Éric Dellong et al., Narbonne et le Narbonnais, CAG 11/1, Paris, 2002.

par

À Narbonne, un sarcophage est dit être décoré des têtes d’Isis-Sélénè et d’Hélios-Sarapis. Une photographie (fig. 326 p. 302) permet de voir l’“Isis”, en fait une tête voilée, un croissant lunaire sur le front. Une “lampe représentant Isis” est signalée (p. 310) sans plus de renseignement. En revanche, il est précisé (p. 349) que le petit buste d’Isis en terre cuite exhumé le 21 avril 1939 dans une tombe à incinération et étudié par A. Robert1 provient de Nîmes et non de Narbonne.

À noter une figure en terre cuite de Jupiter-Ammon (p. 417) et, à Armissan, une tête de bélier en bronze et quatre en marbre blanc qui ont fait croire à l’existence d’un temple à ce dieu (p. 522).



noeud d'isis pour séparateur


  1. A. Robert, “À propos de la nécropole du boulevard de 1848 à Narbonne”, RAN, 10, 1977, 263-265 et fig. 1, corrigé dans RAN, 11, 1978, 257. H. 6,1 cm, Musée de Narbonne, n° inv. NARBDQ I, 1.
Podvin, Jean-Louis (2008) : “Eric Dellong et al., Narbonne et le Narbonnais, CAG 11/1, Paris, 2002”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/dellong-2002/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal