Ricardo M. Tébar Megías & Estíbaliz Tébar Megías, “El culto a Isis y la sexualidad femenina”, dans Carmen Alfaro Giner & Marta Tirado Pascual (éds), Actas del Segundo Seminario de Estudios sobre la Mujer en la Antigüedad, Valencia, 2000, 15-37.

par

Pour les auteurs, la religion d’Isis comportait un idéal de pureté bien éloigné des clichés augustéens qui en faisaient une déesse du demi-monde1, grâce auquel les dévots prenaient conscience de leurs fautes. Une forme de pénitence, mal comprise par certains auteurs latins (ainsi Juvénal, Sat. VI, 522-531) qui ne voyaient en ces gestes que superstition féminine, était nécessaire pour s’en laver (cf. Ovide, Pont. I, 1, 51-55). Les rites pénitentiels sont d’ailleurs de ceux qui ont pu contribuer à toucher singulièrement les femmes et à entretenir leur dévotion.

Parmi ces prescriptions rituelles à visée morale figurent la chasteté, la virginité prénuptiale et la fidélité conjugale, dont R. & E. T. M. estiment qu’elles s’adressaient aussi bien aux femmes qu’aux hommes même si les sources concernant ces derniers sont rares. C’est dans les romans qu’Isis apparaît aussi comme celle qui préserve la chasteté dans les pires tribulations, qui conserve purs l’un à l’autre deux fiancés provisoirement séparés par les épreuves du destin, tant et si bien que Tertullien, pourtant si sourcilleux à l’endroit de ses coreligionnaires, leur donne même en exemple la chasteté, les abstinences et la continence des prêtres et des fidèles isiaques. Garante et fondatrice de l’union conjugale, protectrice des mères en couches et de la famille, elle est célébrée par la litanie d’Oxyrhynchos comme celle qui aurait donné aux femmes un pouvoir égal à celui des hommes. Pourtant, contrairement à bien des idées reçues, la religiosité isiaque n’est guère favorable à la libération de la femme, la maintenant de fait dans une forme de sujétion sociale.



noeud d'isis pour séparateur


  1. Cf. déjà Ilse Becher, “Der Isiskult in Rom‑ein Kult der Halbwelt ?”, ZÄS, 96, 1970, 81‑90, et S. K. Heyob, The Cult of Isis among Women in the Graeco‑Roman World, EPRO 51, Leyde, 1975, 111-127 notamment.
Bricault, Laurent (2008) : “Ricardo M. Tébar Megías & Estíbaliz Tébar Megías, ‘El culto a Isis y la sexualidad femenina’, dans Carmen Alfaro Giner & Marta Tirado Pascual (éds), Actas del Segundo Seminario de Estudios sobre la Mujer en la Antigüedad, Valencia, 2000, 15-37”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/tebar-tebar-2000/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour en haut
Aller au contenu principal