Auteur : Maria Stella Busana

Piazza Capitaniato 7,
Padova (Italia)
mariastella.busana@unipd.it
0000-0001-8355-8453

nuage de mots Busana

Depuis le 1er mai 2017, suite à la procédure d’évaluation comparative (DR 2324-320021 du 26/09/2016), Maria Stella Busana est professeur associé en archéologie classique (L-ANT / 07) au Département du patrimoine culturel de l’Université de Padoue.

Le 31 octobre 2018, elle a obtenu la qualification scientifique nationale de professeur d’université dans le secteur de l’archéologie classique avec jugement unanime de la commission.

Depuis 2008, elle est membre du corps enseignant de l’École doctorale «Histoire, critique et conservation du patrimoine culturel». Depuis 2016, elle est directeur adjoint de l’École de Spécialisation en Patrimoine archéologique. Depuis 2013, elle est responsable d’un flux Erasmus avec l’Université d’Aix-Marseille. Depuis 2017, elle est responsable d’un flux Erasmus avec l’Université de Rouen (France). Entre 2006 et 2018, elle a dirigé une centaine de thèses, 5 thèses de spécialisation et 4 thèses de doctorat. Depuis 2014, elle est membre du conseil d’administration de CIBA – Centre Interdépartemental pour le patrimoine culturel de l’Université de Padoue. Depuis 2016, elle est membre du CIRGEO – Centre de recherche interdépartemental en cartographie, photogrammétrie, télédétection et S.I.T. de l’Université de Padoue Depuis 2017, elle est membre du centre de recherche HIT – Human Inspired Technology de l’Université de Padoue. Depuis 2017, elle est codirectrice de la série Quaderni di Antenor (Département du patrimoine culturel-Université de Padoue) (depuis 2012 au sein du comité scientifique).

Elle est Reviewer pour les magazines Aquileia Nostra et Anales de Arqueología Cordobesa.

Du 1er au 30 novembre 2018 et du 1er au 30 avril 2019, elle a été chercheuse invitée à l’Université de Cambridge – Mc Donald Insitute for Archaeological Research.

Depuis 2005, elle mène une intense activité d’enseignement au Département du Patrimoine Culturel de l’Université de Padoue où elle enseigne les disciplines suivantes  :

– “Archéologie romaine” ;

– “Archéologie romaine: économie et société” ;

– “Archéologie romaine” pour l’École de Spécialisation en patrimoine archéologique.

L’activité de recherche est principalement orientée vers l’archéologie romaine. Il se déroule à la fois par des analyses théoriques et des élaborations sur divers problèmes historico-archéologiques et par la coordination de projets de recherche, et enfin par l’organisation et la gestion d’enquêtes de terrain (fouilles et reconnaissance), principalement destinées à examiner les problèmes de peuplement, architecturaux et économiques. Ses recherches se caractérisent par une approche interdisciplinaire, réalisée grâce à des collaborations avec des spécialistes de différents domaines scientifiques, pour l’application de nouvelles méthodologies et technologies à des fins de recherche et de valorisation et pour la création d’un vaste réseau de partenariats scientifiques avec des institutions de recherche italiennes et des étrangers.

À ce jour, l’activité de recherche a abouti à environ 140 publications, dont trois ouvrages monographiques (un quatrième est sous presse), sept volumes soumis à des soins éditoriaux, de nombreuses études ciblées et des rapports de fouilles. Il a participé à plus de 55 conférences nationales et internationales, en Italie et à l’étranger et a organisé de nombreux ateliers, conférences et écoles d’été.

L’archeologia tessile si occupa della produzione di tessuti ottenuti intrecciando fibre di origine vegetale, animale o minerale, a mano o con l’ausilio di strumenti: una delle prime forme di tecnologia artigianale sviluppate dall’uomo per un’innumerevole quantità di funzioni. Campi di interesse sono le tecniche di produzione a partire dal reperimento delle fibre fino alla realizzazione del prodotto finito, alla sua eventuale commercializzazione e al suo consumo.
Retour haut de page
Aller au contenu principal