Auteur : François Malrain

Inrap,
base archéologique de Passel
F-60410 Passel
Francois.malrain@inrap.fr
0000-0002-1638-2985

nuage de mots Malrain

François Malrain a soutenu une thèse de doctorat intitulé « Fonctionnement et hiérarchies des fermes dans la société gauloise du IIIe siècle à la période romaine : l’apport des sites de la moyenne vallée de l’Oise », sous la direction d’O. Buchsenschutz (CNRS-ENS) en décembre 2000 à l’Université de Paris I. Puis en janvier 2021 à l’Université de Paris 1, il soutient son HDR : « les trajectoires contrariées des domaines ruraux du second âge du Fer en Gaule septentrionale » sous la direction de F. Giligny (Professeur, Université de Paris 1).

Il est actuellement ingénieur de recherche à l’Inrap, Responsable d’opération catégorie 5 depuis 1994, spécialiste des âges du Fer et membre de l’UMR 8215 Trajectoires, de la sédentarisation à l’état.

La Protohistoire récente, période comprise entre le Ve s. et la fin du Ier s. av. n.è. correspond à une étape charnière dans l’évolution des sociétés protohistoriques. Une nouvelle forme d’exploitation agricole, caractérisée par un enclos délimité par un fossé fortement ancré dans le sol, va rapidement se développer sur la majeure partie du territoire celtique, de l’Europe de l’est jusqu’aux confins des îles britanniques. Cette étape importante du développement des sociétés hiérarchisées complexes a conduit au développement urbain. Elle s’accompagne d’impacts sans précédent sur l’environnement, qui en retour joue un rôle accru dans la configuration des campagnes car le tissu rural s’étend désormais à l’ensemble des milieux naturels. Les rythmes de création et d’abandon des établissements agricoles, les pratiques agraires, les productions, les relations à l’environnement et in fine la place des campagnes protohistoriques dans l’évolution des sociétés incarnent les questions vives qui animent ma recherche.



Bibliographie

156 publications au total, dont 20 ouvrages, 32 au sein d’actes de congrès/colloques internationaux à comité de lecture, 21 publications dans des revues à comité de lecture, 56 publications à diffusion réduite et documents finaux de synthèse, 27 articles dans des catalogues d’expositions ou publications grand-public.

Avec la prise en compte des restes animaux et végétaux dans l’étude globale des gisements archéologiques, et le développement des disciplines qui s’y intéressent, les corpus de données archéozoologiques et carpologiques se sont considérablement étoffés ces dernières années.
En moins d’un siècle, les exploitations agricoles qui ont conquis des espaces sur le milieu naturel se sont érigées en domaines constitués de plusieurs cellules. Cette organisation de l’habitat a été favorisée par le développement de la métallurgie qui a permis l’appropriation de nouvelles de terres (outils).
Retour haut de page
Aller au contenu principal