Auteur : Jean-Philippe Garneau

Département d’histoire Université du Québec à Montréal
Case postale 8888, succursale: centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3P8
garneau.jean-philippe@uqam.ca
0000-0002-3869-3733
Jean-Philippe Garneau
Jean-Philippe Garneau

nuage de mots Garneau

Jean-Philippe Garneau est professeur au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal, où il enseigne l’histoire du Canada durant la période coloniale (Nouvelle-France et Amérique du Nord britannique). Il s’intéresse particulièrement aux rapports qui se sont noués entre le droit, la justice et la société dans le Québec colonial. Ses plus récentes publications ont contribué à l’histoire sociale et culturelle des 18e et 19e siècles, abordant des thèmes comme la justice, les professions juridiques, les rapports de genre et de pouvoir, les relations familiales.



Bibliographie 

  • « La tutelle des enfants mineurs au Bas-Canada : autorité domestique, traditions juridiques et masculinités », Revue d’histoire de l’Amérique française, 74, 4 (2021) : 11-35. (Prix Hilda Neatby de la Société historique du Canada, 2022) https://www.erudit.org/fr/revues/haf/2021-v74-n4-haf06417/1081966ar/
  • « Devenir porte-parole durant l’ère des révolutions : le lent et (parfois) difficile parcours des avocats du Québec colonial », Criminocorpus, dossier spécial : « Histoire des avocats », (2016): http://criminocorpus.revues.org/3391.
  •  « Procès et conflits linguistiques à Montréal au début du XIXe siècle », Cap-aux-Diamants, no 121, 2015, p. 4-8. http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd01896/78021ac.pdf
  • « The Lawyers, the Courtroom and the Public Sphere. Defending the French Law Tradition in British Quebec at the Turn of the Nineteenth Century », Quaderni storici, 3 (2012): 797-824. https://www.jstor.org/stable/43780155
  • « Les contours du barreau de Montréal au début du XIXe siècle : réflexions sur les liens entre profession et pouvoir social », dans Les figures du pouvoir à travers le temps : formes, pratiques et intérêts des groupes élitaires au Québec, XVIIe-XXe siècles, sous la dir. de Thierry Nootens et Jean-René Thuot, Québec, Presses de l’Université Laval, 2012, p. 77-86. https://images.cieq.ca/CIEQ_WEB/multimedia/18578-tdm.pdf
  • « Rendre justice en Nouvelle-France : les voies et les limites de l’obéissance », Bulletin d’histoire politique, 18, 1 (automne 2009) : 87-102. https://www.erudit.org/fr/revues/bhp/2009-v18-n1-bhp04178/1054770ar.pdf
Comme pour bien des sociétés du passé, il n’est pas facile de documenter l’absence maritale dans le Québec colonial, même pour le début du XIXe siècle. Surtout si l’ambition est de cerner les contours de ce « phénomène ».
Retour haut de page
Aller au contenu principal