Conclusion de la deuxième partie

par

L’écriture de ‘l’entre-deux’ mise en œuvre dans El Pasajero se décline à travers le traitement spécifique de l’espace, de la temporalité et des personnages. L’œuvre de Figueroa reste dans une certaine mesure tributaire des codes et des topiques sociaux et littéraires. Ainsi retrouve-t-on dans le texte des espaces emblématiques de la littérature tels que le locus amœnus mais aussi des espaces empreints d’une forte hispanité telle que l’Université d’Alcalá ou encore el Petril de San Felipe. Mais face à ces espaces topiques, se dessine également une géographie plus intimiste ou personnelle qui mobilise notamment des sources livresques. Cette dernière est aussi et surtout associée à une forme d’expérience ainsi que l’a montré l’étude menée autour de la représentation de l’Italie dans le texte figuéroen. Cette notion fondamentale d’expérience, déjà si chère aux prédécesseurs de Figueroa, entretient des liens étroits avec la question de la temporalité qui mobilise, à son tour, des techniques littéraires innovantes dans la mesure où elles permettent de doter certains personnages d’un parcours, d’une histoire mais aussi de souvenirs. Ces derniers viennent alimenter la conversation qu’entretiennent les quatre sujets parlants mais aussi la réflexion sur le mérite qui joue un rôle décisif dans l’œuvre de Figueroa. Leurs expériences, tout comme celles des personnages annexes, sont elles-aussi conditionnées par la doxa et par la teneur didactique de l’œuvre. Mais leurs histoires connaissent des enrichissements substantiels qui configurent d’une part, un lecteur actif et d’autre part, des personnages riches, complexes, des personnages doubles en somme. Leur représentation est assurée par de nouvelles orientations littéraires qui relèvent plus particulièrement de la nouvelle, de la théâtralité mais aussi d’une forme d’épaisseur, d’une temporalité lente qui augure d’une évolution future vers le roman. En ce sens, El Pasajero repose également sur des jeux de passage de relais entre les personnages, une porosité des rapports entre fiction et réalité qui donnent à voir la société en crise de l’époque. Cette Espagne en crise et surtout sa représentation jouent un rôle déterminant dans la structuration de l’œuvre. La dernière partie de cette étude se propose donc d’étudier les rouages idéologiques et les stratégies d’écriture qui articulent El Pasajero. Il s’agira plus particulièrement de montrer que l’espace textuel figuéroen met en jeu une poétique de ‘l’entre-deux’ et exploite une forme de confusion des instances.

Posté le 24/12/2020
EAN html : 9782353111220
ISBN html : 978-2-35311-122-0
Publié le 24/12/2020
ISBN livre papier : 978-2-35311-124-4
ISBN pdf : 978-2-35311-123-7
ISSN : 2741-1818
312 p.
Code CLIL : 4027
http://dx.doi.org/10.46608/primaluna3.9782353111220.10
licence CC by SA

Comment citer

Daguerre, Blandine, « Conclusion de la deuxième partie », in : Daguerre, Blandine, Passage et écriture de l’entre-deux dans El Pasajero de Cristóbal Suárez de Figueroa, Pessac, PUPPA, collection PrimaLun@ 3, 2020, 171-173, [en ligne] https://una-editions.fr/conclusion-de-la-deuxieme-partie [consulté le 25 novembre 2020].

Au téléchargement

Contenu(s) additionnel(s) :

PrimaLun@_3_Pasajero_cover
Retour haut de page Aller au contenu principal