Johannes Eingartner, “Bemerkungen zur Funktion römischer Tempel am Beispiel des Isisheiligtums in Sabratha und des sogennanten Serapeion in Ephesos”, dans L’Africa Romana 13, Djerba 1998, vol. 2, Rome, 2000, 1211-1221.

par

L’Iseum de Sabratha possède une crypte, dont l’entrée est orientée à l’Ouest, à laquelle on accédait grâce à un escalier débouchant dans la cella. Une structure analogue se repère au cœur du Sarapieion d’Éphèse.

Mais, contrairement à ce qui a pu être avancé ici et là, aucun indice concret ne permet d’affirmer qu’une telle disposition, fréquente dans les sanctuaires du Proche-Orient, servait à la célébration des mystères isiaques.

Bricault, Laurent (2008) : “Johannes Eingartner, ‘Bemerkungen zur Funktion römischer Tempel am Beispiel des Isisheiligtums in Sabratha und des sogennanten Serapeion in Ephesos’, dans L’Africa Romana 13, Djerba 1998, vol. 2, Rome, 2000, 1211-1221”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/eingartner-2000/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour en haut
Aller au contenu principal