Auteur : Enrica Zanin

Université de Strasbourg,
Faculté des lettres,
14, rue Descartes,
F-67000 Strasbourg
ezanin@unistra.fr
logo de Univoak Enrica Zanin

nuage de mots Zanin

Enrica Zanin

2002 : admission à l’ENS Ulm
2004 : agrégation de lettres modernes
2010 : thèse de littérature comparée (félicitations du jury)
2010 : boursière de la fondation Humboldt
2011 : maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Strasbourg*
2017 : prix « Espoirs » de l’université de Strasbourg
2017 : membre junior de l’institut universitaire de France
2019 : prix de recherche Guy Ourisson.

 

Livres à retenir

  • Zanin, Fins tragiques, poétique et éthique du dénouement dans la tragédie de la première modernité (Italie, France, Espagne, Allemagne), Genève: Droz, 2014, 467 p.
  • Zanin, Véronique Lochert, Marc Vuillermoz, ed. Le Théâtre au miroir des langues, Genève: Droz, 2018, 685 p.
  • Vuillemin, L. Sansonetti, E. Zanin ed., The Early Modern English Sonnet, ever in motion, Manchester, Manchester University Press, 2020.
  • Meier, E. Zanin ed., Poesia e Diritto nel Duecento, Ravenna, Longo, 2019.
  • Zanin, T. Victoroff, P. Werly, G. Ducrey ed., Littérature et expériences croisées de la guerre. Apports comparatistes, proceedings of the SFLGC congress, 2014 (published online on the website www.sflgc.org)
  • Zanin, Gianluca Briguglia, Christine Ott, dir., Deutsches Dante-Jahrbuch, « Dante à Strasbourg – Studien zum Witte-Archiv in Strasbourg », vol. 95, Nov 2020.
  • Zanin, Gianluca Briguglia, Christophe Didier, dir., Dante à Strasbourg, revue de la BNU Journal, n. 23, mai 2021.

Prix Espoirs Enrica Zanin @ Unistra 2017.

En 1550, la notion théologique de « scandale » est mise en avant par le traité Des scandales de Calvin. Le réformateur invite ses coreligionnaires à ne pas avoir peur du scandale, à ne pas se préoccuper de la fama. Le présent ouvrage montre, à travers l’étude de cette notion, combien les conflits confessionnels de cette époque sont en effet une bataille de réputation et deviennent même une bataille de la mémoire, non sans conséquence sur l’écriture de l’histoire.
En 1550, la notion théologique de « scandale » est mise en avant par le traité Des scandales de Calvin. Le réformateur invite ses coreligionnaires à ne pas avoir peur du scandale, à ne pas se préoccuper de la fama. Le présent ouvrage montre, à travers l’étude de cette notion, combien les conflits confessionnels de cette époque sont en effet une bataille de réputation et deviennent même une bataille de la mémoire, non sans conséquence sur l’écriture de l’histoire.
En 1550, la notion théologique de « scandale » est mise en avant par le traité Des scandales de Calvin. Le réformateur invite ses coreligionnaires à ne pas avoir peur du scandale, à ne pas se préoccuper de la fama. Le présent ouvrage montre, à travers l’étude de cette notion, combien les conflits confessionnels de cette époque sont en effet une bataille de réputation et deviennent même une bataille de la mémoire, non sans conséquence sur l’écriture de l’histoire.
En 1550, la notion théologique de « scandale » est mise en avant par le traité Des scandales de Calvin. Le réformateur invite ses coreligionnaires à ne pas avoir peur du scandale, à ne pas se préoccuper de la fama. Le présent ouvrage montre, à travers l’étude de cette notion, combien les conflits confessionnels de cette époque sont en effet une bataille de réputation et deviennent même une bataille de la mémoire, non sans conséquence sur l’écriture de l’histoire.
En 1550, la notion théologique de « scandale » est mise en avant par le traité Des scandales de Calvin. Le réformateur invite ses coreligionnaires à ne pas avoir peur du scandale, à ne pas se préoccuper de la fama. Le présent ouvrage montre, à travers l’étude de cette notion, combien les conflits confessionnels de cette époque sont en effet une bataille de réputation et deviennent même une bataille de la mémoire, non sans conséquence sur l’écriture de l’histoire.
Les articles réunis dans ce volume sont le produit d’un séminaire et de journées d’étude organisés durant deux ans à l’Université Toulouse Jean Jaurès . Inscrit dans l’axe « France-Italie XVIe-XVIIe siècle » de l’équipe d’accueil Il Laboratorio, cet ensemble de travaux s’est spécifiquement consacré aux « modalités littéraires de la circulation des textes de savoir » durant cette période entre les deux pays.
Retour haut de page Aller au contenu principal