Auteur : Émilie Cayre

Émilie Cayre est docteure en Histoire de l’art et Archéologie Antique (Université Bordeaux Montaigne).

Spécialisée en architecture et urbanisme – Monumentalisation de l’architecture de passage en Asie Mineure (propylées, arc sur rue et porte urbaine),  elle est membre associé du Laboratoire Ausonius (UMR 5607).

Elle enseigne en tant que vacataire l’ Histoire de l’art Grec et Romain (2020-2021) (Université Bordeaux Montaigne).

Post-doctorante pour le programme ANR ArchXant (2018-2021). Médiatrice culturelle auprès du SIVU ELUSA CAPITALE ANTIQUE (2015-2016). Assistante Ingénieure pour le programme ANR Xanthiaca (2014). Chargée de cours / ATER en Histoire de l’Art et Antiquité grecques et romaines (2006-2013) (Université Bordeaux Montaigne).

  • Fouilles programmées en France et à l’étranger depuis 1999. Notamment RS à Xanthos -Turquie (2002-2010), Thignica – Tunisie (2012)  et Agrigente – Sicile (2019).
  • Mission d’inventaire et de photogrammétrie des spolia à Limyra – Turquie sous l’égide de l’Österreichisches Archäologisches Institut de Vienne (Autriche) (2019).

Bibliographie

Samir Aounallah, Laurence Cavalier, Hamden Ben Romdhane, Émilie Cayre et Marine Garcia, « Thignica », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne]  http://journals.openedition.org/cefr/1608 

Laurence Cavalier, Émilie Cayre, Marielle Bernier, William Aylward, Askold Ivantchik et Yuri Svoyskiy, « Sanctuaire des divinités chthoniennes d’Agrigente Campagne 2019 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne] http://journals.openedition.org/cefr/4702

Martin SEYER, Alexandra DOLEA, Philip Mischa BES, David Zsolt SCHWARCZ, Gerhard FORSTENPOINTNER, Klaus LÖCKER, Ralf TOTSCHNIG, Inge UYTTERHOEVEN, Emilie CAYRE, Hakan ÖNİZ, Ceyda ÖZTOSUN, Zeynep KUBAN, « The Excavation at Limyra (Lycia) 2019: Preliminary Report », Anatolia Antiqua XXVIII (2020) 219-263.

Accès au livre Les ruines résonnent encore de leurs pas. La circulation dans les monuments grecs (VIIe s.-31 a.C.)
Bâtiments participant de l’architecture de passage, les propylées en milieu cultuel permettent de rendre compte de la circulation du pèlerin dans le sanctuaire. Il ne s’agira pas ici de s’attarder sur l’édifice en lui-même mais, à travers un regard diachronique sur les propylées classiques et hellénistiques en contexte cultuel, de mettre en exergue l’importance du choix de son emplacement au sein du sanctuaire auquel il donne accès.
Retour haut de page
Aller au contenu principal