes anciens”, laboratoire PREUX, ENS de Lyon (7 octobre 2016).

 
Accès livre PrimaLun@_7 Vini, vidi, scripsi
Après sa victoire, à Thapsus (6 avril 46 a.C.), sur les forces pompéiennes en Afrique, C. Iulius Caesar marque une étape supplémentaire dans son statut de vainqueur des guerres civiles, qui sera parachevé avec la victoire de Munda l’année suivante (17 mars 45 a.C.).C’est après Thapsus que l’on place traditionnellement le début d’une période que l’on a longtemps appelée la “monarchie césarienne”, car le pouvoir de César est désormais sans partage.
Retour haut de page
Aller au contenu principal