Editeur : Ausonius Éditions

Fondé en 1995, Ausonius Éditions fut conçu à l’origine comme le service des publications de l’UMR Ausonius, laboratoire de recherches spécialisée dans les domaines de l’Antiquité, du Moyen Âge et de l’Archéologie. Progressivement, Ausonius Éditions s’est ouvert aux publications des chercheurs de toutes origines, au gré de multiples partenariats avec des équipes de recherches françaises et étrangères. Présentant aujourd’hui un catalogue de près de 300 titres, regroupés dans une vingtaine de collections, parmi lesquels coexistent formats pratiques et “beaux livres”, il jouit d’une large reconnaissance et diffusion auprès de la communauté scientifique internationale ainsi qu’auprès d’un public plus vaste de lecteurs curieux du passé. Aujourd’hui, Ausonius Éditions a pris une orientation résolument numérique pour certains de ces ouvrages en les proposant enrichis et en libre accès.

Racontant la conquête de la Bretagne par Claude, en 43 de notre ère, Suétone (Claude, 17) nous en livre un récit picaresque : “Le Sénat lui ayant décerné les insignes du triomphe, il jugea ce titre un peu léger pour la majesté du prince et il voulut l’honneur d’un triomphe en bonne et due forme ;
Bien que la date de fondation du port de Ravenne ne soit indiquée avec précision par aucune de nos sources, il est vraisemblable que l’installation de la base navale remonte aux guerres illyriennes d’Octavien, qui disposait déjà, à cette époque, des escadres récemment constituées avec lesquelles il était venu à bout de Sextus Pompée.
“Mare pacavi a praedonibus” proclame fièrement Auguste dans son testament (Res Gestae Divi Augusti, 15), et cette affirmation corrobore l’idée, volontiers répandue, que la piraterie avait disparu de la Méditerranée pendant les trois premiers siècles de notre ère : époque privilégiée et unique dans l’histoire puisque, jusqu’en plein XIXe siècle, le brigandage maritime entretint non loin des côtes de l’Europe une insécurité endémique.
L’étude des soldats de la marine militaire romaine fait partie de ces thèmes qu’on n’affronte pas volontiers aujourd’hui. Le corpus des sources se renouvelle en effet fort lentement et témoigne toujours des mêmes disparités
Nec terra, nec Romanus mari bellator erat : pas plus que les Grecs sur terre le Romain n’était un combattant sur mer. Cette affirmation de Tite-Live (7.26.13) a été largement partagée tant par les Anciens que par les Modernes. Aux Hellènes, peuple de marins, il est banal d’opposer les Latins, voués depuis l’origine, pour des raisons presque génétiques, aux travaux de la terre : Ille rudis, ille pastorius populus vereque terrester disait déjà Florus (1.18.4)
Dans une réponse aux critiques suscitées par leur ouvrage, P. Horden et N. Purcell regrettaient d’avoir donné aux archéologues l’impression qu’ils considéraient leur discipline comme “ancillaire” ou, comme on le dirait plus volontiers en français, comme une “science auxiliaire de l’histoire”
Commentant le legs de l’Empereur Auguste qui vient de mourir, Tacite décrit l’état du monde romain et l’œuvre immense accomplie par le prince défunt : mari Oceano aut amnibus longinquis saeptum imperium ; legiones, provincias, classes, cuncta inter se conexa ; “la mer océane ou des fleuves lointains servaient de barrières à l’Empire ; légions, provinces, flottes, tout était lié” (Ann., 1.9.5).
Ce recueil réunit quarante-deux articles de Michel Reddé, publiés à différentes dates depuis 1992 et souvent dispersés dans de nombreux supports éditoriaux, parfois difficiles d’accès. Ils illustrent différents thèmes liés à l’armée romaine et aux provinces de l’Empire romain et ont été remis en perspective par des introductions thématiques et ils sont accompagnés de compléments bibliographiques pour tenir compte de l’avancée des recherches postérieures à leur publication initiale.
En este libro presentamos el análisis de uno de los conjuntos hallado en la Taberna 7 de la Domus I (Insula I) del yacimiento romano de Bilbilis (Calatayud, Zaragoza, España) adscrito cronológicamente al 35-45 d.C. La importancia de este conjunto, conocido coloquialmente como “el conjunto de las musas” por la presencia de estas figuras en sus paneles medios, radica en el hecho de suponer uno de los de mayor calidad de Hispania.
Bibliografía del libro
Podemos concluir que en este libro se han abordado dos grandes cuestiones. La primera responde a la necesidad de crear un manual para el profesional de la Arqueología que sirva como base para la excavación, extracción, documentación y estudio de la pintura mural romana, sea cual sea su contexto de hallazgo.
Varios son los análisis que se han efectuado para este conjunto. Han sido llevados a cabo por la Escuela Taller de Restauración de Aragón II, trabajo dirigido por R. Alloza y M. P. Marzo, y el laboratorio de Biogeoquímica de metales pesados de la Escuela de Ingeniería Minera e Industrial de Almadén (Universidad de Castilla-La Mancha).
Retour haut de page
Aller au contenu principal