Editeur : Presses universitaires de Bordeaux

Les Presses universitaires de Bordeaux sont une maison d’édition publique créée en février 1983 dont les locaux sont situés à l’Université Bordeaux Montaigne. Première structure éditoriale au sein de l’université, elles perpétuent une tradition centenaire d’édition universitaire bordelaise connue internationalement pour des revues comme le Bulletin hispanique ou les Cahiers d’Outre-mer. La politique éditoriale des PUB est initiée par la directrice et le comité éditorial dont les dix-sept membres sont issus des différentes universités aquitaines.

Cette politique s’articule autour des collections. Actuellement le catalogue des Presses universitaires de Bordeaux comprend 900 titres répartis en une quarantaine de collections portant essentiellement sur les lettres, les langues et les sciences humaines. La création et l’existence de certaines collections, surtout en sciences sociales, en sciences politiques, économiques et juridiques, soulignent l’importance des liens développés depuis des décennies avec les autres universités bordelaises. Les PUB ont privilégié la diffusion en librairie en choisissant l’Association française des presses d’université-Diffusion — 5 représentants sur toute la France — qui s’appuie sur la SODIS, le distributeur des éditions Gallimard. Depuis quelques années une politique de publication et de diffusion en ligne a été mise en place.

Les versions numériques des ouvrages et des revues des PUB sont désormais disponibles, aussi bien sur le site des PUB que sur des portails spécialisés, OpenEdition Journals ou Cairn.info, ou sur des plates-formes de distribution numérique, Immateriel.fr. Au cours de ces années plusieurs coéditions internationales ont vu le jour avec les presses de l’Université Laval au Québec, avec University of Exeter Press au Royaume Uni, Sud-Éditions en Tunisie et avec différentes institutions universitaires internationales. Les Presses universitaires de Bordeaux sont membres de l’Association des éditeurs de recherche et de l’enseignement supérieur (AEDRES) qui regroupe une quarantaine de presses d’université.

La réélection du président bélarusse Alexandre Loukachenko pour un sixième mandat en août 2020 a provoqué une profonde crise politique dans le pays et une forte mobilisation post-électorale pendant plusieurs mois.
Garona était jusqu’alors le nom de la revue du Centre d’Étude des Cultures d’Aquitaine et d’Europe du Sud (CECAES). Elle fut créée en 1985 et dix-huit numéros sont parus dont le dernier aux Presses Universitaires de Bordeaux en 2008.
Sélection de photos de Bernard Lesfargues
Les textes suivants ont été choisis par Marie-Anne Châteaureynaud et par Monique Burg et Isabelle Loubère et lus par ces deux dernières afin de clôturer la journée d’étude du 13 mars 2019.
Los tèxtes seguents qu’estón causits per Marie-Anne-Châteaureynaud e per Monique Burg e Isabelle Loubère e lejuts per aquestas duas darrèras entà clausurar la jornada d’estudi deu 13 de març de 2019.
« Entretien avec Bernard Lesfargues (traducteur-espagnol), par Blandine »
Table des sigles
Merci à Mesdames Katy Bernard et Marie-Anne Châteaureynaud, d’avoir organisé cet hommage à Bernard Lesfargues et de m’avoir permis ainsi de témoigner sur un aspect de sa vie peu connu en Périgord et en Occitanie.
Abel Bernard Lesfargues est né le 27 juillet 1924 à Bergerac, et décédé le 23 février 2018 à Mussidan. Il étudie au Petit Séminaire de Bergerac, puis au lycée ; à Bordeaux, à l’École Normale, puis en hypokhâgne et, enfin, à Paris, en khâgne au lycée Henri IV.
Comme de sa source à l’estuaire au fil du temps et des paysages, le fleuve se transforme, la revue Garona évolue et devient aujourd’hui la collection « Garon@ ».
ÒC-BI est une association de parents d’élèves dont le but est de promouvoir le bilinguisme français-occitan, au sein de l’enseignement public
Préparer la rentrée pour un professeur d’occitan, c’est courir les écoles et collèges afin de rencontrer et convaincre les élèves, en 6e ou en 3e de choisir l’option l’année suivante (lorsqu’elle existe dans un collège, ce qui est relativement rare).
Retour en haut
Aller au contenu principal