Fausta Manera & Claudia Mazza, Le Collezione egizie del Museo nazionale Romano, Milano, 2001.

par

Ce très riche catalogue est publié à l’occasion de la nouvelle présentation, dans le cadre magnifique du Palais Altemps, d’une partie des collections égyptiennes du Musée national romain. Après une brève présentation de la diffusion isiaque, les auteurs se concentrent sur l’implantation sociale et urbaine d’Isis et de sa famille à Rome, avant de livrer un catalogue richement illustré de très nombreux objets, classés en fonction de leur provenance réelle ou supposée. De très nombreux documents sont inédits.

De provenance romaine assurée est un sistre à arc en bronze, au manche figurant Bès et Hathor, repêché dans le Tibre à hauteur du Ponte Sisto (n° 21 p. 63 ; Palazzo Massimo alle Terme, n° inv. 128087)1, un fragment de bas-relief égyptien en marbre, d’époque romaine, exhumé via Borgo di Santo Spirito (n° 80 p. 111 ; Palazzo Altemps, n° inv. 106548), une statuette de prêtresse isiaque en marbre blanc, d’époque antonine, trouvée via Tripoli (n° 86 p. 117 ; Palazzo Altemps, n° 128073) et une statuette de Bès en tuf du Ier siècle p.C., découverte à Castel Giubileo, dans la propriété Scordini (n° 95 p. 126 ; Terme di Diocleziano, n° inv. 121321).

Tous les autres inédits, provenant de diverses collections romaines, sont de provenance incertaine. Parmi eux, on relève une belle statue acéphale d’Isis en marbre de Luni (n° 23 p. 66 ; Palazzo Altemps, n° inv. 4235), deux statuettes d’Harpocrate en bronze2, des IIe-IIIe siècles p.C. (n° 28-29 p. 70-71 ; Palazzo Massimo alle Terme, n° inv. 66110-66111), au moins 5 statuettes en bronze d’Isis-Fortuna datées du IIe siècle p.C. (n° 51 et 55-58 p. 86 et 89-91 ; Palazzo Massimo alle Terme), une d’Isis panthée (n° 54 p. 88 ; Palazzo Massimo alle Terme, n° inv. 256097) et un petit pendentif en bronze d’Harpocrate, d’époque romaine (n° 60 p. 92 ; Palazzo Massimo alle Terme, n° inv. 256237). On remarque aussi une statue acéphale en marbre blanc de Sarapis trônant, du IIe siècle p.C. (n° 65 p. 97 ; Palazzo Altemps, n° inv. 2004536), un fragment de chapiteau représentant Hathor, en marbre blanc, d’époque romaine (n° 66 p. 98 ; Terme di Diocleziano, n° inv. 591), enfin une intaille rouge avec les bustes affrontés d’Isis et de Sarapis (n° 101 p. 131 ; Palazzo Massimo alle Terme, n° inv. 78748). D’autres documents, déjà publiés ailleurs, sont ici republiés.



noeud d'isis pour séparateur


  1. Sur les sistres, au moins au nombre de sept, retirés du Tibre entre les ponts Umberto et Sisto, F. W. von Bissing, “Sul tipo dei sistri trovati nel Tevere”, BSAA, 31, 1937, 211-224.
  2. Pour une statuette inédite semblable à la n° 29, voir M. Malaise, “Nova Isiaca Documenta Italiae. Un premier bilan (1978-2001)”, dans L. Bricault (éd.), Isis en Occident, Leyde-Boston, 2004, 49-52.
Bricault, Laurent (2008) : “Fausta Manera & Claudia Mazza, Le Collezione egizie del Museo nazionale Romano, Milano, 2001”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/manera-mazza-2001/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal