Richard M. Rothaus, Corinth: The First City of Greece. An Urban History of Late Antique Cult and Religion, RGRW 139, Leyde, 2000.

par

Dans un chapitre consacré à Cenchrées, le port oriental de Corinthe, l’auteur rappelle la mention par Pausanias (II, 2, 3) d’un sanctuaire d’Asclépios et d’Isis à une extrémité du port (en fait Pausanias n’écrit nullement qu’il s’agit d’un seul et même sanctuaire). Un édifice découvert lors des fouilles américaines fut identifié par ses inventeurs comme ayant appartenu à cet Iseion mentionné par Pausanias. R. R. écarte cette hypothèse et préfère voir dans ce bâtiment, à juste titre, un nymphée plutôt qu’un lieu de culte isiaque1. R. Scranton2 avait également reconnu une épithète d’Isis dans le mot Orgia gravé sur la partie inférieure d’une colonne en marbre trouvée dans les débris d’une église de Cenchrées (= RICIS *102/0201). R. R. estime très possible cette interprétation incertaine.



noeud d'isis pour séparateur


  1. R. Scranton, J. W. Shaw & L. Ibrahim, Kenchreai: Eastern Port of Corinth, I, Topography and Architecture, Leyde, 1978, 52-78. Cf. M. J. Versluys, Aegyptiaca romana, 217-219.
  2. Ibid., 73 et ph. p. 125.
Bricault, Laurent (2008) : “Richard M. Rothaus, Corinth: The First City of Greece. An Urban History of Late Antique Cult and Religion, RGRW 139, Leyde, 2000”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/rothaus-2000/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour en haut
Aller au contenu principal