Marcella Chelotti, “La religiosità della Puglia settentrionale in età romana: culti della costa, culti dell’ entroterra”, dans C. Delplace & F. Tassaux (éds), Les cultes polythéistes dans l’Adriatique romaine, Bordeaux, 2000, 143-153.

par

À propos de la présence isiaque dans le nord des Pouilles, M. C. mentionne brièvement, outre l’autel funéraire de l’isiaque Caecilia Pyrallis, provenant de Lucera (RICIS 505/0701), plusieurs documents de Canossa (une tête féminine du IIe siècle p.C., qui pourrait être isiaque, et une sphinge de granit1 ; une lampe inédite en forme de momie, portant une inscription magique gréco-copte, retrouvée dans un contexte d’époque impériale), ainsi qu’une tête bien connue d’Harpocrate, en marbre blanc, d’Ordona2.



noeud d'isis pour séparateur


  1. R. Cassano, “La documentazione figurativa”, dans R. Cassano (éd.), Principi, imperatori, vescovi. Duemila anni di storia a Canosa, Venise, 1992, n° 1, 750-760 et 766 respectivement.
  2. C. Evers, “La scultura”, dans J. Mertens (éd.), Herdonia. Scoperta di una città, Foggia, 1995, 253.
Bricault, Laurent (2008) : “Marcella Chelotti, ‘La religiosità della Puglia settentrionale in età romana: culti della costa, culti dell’ entroterra’, dans C. Delplace & F. Tassaux (éds), Les cultes polythéistes dans l’Adriatique romaine, Bordeaux, 2000, 143-153”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/chelotti-2000/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal