Auteur : Alain Duval

Lorsqu’en 1858 Ferdinand Keller affronte l’épineuse question de la datation des vestiges que l’on venait de mettre au jour à La Tène, l’idée que l’on pouvait se faire de la chronologie des objets, que l’on découvrait au gré des fouilles et du hasard, était loin d’être claire.
Retour haut de page
Aller au contenu principal