Katja Sporn, Heiligtümer und Kulte Kretas in klassischer und hellenistischer Zeit, Studien zu antiken Heiligtümern 3, Heidelberg, 2002.

par

Dans cet inventaire des sanctuaires crétois, K. S. évoque plusieurs monuments isiaques connus : une dédicace d’Olonte (p. 77) = RICIS 203/0201 ; une de Chersonesos (p. 107) = RICIS 203/0101 ; une de Lasaia (p. 193) = RICIS 203/0401 ; une de Poecilasion (p. 313) = RICIS 203/0801 ; le sanctuaire isiaque de Gortyne (p. 169) et une tête en marbre d’Amnisus (p. 133-134). Notons une statue de “prêtresse d’Isis” (p. 125), de Cnossos conservée au Musée d’Héraklion (MH n° inv. 314), et qui aurait été mal interprétée par ses précédents éditeurs1.



noeud d'isis pour séparateur


  1. N. Platon, KretChron, 2, 1948, 588, fig. 16 ; A. Linfert, Kunstzentren hellenistischer Zeit, Wiesbaden, 1976, 54, fig. 82.
Bricault, Laurent (2008) : “Katja Sporn, Heiligtümer und Kulte Kretas in klassischer und hellenistischer Zeit, Studien zu antiken Heiligtümern 3, Heidelberg, 2002”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/sporn-2002/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal