Le libre accès immédiat

logo de l'open access

En novembre 2016, un groupe de travail se constitue suite au constat par trois présidents d'université (Bordeaux, Limoges, Pau) des contraintes liées à la transition numérique au sein de leurs presses universitaires. Sous l'impulsion de l'Université Bordeaux Montaigne (UBM) avec le soutien financier dès l'origine du ministère de la Culture et de la Région Nouvelle-Aquitaine, les établissements universitaires réunis en consortium débutent alors leur projet collaboratif à long cours, en s'appuyant sur leur maison d'édition.

• Ausonius Éditions (UBM-CNRS) ;
• la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA éditions) (UBM) ;
• les Presses universitaires de Bordeaux (PUB) (UBM) ;

• les Presses universitaires de Limoges (PULim) (UNILIM) ;

• les Presses universitaires de Pau-Pays de l’Adour (PUPPA) (UPPA).

Cette fédération des presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine (appelée aujourd'hui UN@ éditions) s'oriente peu à peu vers le développement d'outils libres, augmentés et évolutifs. Défendant valeurs et qualité scientifique communes, elle décide de créer une plateforme technique mutualisée pour affirmer le souhait de développer une culture de partage et le traitement des données basés sur les principes FAIR (Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables, Réutilisables) auprès des chercheurs, ingénieurs, étudiants, documentalistes, bibliothécaires.

Le libre accès des livres universitaires est un choix innovant. UN@ éditions, rattaché désormais à la direction de la recherche de l’UBM, offre aux acteurs de l’écosystème français de recherche et d’innovation (universités, agences de financement, organismes de recherche, laboratoires, Labex …) un service d’édition de publications natives enrichies sous la licence CC-BY-SA. C’est un outil qui se veut complémentaire de l’activité éditoriale traditionnelle des presses universitaires et qui favorise l’accès complet et immédiat des publications scientifiques. Il affiche une position claire en faveur de la Science Ouverte, axe majeur de la recherche en France, et de la bibliodiversité.

En ligne

“Conte-moi Pompéi”. Est-ce un conte, un roman, un documentaire, un livre d’art ? Non, mais un livre d’initiation sous forme de dialogues comme le faisaient les philosophes de l’Antiquité, une b@lade dans cette ville figée par une terrible éruption volcanique. Des enfants posent des questions sur Pompéi et les échanges sont vivants et directs. L’archéologue Alix Barbet, directrice de recherche honoraire au CNRS, qui parcourt Pompéi et sa région depuis cinquante ans, mène le débat. Ce livre a été édité aux éditions Ausonius ; le voici aujourd’hui sous un nouveau format ouvert, visible par le plus grand nombre, offrant ainsi une lecture renouvelée.
Play Video
couverture du programme @nubis
Le programme @NUBIS (Annales NUmériques de la Bibliographie ISiaque) s’inscrit dans le prolongement actualisé et redimensionné de l’Inventaire bibliographique des Isiaca (IBIS) paru dans les années 1970-1990. Les utilisateurs disposeront alors d’un ensemble de plus de 6000 notices critiques rédigées en français ou en anglais par une équipe internationale de chercheurs, et couvrant l’intégralité des publications “isiaques”, depuis l’ouvrage fondateur de Georges Lafaye, “Histoire du culte des divinités d’Alexandrie : Sérapis, Isis, Harpocrate et Anubis, hors de l’Égypte depuis les origines jusqu’à la naissance de l’école néo-platonicienne”, paru à Paris chez E. Thorin en 1884.
Auteur de deux monographies sur la prise en charge des enfants abandonnés à Bordeaux parues à la MSHA, Bernard Allemandou, pédopsychiatre, s’intéresse ici au sort réservé aux enfants pauvres auteurs de délits. Le pénitencier de Saint-Jean créé en 1837 pour les garçons mineurs, et celui de Sainte-Philomène l’année suivante pour les filles, étaient nés du défaut du système d’incarcération pratiqué à l’époque où les enfants n’étaient pas séparés des détenus adultes.
Les réflexions abordent le thème de la production artisanale et manufacturière dans la zone adriatique avec une attention particulière à cinq axes d’investigation : les lieux de production entre ville et campagne ; épigraphie, artisanat et société ; production d’amphores ; production de poteries fines et communes ; la production textile.
Vingt ans après le colloque de Châtillon-sur-Seine sur les éphémères principautés celtiques, au cours duquel de vives critiques du modèle canonique des résidences princières des VIe et Ve siècles s’étaient exprimées, il était important de réexaminer la question à la lumière des spectaculaires découvertes effectuées depuis lors. Pour l’opinion qui était à l’époque devenue majoritaire, le modèle proposé par W. Kimmig accordait à ces sociétés un niveau de complexité politique trop élevé et leur prêtait des relations trop fréquentes et régulières avec des Cités-États grecques et étrusques.

En préparation

Les albâtres anglais de la fin du Moyen Âge, qui connurent un vif succès à l’échelle européenne, ont trouvé de nombreux acquéreurs dans le Sud-Ouest de la France. Plus d’une centaine de statues et de reliefs dévotionnels sont conservés dans la seule région de Bordeaux, sous domination anglaise jusqu’en 1453.
Comment développer, dans une optique matérialiste, une politique de la différence à vocation antagoniste ? Telle est, à n’en pas douter, la grande question à laquelle le présent ouvrage entend apporter une réponse.
Dans la perspective d’un aménagement, débutait en 1983 une étude archéologique centrée en grande partie sur l’emplacement de l’ancien cloître canonial de Saint-Nazaire d’Autun, mentionné dans les documents dès le IXe siècle, étude prenant en compte tant l’enfoui que les élévations remarquablement conservées.
En 1550, la notion théologique de « scandale » est mise en avant par le traité Des scandales de Calvin. Le réformateur invite ses coreligionnaires à ne pas avoir peur du scandale, à ne pas se préoccuper de la fama. Le présent ouvrage montre, à travers l’étude de cette notion, combien les conflits confessionnels de cette époque sont en effet une bataille de réputation et deviennent même une bataille de la mémoire, non sans conséquence sur l’écriture de l’histoire.
Si les travaux récents ont renouvelé la connaissance des lieux d’exécution et de l’agencement interne des lieux de réclusion au Moyen Âge, restaient à étudier la distribution des espaces et des territoires carcéraux, en particulier les dynamiques et logiques socio-spatiales de leur implantation. Ce sont ces espaces carcéraux qui ont été proposés à la réflexion de médiévistes, historiens, archéologues et littéraires, et qui sont l’objet de ce livre.

Nos actualités

cOAlition S statement on Open Access for academic books
Une nouvelle avancée concrète pour l’accès ouvert immédiat aux publications scientifiques
Newsletter UN@ éditions

Nous contacter

Vous avez des questions, des suggestions ou vous souhaitez être publié sur ce site internet ?
Alors n’hésitez pas à renseigner le formulaire ci-dessous et à nous envoyer un message

Retour haut de page
Aller au contenu principal