Auteur : Emmanuelle Charpentier

Université Toulouse-Jean Jaurès
5 allée Antonio Machado
F-31 058 Toulouse cedex 9
emmanuelle.charpentier@univ-tlse2.fr
0000-0001-8534-8388

nuage de mots Charpentier

Emmanuelle Charpentier est maître de conférences à l’université Toulouse-Jean Jaurès, membre du laboratoire Framespa UMR 5136.



Bibliographie 

Charpentier Emmanuelle, Les campagnes françaises à l’époque moderne , Paris, Armand Colin (collection U), 2021.

Charpentier Emmanuelle, Le Peuple du rivage Le littoral nord de la Bretagne au XVIIIe siècle https://books.openedition.org/pur/134898?lang=fr , Rennes, PUR, 2013.

Charpentier Emmanuelle et HRODEJ Philippe, Les femmes et la mer à l’époque moderne, France, PUR, Rennes, 2018.

Charpentier Emmanuelle et Grenier Benoît, Femmes face à l’absence, Bretagne et Québec (XVIIe-XVIIIe siècles) , France, Centre interuniversitaire d’études québécoises, 2015.



Podcast

Les femmes de marins : série Femmes émancipées épisode 3, 4 mars 2020 (©France Inter, La marche de l’histoire).


Peupler les rivages, 20 avril 2016 (©France Culture, La fabrique de l’histoire).

De Pénélope attendant Ulysse durant vingt années, à Marthe, femme de soldat qui succombe à l’infidélité dans le Diable au Corps de Raymond Radiguet, les femmes confrontées à l’absence de leur conjoint constituent une figure littéraire récurrente. Entre l’épouse vertueuse érigée en modèle et la femme adultère source de scandale, il existe bien des nuances qui incitent à dépasser cette approche réductrice.
En définitive, le « temps suspendu » désigne avant tout, dans cet ouvrage, celui de la relation conjugale, que l’absence d’un des deux partenaires met entre parenthèses, en attendant un retour hypothétique.
Ces quelques vers extraits de la comédie Le Corsaire, écrite par Poisson de la Chabeaussière et donnée pour la première fois à Versailles en 1783, étaient recopiés sur une simple feuille, non signée, faisant office d’enveloppe, adressée à « Monsieur Dhuamel, sur le navire l’aimable Louïse, capitaine Msr Bertrand, à la coste d’angolla ».
Retour haut de page
Aller au contenu principal