Auteur : Carine Roudière-Sébastien

Prendre contact :
Université Toulouse Jean Jaurès
Il laboratorio
Maison de la recherche
5 allées Antonio Machado
F-31058 Toulouse Cedex 9
carine.sebastien@univ-tlse2.fr
+33 (0)5 61 50 36 75

Carine Roudière-Sébastien est agrégée de lettres modernes. Elle a soutenu, en novembre 2018, sous la direction d’Olivier Guerrier et d’Olivier Millet, une thèse intitulée Les figures bibliques dans les quatre premiers livres de François Rabelais. Elle est actuellement ATER à l’Université-Toulouse Jean Jaurès et chercheuse associée au laboratoire Il Laboratorio.

Les articles réunis dans ce volume sont le produit d’un séminaire et de journées d’étude organisés durant deux ans à l’Université Toulouse Jean Jaurès . Inscrit dans l’axe « France-Italie XVIe-XVIIe siècle » de l’équipe d’accueil Il Laboratorio, cet ensemble de travaux s’est spécifiquement consacré aux « modalités littéraires de la circulation des textes de savoir » durant cette période entre les deux pays.
Les articles réunis dans ce volume sont le produit d’un séminaire et de journées d’étude organisés durant deux ans à l’Université Toulouse Jean Jaurès . Inscrit dans l’axe « France-Italie XVIe-XVIIe siècle » de l’équipe d’accueil Il Laboratorio, cet ensemble de travaux s’est spécifiquement consacré aux « modalités littéraires de la circulation des textes de savoir » durant cette période entre les deux pays.
Le mouvement de circulation des textes de savoir de l’Italie vers la France est également soumis à l’adaptation de formes particulières que les translateurs vont privilégier. Que les articles de cette partie abordent les ouvrages de vulgarisation « scientifique ou technique » (Violaine Giacomotto), les recueils d’apophtegmes (Bérengère Basset) ou de nouvelles (Enrica Zanin), tous mettent en lumière le souci commun de la pédagogie dans ces traductions du XVIe ou du XVIIe siècle. Les trois articles suivent une progre
Les articles réunis dans ce volume sont le produit d’un séminaire et de journées d’étude organisés durant deux ans à l’Université Toulouse Jean Jaurès . Inscrit dans l’axe « France-Italie XVIe-XVIIe siècle » de l’équipe d’accueil Il Laboratorio, cet ensemble de travaux s’est spécifiquement consacré aux « modalités littéraires de la circulation des textes de savoir » durant cette période entre les deux pays.
Les articles réunis dans ce volume sont le produit d’un séminaire et de journées d’étude organisés durant deux ans à l’Université Toulouse Jean Jaurès . Inscrit dans l’axe « France-Italie XVIe-XVIIe siècle » de l’équipe d’accueil Il Laboratorio, cet ensemble de travaux s’est spécifiquement consacré aux « modalités littéraires de la circulation des textes de savoir » durant cette période entre les deux pays.
Rabelais a effectué, au cours de sa vie, quatre séjours à Rome. Nous nous intéresserons dans ce travail au premier d’entre eux, qui se déroula du mois de février au début du mois d’avril 1534. Le contexte est connu : Jean Du Bellay, évêque de Paris, avait été envoyé à Rome par François 1er pour tenter d’éviter l’excommunication du roi d’Angleterre Henri VIII, mission dans laquelle il échoua malgré sa diligence. L’ambassadeur, qui aurait fait de Rabelais son médecin ordinaire (sans que cela soit véritablement attesté pour ce premier voyage) l’avait emmené avec sa suite dans la cité pontificale.
Nombreuses sont les études qui se sont intéressées aux échanges culturels, linguistiques et politiques entre la France et l’Italie, durant la Renaissance et jusqu’au XVIIe siècle. Mais, loin d’être épuisé, le sujet est ici abordé sous l’angle particulier des « textes de savoir » et de leur circulation selon diverses modalités « littéraires », avec toute la prudence que requiert ce terme anachronique.
Retour haut de page Aller au contenu principal