Marianne Hamiaux, “Julien l’Apostat ou la double imposture : les statues du Louvre et des thermes de Cluny”, Actualité du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines n° 11, du 24 septembre 2003 au 12 janvier 2004.

par

Marianne Hamiaux retrace une partie de l’histoire étonnante d’une statue en marbre de Naxos, d’époque hadrienne1, haute de 1,81 m, provenant de l’ancienne collection La Riboisière et aujourd’hui conservée au Musée des Thermes de Cluny, à Paris, n° inv. Cl. 18830. Elle représente un personnage masculin debout, longtemps identifié à l’empereur Julien sur les dires des premiers propriétaires connus. La statue passait d’ailleurs pour avoir été découverte à Paris même, alors qu’elle fut en fait vendue à Paris par un antiquaire d’origine florentine du nom d’Alphonse Gaspard Miliotti, après que la statue était entrée en France par le port de Marseille.

L’homme est vêtu d’une tunique et du pallium, le front ceint d’une couronne qui se compose de quatre bourrelets superposés, dont trois sont lisses ; seul le deuxième en partant du bas s’orne d’un décor de feuillage et conserve les traces d’un ornement central rond. De chaque côté, au niveau des oreilles, des ornements arrondis se superposent, le centre de la couronne étant agrémenté d’un motif en arceaux renversés. Rares sont les effigies coiffées d’une telle couronne. L’auteur en mentionne trois : la première, en pied, est un marbre du fonds ancien du musée archéologique d’Istanbul, les autres sont deux têtes brisées au niveau du cou conservées au musée gréco-romain d’Alexandrie (fig. 10-11) et au musée archéologique de Thasos (fig. 8-9). Aucune de ces statues ne porte la même couronne, qui seraient autant de variantes de l’insigne de la prêtrise de Sarapis, comme l’a montré H. R. Goette, “Kaiserzeitliche Bildnisse von Sarapis‑Priestern”, MDAI(K) 45, 1989, 173‑186. Le Musée du Louvre conserve une statue similaire n° inv. Ma 1121, copie moderne de la statue des thermes.



noeud d'isis pour séparateur


  1. K. Fittschen, “Privatportäts Hadrianischer Zeit”, Roman Portraits Artistic and Literary, Mayence, 1997, 32-36.
Bricault, Laurent (2008) : “Marianne Hamiaux, ‘Julien l’Apostat ou la double imposture : les statues du Louvre et des thermes de Cluny’, Actualité du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines n° 11, du 24 septembre 2003 au 12 janvier 2004”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/hamiaux-2003-2004/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal