Adam Łukaszewicz, “No Egyptian Reminiscence in Hadrian’s ‘animula’”, Eos, 87, 2000, 286-294.

par

Cet article pourrait être commodément résumé par son titre. A. Ł. conclut en effet qu’il n’y a aucun argument véritable pour dire que l’animula du célèbre petit poème écrit par Hadrien à la fin de sa vie (animula vagula blandula etc., Historia Augusta, Vita Hadriani 25,9) soit une réflexion sur le ba égyptien. C’est J. G. Griffith qui avait développé cette thèse, associant la rédaction de ce texte au voyage d’Égypte fait par Hadrien en 130/11.

L’auteur discute les différentes lectures possibles du texte et avance plusieurs arguments convaincants pour montrer que l’image de l’anima dans ce poème est commune dans le monde gréco-romain et n’emprunte rien à la religion égyptienne.



noeud d'isis pour séparateur


  1. J. G. Griffith, “Hadrian’s Egyptianizing Animula”, Maia, 36, 1984, 263-266, reprinted in Atlantis and Egypt …, Cardiff, 1991, 92-96.
Versluys, Miguel John (2008) : “Adam Łukaszewicz, ‘No Egyptian Reminiscence in Hadrian’s ‘animula’’, Eos, 87, 2000, 286-294”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/lukaszewicz-2000/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour en haut
Aller au contenu principal