Auteur : Quentin Sueur

Landesamt für Denkmalpflege
im Regierungspräsidium Stuttgart
Am Münster 6 / Im Herrenhaus 1.OG
DE-88499 Altheim-Heiligkreuztal
quentin.sueur@rps.bwl.de

nuage de mots Sueur

Quentin Sueur a suivi des études en archéologie, histoire de l’art et muséologie à l’école du Louvre. Après un master international entre l’école du Louvre et l’université Heidelberg achevé en 2012, il soutient une thèse binationale en archéologie auprès des université Lyon 2 et Tübingen sur la vaisselle métallique de Gaule septentrionale durant la Protohistoire récente et le début de l’Antiquité.

Spécialiste du petit mobilier, membre du laboratoire ArAr de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM, UMR 5138) à Lyon il s’implique activement dans le développement de la base de données archéologique en ligne Artefacts.mom.fr

En 2020, il rejoint le service de protection des monuments historiques du Bade-Wurtemberg (Landesamt für Denkmalpflege) comme ingénieur d’étude et participe au projet de recherche de la Fondation allemande de la recherche (Deutsche Forschungsgemeinschaft) sur le site de hauteur du premier âge du Fer de la Heuneburg.

 

Courte bibliographie 

  • Sueur,Q. – La vaisselle métallique de Gaule septentrionale à la veille de la Conquête : typologie, fonction et diffusion. Monographies Instrumentum 55, éditions Mergoil, 2018
  • Sueur, Q. – Italic metal vessels in northern Gaul: acculturation or exoticism?, XVIII° Congrès UISPP Paris, Juin 2018, 2021, 57-77.
  • Sueur, Q. – Metallgefäße der jüngeren Latènezeit als Zeugnisse kulturelles Wandels in Nordgallien, Archäologentage Otzenhausen 5, 12-15.04.2018, 2020, 127-140.
  • Sueur, Q., Schcwab R. – Die Bronzepfanne aus dem Prunkgrab von Sinsheim-Dühren, col. R. Schwab – Fundberichte Baden-Württemberg 37/2017, 2018, 75-88.
Accès au livre Vix et le phénomène princier
Le site de la Heuneburg sur le cours supérieur du Danube est l’un des sites les mieux étudiés de l’âge du Fer européen. Depuis la fin du XIXe siècle, les recherches se sont concentrées sur les riches sépultures hallstattiennes environnantes, tandis que les fouilles modernes se sont poursuivies à partir 1950 sur l’habitat presque sans interruption. Malgré cette longue tradition de recherches, les fouilles et les prospections livrent toujours de nouvelles surprises. Les prospections pédestres des deux dernières décennies, avec leurs résultats exceptionnels, ont ainsi changé radicalement l’image traditionnelle des centres de pouvoir du premier âge du Fer. Le recours aux techniques modernes comme la dendrochronologie, les analyses isotopiques, les prospections géophysiques, l’imagerie LIDAR, la documentation numérique, la modélisation 3D ou même l’utilisation de drones, permettent désormais une approche nouvelle et livrent de nouveaux résultats. Le présent article se concentre sur ces nouveaux témoignages que l’on peut regrouper en six points : les dernières recherches sur la ville basse attestant notamment de la présence d’un système de défense monumental au Hallstatt final, la fouille exceptionnelle sur la terrasse orientale ayant livré de nombreux restes humains, la découverte d’un habitat étendu organisé en quartiers sur près de 100 ha aux abords directs de la Heuneburg, le prélèvement en bloc de l’une des sépulture tumulaire de la nécropole de Bettelbühl, la découverte sur le plateau d’un atelier d’orfèvre en lien avec cette même sépulture et enfin les dernières recherches sur les sites de hauteur fortifiés et sur l’habitat rural aux alentours de la Heuneburg.
Retour haut de page
Aller au contenu principal