Annalisa Giovannini, “I bronzetti isiaci del Museo Archeologico Nazionale di Aquileia”, dans G. Cuscito & M. Verzár-Bass, Bronzi di età romana in Cisalpina, Antichità Altoadriatiche, LI, Trieste, 2002, 227-258.

par

Parmi les petits bronzes isiaques conservés au musée d’Aquilée et de provenance locale, tous illustrés, certains sont inédits ou peu connus. A. G. fait ainsi connaître un manche de sistre du Ier siècle a.C. ou du Ier siècle p.C. à l’image de Bès supportant l’image d’Hathor bifrons (p. 235-236 et fig. 2 p. 235), type attesté par d’autres exemplaires également découverts en Italie (type Bissing IV), une applique avec le buste d’Isis (p. 237-238 et fig. 3 p. 239 ; h. 6,5 cm) du Ier siècle a.C. ou du Ier siècle p.C.1 et une statuette d’Apis (p. 246-248 et fig. 10 p. 247) du Ier ou du IIe siècle p.C. comparable à celles découvertes à Sentinum2 et Industria3.

Parmi les documents déjà connus, on note une petite statuette égyptienne fragmentaire figurant Isis lactans (n° inv. 19117 ; p. 232-234 et fig. 1 p. 235 = Budischovsky, Adriatique, p. 134 n° 48, pl. LXX , b), une Isis brandissant le sistre de la droite (n° inv. 17668 ; p. 240-241, fig. 4 p. 239 et fig. 5 p. 242 = Budischovsky, Adriatique, p. 136 n° 53 = Iside, p. 460 n° V.97) du IIe siècle p.C., découverte en 1902 au lieu-dit Marignane, une Isis-Fortuna (p. 241-243 et fig. 6 p. 243 = Budischovsky, Adriatique, p. 136 n° 56 pl. LXX III, a) datable du Ier ou du IIe siècle p.C., deux Isis panthées, la première conservée à Aquilée (p. 244 et fig. 7 p. 245 = Budischovsky, Adriatique, p. 136 n° 57), la seconde au Musée d’Udine (p. 244-246 et fig. 8 p. 245 = Budischovsky, Adriatique, p. 135 n° 55), enfin un petit hermès de bronze couronné d’un buste de Sarapis (p. 246 et fig. 9 p. 247)4.

Deux autres documents trouvés à Aquilée ne sont connus que par les notes de Gian Domenico Bertoli, qui signale en 1721 la découverte d’un petit buste de Sarapis en bronze (p. 248-250 et fig. 11 p. 249) et en 1739 la trouvaille d’une statuette présentée comme une Isis-Fortuna coiffée du calathos (p. 251 et fig. 12 p. 249). Il pourrait ne s’agir que d’une Fortuna.



noeud d'isis pour séparateur


  1. Cf. J. W. Hayes, Greek, Roman and related Metalware in the Royal Ontario Museum. A Catalogue, Toronto, 1984, 192-194 n° 321-325, pour de comparables appliques.
  2. Iside, p. 490, n° V.149 ; N. Frappicini, “I bronzetti sentinati nel Museo Archeologico Nazionale delle Marche”, Picus, 18, 1998, 44, fig. 5.
  3. L. Mercando & E. Zanda, Bronzi da Industria, Rome, 1998, 108-109 n° 38-42 et pl. LII-LIII.
  4. Brièvement signalé par Kater-Sibbes, Sarapis Monuments, 107, n° 579 et Budischovsky, Adriatique, 130, n° *38 d’après une publication ancienne de Maionica.
Bricault, Laurent (2008) : “Annalisa Giovannini, ‘I bronzetti isiaci del Museo Archeologico Nazionale di Aquileia’, dans G. Cuscito & M. Verzár-Bass, Bronzi di età romana in Cisalpina, Antichità Altoadriatiche, LI, Trieste, 2002, 227-258”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/giovannini-2002/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal