Auteur : Maryse Dennes

Maryse Dennes est Docteur en philosophie et Professeur émérite des Universités (Université Bordeaux Montaigne). Professeur de russe, elle a été directrice du département d’études slaves de l’Université Bordeaux Montaigne de 1999 à 2008, où elle a enseigné la langue, la littérature, l’histoire et la culture russes. Elle est membre du laboratoire CEMMC (Centre d’Etudes des Mondes Modernes et Contemporains) de l’Université Bordeaux Montaigne. Dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) elle a organisé de grands colloques internationaux et dirige actuellement la collection « Russie Traditions Perspectives » (RTP) des éditions de la MSHA. Dans le domaine de la philosophie russe, elle a publié plusieurs livres (monographies et ouvrages collectifs) et de nombreux articles.

Dans le domaine artistique, Maryse Dennes est poète et dramaturge. Elle a obtenu, en 1985, le Prix du meilleur manuscrit et grand Prix de poésie de la Mairie de Paris (XVIème arrondissement) ; en 1988, le Grand prix de poésie de la Mairie de Paris (XVIème arrondissement) ; en 1991, le Prix Georges Bastide de l’Académie des Science, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse. Elle a été nommée Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques (2003) et Officier dans l’Ordre des Palmes académiques (2014). Elle est l’auteur de plusieurs recueils de poésies, publiés aux éditions Saint-Germain des Prés : Transparences (1977) ; Silences, suivi de quelques résurgences (1981), Dieecar ou le retour de Marie,suivi de Neiges, Pierres et feux (1982) ; Passage (1985). En 2013, elle a publié le recueil Lieux (Paris, éditions Janus). Elle a publié de nombreuses poésies dans différentes revues. Dans le domaine théâtral, elle a écrit plusieurs pièces : Version théâtrale de « Diecaar ou le retour de Marie » ; La Statue de Dom Juan ; Marie-Eli-sabeth ; La robe et la rose ; L’enfant et les douze étoiles. Elle a écrit et mis en scène une Version poétique et théâtrale de la Passion selon St Marc (Anglet (église St Léon), en 1982, et à Toulouse (La Dalbade), en 1983.

Vernadsky, membre de l’Académie des Sciences de Russie, est à l’origine d’une nouvelle conception de la matière vivante. Dans ce livre nous avons comme objectif à la fois de l’expliquer et d’en déceler toute l’actualité. Nous montrerons en particulier comment, travaillant en Russie et en France dans les années 1920, Vernadsky a transformé cette conception en véritable paradigme scientifique ayant une portée générale et révolutionnaire. S’appuyant sur une nouvelle forme de géocentrisme, il a donné les bases d’une cosmologie biosphérique qui exige un changement de la vision du monde habituelle, une nouvelle appréhension de la vie et de la place de l’homme dans l’univers.
Retour haut de page
Aller au contenu principal