Richard H. J. Ashton, “The Coinage of Rhodes 408-c.190 BC”, dans A. Meadows & K. Shipton (éds), Money and its Uses in the Ancient Greek World, Oxford, 2001, 79-115.

par

La précocité et l’abondance des symboles isiaques, toujours utilisés comme marques de contrôle, sur les émissions de Rhodes tiennent pour une grande part aux relations politiques et économiques privilégiées que l’île entretint avec l’Égypte lagide au cours de l’époque hellénistique1.

Les plus anciens exemplaires à symboles isiaques sont des hémidrachmes montrant un basileion avec le nom Athanodôros et datés d’environ 205-190 a.C. (p. 109 n° 310), c’est-à-dire d’une période précédant de peu l’apparition des fameux plinthophores.



noeud d'isis pour séparateur


  1. Sur l’étroitesse de ces liens, P. M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford, 1972, I, 162-172.
Bricault, Laurent (2008) : “Richard H. J. Ashton, ‘The Coinage of Rhodes 408-c.190 BC’, dans A. Meadows & K. Shipton (éds.), Money and its Uses in the Ancient Greek World, Oxford, 2001, 79-115”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/ashton-2001b/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal