UN@ est une plateforme d'édition de livres numériques pour les presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine

Madama la comtessa. Bonne de Berry, Bernard VII d’Armagnac, la gestion des domaines et la politique

par

L’administration de la principauté d’Armagnac

Les différents auteurs qui ont abordé l’administration de la principauté d’Armagnac ont dit peu de choses à son sujet, s’abritant derrière l’absence de documents explicites ou d’étude approfondie – c’est le cas de Charles Samaran –, ou derrière la spécificité de la source particulière sur laquelle ils travaillent presque exclusivement – les registres de chancellerie qui sont conservés (cela ne concerne que le règne de Jean IV) pour Dominique Henrard, les actes d’hommages rendus aux comtes au XIVe siècle pour Emmanuel Johans –. Dire peu de choses, cela revient à être prudent. Et c’est heureux.

En effet, de ce qu’ils ont tout de même écrit, on peut déduire l’existence d’un système de gouvernement bien compliqué et qui, même à l’époque où son exposition est la plus nette, sous Jean IV, paraît surtout théorique et un peu loin de la réalité pratique visible par ailleurs – ou en décalage.

Ce système repose non pas sur une seule administration, mais sur deux administrations, l’une pour la partie gasconne des domaines, l’autre pour la partie rouergate, la Garonne servant de limite entre les deux blocs, limite réelle séparant deux mondes nettement différenciés1. En haut, il y a le conseil du comte, un collectif singulier, et un chancelier qui couvre l’ensemble des opérations. C’est ce qui ressort de l’analyse des actes émanés de la chancellerie de Jean IV conduite par Dominique Henrard, selon le résumé officiel de sa thèse d’École des Chartes2. Mais, à l’échelon inférieur, il y a un conseil en Rouergue, à Rodez, et un conseil en Gascogne. Pour Dominique Henrard, ces deux conseils sont “l’émanation du conseil comtal et la cour chargée d’assister le sénéchal”3, sénéchal d’Armagnac en Gascogne, sénéchal du comté de Rodez en Rouergue. La création de l’office de sénéchal est d’ailleurs intrinsèquement liée à l’autonomisation du conseil, quel qu’il soit4. Ce conseil, à Rodez, mêle étroitement professionnels et féodaux5. Il est composé essentiellement de juristes et de financiers, du moins quand on peut en connaître la composition, sans être capable d’en évaluer les fluctuations6. Cela révèle avec pertinence, mais sans surprise, que l’administration des domaines se joue sur deux plans : l’un politique et l’autre financier. Ce dernier aspect est important parce qu’il constitue, pour nombre de sujets du comte, l’ossature visible de la principauté. A priori, pour ce qu’on peut en savoir, il y a des receveurs dans chaque seigneurie et, dans les seigneuries importantes, un trésorier, un trésorier général coiffant le tout par grand bloc7. Pour Dominique Henrard, c’est là le système, mais il est théorique et ne fonctionne véritablement qu’en Gascogne8. Pour elle, en effet, si la hiérarchie est “stricte” en Gascogne, elle ne l’est pas en Rouergue où, à ses yeux, les receveurs ne sont pas subordonnés à un trésorier général. Je ne suis pas sûr d’être d’accord avec elle, mais ce n’est pas le lieu d’en débattre. Pour Emmanuel Johans, cela participe, en Rouergue, du fonctionnement d’une véritable administration financière. À rebours, il émet l’hypothèse que le trésorier extraordinaire du comté a peut-être un office “étendu à toute la principauté d’Armagnac”, sans rien pouvoir affirmer. Le trésorier du comté est installé à Rodez, dans la salle comtale. Il est systématiquement un gradué de l’université. Lui comme les autres membres des finances sont tous des gens importants – E. Johans parle d’ “hommes-clés influents dans la principauté”9.

Le peu qui est dit, on le voit sans trop de peine, mérite bien de rester prudent. Au fond, l’étude du système de gouvernement de la principauté d’Armagnac reste à conduire, en dépit de la très belle étude de Timur Pollack-Lagushenko sur le sujet10. Selon quelles modalités ? C’est là tout le problème.

La connaissance du fonctionnement des domaines et de leur administration au prisme de la comptabilité de la famille, pour la période que le hasard de la conservation oblige à considérer, des dernières années du règne de Jean Ier, à partir de 1366, jusqu’aux premières années du règne de Jean IV, à la fin des années 1420 – ensuite, il y a un grand vide documentaire jusqu’en 1450 –, invite à louer la prudence des prédécesseurs et à confirmer le caractère théorique de ce qui a été avancé, sans pour autant tout à fait remettre en cause ce qui a été dit.

Évidemment, les comptes conservés ne disent pas tout. Les différentes séries sont incomplètes et ne permettent de voir fonctionner en profondeur que les domaines rouergats de la famille. Ils révèlent, sans avoir besoin de les analyser longtemps pour le comprendre, que cela ne fonctionne pas très bien, ce que ne dit jamais l’approche structurelle et ce qu’on oublie trop souvent. Il y a plusieurs raisons à cela. En premier lieu, il y a la conjoncture. Et la conjoncture, à vrai dire, dans la période considérée, n’est pas très favorable à la bonne marche d’une administration dûment organisée et à l’assise d’un bon gouvernement. En deuxième lieu, il y a l’argent, le problème récurrent de l’argent, qui fait défaut souvent, gravement par moments. Et qui oblige, en particulier sous Jean II et sous Jean III (certes, des années particulièrement difficiles), à des tours de passe-passe comptables pas toujours rigoureux ni payés de retour. Enfin, et peut-être surtout, en troisième lieu, il y a les gens. À plusieurs niveaux. Celui des sujets, dont on n’analyse jamais la vision ni le point de vue sur la principauté. En Rouergue, pourtant, la masse documentaire conservée, des domaines eux-mêmes aux villes, petites villes et villages, permet d’envisager sérieusement de pouvoir accéder à ce type d’information. Des éléments ont été avancés au sujet de la réputation de tel ou tel comte, mais mal et à pas vieillis. L’enquête est à reprendre – elle est en cours. Celui des contestataires : que l’on songe, dans ces années compliquées, au nombre de procès, de conflits d’ordre successoraux en particulier auxquels la famille doit faire face. Celui, enfin, de ceux qui font fonctionner la machine, à tous les étages. Il suffit de lire en détail le dernier registre conservé pour le règne de Jean Ier, presque entièrement dédié au mariage de Matha d’Armagnac avec l’infant d’Aragon pour en prendre conscience. Les problèmes cruciaux d’argent mettent en évidence des disfonctionnements structurels et humains. On se souvient, tout d’un coup, par exemple, que, en fait, la famille a des droits sur la foire de Pézenas, qu’elle ne prélevait pas et qu’il faudrait envisager de percevoir11. Ou ceux du trésorier du comté sous Jean III, qui stresse et angoisse devant les difficultés insurmontables. Ou de considérer la demande ordinaire effectuée par le receveur de la seigneurie de Rignac, au printemps 1410, auprès de sujets du comte pour porter des céréales au château où résident le comte et sa famille en Rouergue, à Gages, et de voir que les sujets en question refusent. Et que le receveur peine à trouver du monde qui accepte de s’y contraindre, dans une indifférence générale assez stupéfiante12.

C’est pourtant là, dans l’humain, que tout se joue. C’est là la faiblesse du régime, surtout dans les années difficiles, et c’est là, peut-être, un trait structurel archaïsant, à supposer que la notion d’archaïsme ait un sens dans le débat13. L’entourage du comte est composé de nombreux féodaux et d’administratifs. Mais au fond, ce n’est pas l’image qui ressort de la documentation. Ce qui s’impose, c’est le rapport que ceux-ci, quel que soit leur statut, entretiennent avec le comte. Il y a certes un lien juridico-vassalique mais dépassé en bien des endroits. Raymond Roqueta, par exemple, un des secrétaires de Jean IV, qualifié dans le même temps d’auditeur des comptes, est en réalité bien plus que ce que dit sa titulature. Dans les faits, il est le patron des finances des domaines rouergats au moins, ce que les textes ne disent jamais de manière explicite mais montrent très bien, à mots à peine voilés14. C’est donc dans la relation d’homme à homme, dans le rapport de confiance qui s’installe, dans l’octroi de telle ou telle mission, que se joue l’essence du système, pas dans les titres et la structure. C’est là la force de la machine comtale et cela explique son efficacité et sa durée15. Au fil du temps, le comte en Rouergue est devenu une autorité, au sens charismatique du terme et, s’il est reconnu par ses sujets, il l’est d’abord par son poids, son aura, sa compétence, sa supériorité réelle, avant de l’être par le droit et la force. L’attitude d’autres que ses sujets à son égard confirme l’hypothèse : c’est le cas, notamment, des habitants de Millau16.

L’humain, donc, est à considérer comme la clé de voûte du système : on le voit dans ce qui est rapporté dans les comptes de la structure de gouvernement. Il y a le comte, évidemment, omniprésent ; le conseil, toujours présenté comme un collectif singulier. Et des personnages qui gravitent autour, des proches conseillers, à un titre ou à un autre. Et ce sont ces personnages-là qui semblent avoir la main. Parmi ceux-ci, il y a des figures qui s’imposent comme des piliers de la principauté, considérée ici comme une seule entité. Guilhamot de Solatges, par exemple, entré au service de Jean Ier puis, rapidement promu, qui reste au service de Jean II, comme l’un de ses conseillers principaux, puis le principal, toujours au service de Jean III puis de Bernard VII qu’il sert avec une tenace efficacité jusqu’au bout – il meurt quelques semaines après lui, en septembre 1418. Cet homme est toujours qualifié de secrétaire du comte. Parfois, temporairement, à l’occasion de telle ou telle mission, comme le rapatriement d’Italie de la sœur de Bernard, Beatrix, ou le mariage dudit Bernard avec la veuve Bonne de Berry, il est qualifié de procureur ou d’un autre titre équivalent. C’est un très proche des comtes, de Bernard VII en particulier, dont il a été par ailleurs le précepteur. Si les comptes utilisent à son sujet les formules usuelles, comme celle de “senhor de Tolet”, par exemple, ce qu’il est, ils utilisent aussi parfois, voire souvent, une formule d’ordinaire réservée aux fils de la famille, celle de “mossenhor Guilhamot”. Cela suffit à dire les liens qui se sont créés : il est un membre de la famille, à part entière. Cela, l’analyse le montre, même si les textes ne le disent pas de manière explicite. Et cela permet de comprendre l’importance du personnage et de son rôle. Et cela suffit à expliquer que, bien souvent, en l’absence du comte, c’est à lui que revient légalement le gouvernement des domaines rouergats17. Cet exemple montre le poids de l’humain et la force des liens tissés entre les différents acteurs concernés dans le gouvernement, loin de la seule structure visible et de la seule titulature des individus.

Madama la comtessa : une épouse et une mère

Dans l’entourage du comte, parmi les gens qui comptent et qui font fonctionner le système, il y aussi la comtesse, dont le rôle est souvent tu mais dont de nombreux indices tendent à révéler l’importance structurelle.

S’interroger sur le rôle de l’épouse du comte est pourtant difficile. La comptabilité, quel que soit le moment, le règne considéré, parle peu des épouses. De la sorte, peu d’éléments permettent de se faire une idée de son action. L’essentiel de l’information permet de confirmer qu’elle existe, que le mariage a occasionné des dépenses, qu’il y a eu dot, et que la réception de celle-ci est parfois compliquée. Ce qui revient à ne pas savoir grand-chose. Dans la seconde moitié du XVe siècle, quand quelques comptes conservés éclairent enfin les domaines gascons, à partir de 1450, il y a même très peu à dire, sinon rien du tout. Martine Charageat, qui a effectué à la fois une transcription partielle et une analyse de ces comptes dresse un bilan bien clairsemé. Les comptes ne parlent que de la veuve de Charles d’Armagnac, le frère et successeur de Jean V, et ne le font que de manière incidente. On n’apprend rien de concret sur elle. Et rien n’est dit de l’épouse de Jean V. Mais dans le cas présent, la complexité de la situation maritale explique sans beaucoup de doute le silence pesant à son sujet18.

En Rouergue, où la documentation est plus ancienne, plus continue et plus fournie, les détails sont un peu plus nombreux, mais ils ne s’amoncèlent pas pour autant. Que documentent véritablement ces informations ténues ?

D’abord, que l’épouse est bien une épouse

On trouve des mentions relativement nombreuses au sujet du mariage, de la dot et de son paiement. Il n’y a pas lieu d’insister ici sur cet aspect du problème. Mais c’est l’occasion la plus commune de voir apparaître dans les registres le nom de la comtesse. Prenons un exemple, tiré de la comptabilité extraordinaire de Jean II pour l’exercice 1378-1379 : une dépense, le 22 décembre 1378, est effectuée pour “grossar las cartas de la dot de madona la comtessa et de mossenhor lo comte19. C’est un résidu : Jean II a épousé Jeanne de Périgord en 1359. Mais c’est un résidu qui persiste et qui suffit à témoigner de la présence durable du mariage dans la comptabilité.

Ensuite, que l’épouse est de bonne moralité

C’est là ce que dit un élément récurrent dans la comptabilité, celui des fondations pieuses dont le paiement, chaque année, sert aussi de moyen de rappeler le souvenir des comtesses disparues. C’est le cas, essentiellement, de Cécile et de Mascarone, les deux sœurs, filles du dernier comte de Rodez, dont le double mariage a permis à la famille d’Armagnac d’acquérir une bonne partie du Rouergue. C’est le cas aussi de Béatrice de Clermont. Ainsi, par exemple, dans l’exercice comptable du comté de Rodez 1411-1412 :

A las donas sors menoretas del coven de Melhau lasquals agro per lodit an en deductio de Vc floris ad elas per una vetz pagadors per certan acordi am elas fag per certan legat que lor avia fag madona Beatris de Clarmon condam comtessa de Rodes, de que fetz reconoyssensa mossen Huc Chabbal lor procurayre a XXIII de jun M CCCC et XIII reduda el compte propdanamen preceden : setze liuras tornes. Et per so : XVI liuras20.

Enfin, que l’épouse tient sa maison et joue un rôle domestique

Elle possède un hôtel à elle, ce qu’une expression régulièrement utilisée dans les comptes suffit à signaler : “la despensa de l’ostal de madama”, comme en mai 1415, par exemple, dans la comptabilité des Montagnes21. Il est difficile de savoir comment celui-ci s’organise, mais ce n’est pas propre à l’hôtel de la comtesse : c’est une difficulté commune dès lors que l’on s’intéresse à l’hôtel d’un prince. On signale au début du XVe siècle un chapelain et gouverneur du bétail de madame – la même personne22. Un maître d’hôtel à plusieurs reprises – en 1398, par exemple, il s’agit d’un nommé Guinot Bonaffos23 ; au moment du décès de Bernard VII, c’est Manaut de Condom24, etc. Un tailleur est signalé en janvier 139825. Il est aussi fait mention d’argentiers, au pluriel, en même temps visiblement, à la fin du XIVe siècle26. Peu d’éléments, donc, mais qui suffisent tout de même à dessiner les contours d’un véritable hôtel.

Ce qui est sûr, par contre, c’est que l’on intègre dans son hôtel les enfants du couple : on parle ainsi de “l’ostal de madama et de sas filhas27, des “despens que fetz madicta dona la comtessa et effans et nebodas lors et las gens de lor ostal28. L’exercice 1402-1403 du grainetier du comté de Rodez dresse une liste, mois par mois, des dépenses effectuées “per madona la contessa et per lors enfans et gens de lor ostal29, etc. Ces mentions insistent sur le rôle attendu de la comtesse : celui de mère qui consiste d’abord et surtout à élever les enfants qu’elle a eus avec le comte.

Elle s’occupe par ailleurs de la tenue de l’ensemble des résidences comtales. Ainsi Jeanne de Périgord, par exemple, fait-elle repeindre, en mai 1374, une chambre à Lavardens30. Ainsi Bonne de Berry fait-elle murer une ouverture dans la chambre où dort son fils aîné, le petit Jean – il a trois ans –, dans le château de Castelnau-de-Montmiral, au printemps 139931. Bonne de Berry s’intéresse particulièrement aux jardins, dont elle entreprend une réfection complète à Gages, qu’il s’agisse d’une restructuration matérielle, ce qu’indiquent des travaux importants conduits au printemps 141432, ou de sa composition. On est surpris de lire à quel point, à Gages, à Creissels comme à Castelnau-de-Montmiral, elle apporte un soin particulier aux plantations. À Castelnau, il convient en mars 1396 de planter des arbres, au nombre desquels des pommiers d’une variété particulière, dûment exigée33. À Gages, en 1415, elle opère une véritable révolution agricole, ce que dit suffisamment explicitement l’article suivant : “Item l’an desus a XVIII de dezembre fon trames a Gaias quar madama avia mandat quel tramezes hom de plant muscadel roergua et autre preceguies, pomies, figuies ; costet per despens am la bestia : X sols34. À Creissels, en mars 1416, elle demande à ce que soit livrée une grosse quantité de lavande à planter (una saumada de lavanda per plantar), à laquelle on joint, selon son désir, des poireaux, des choux et des épinards35.

Enfin, et plus généralement, on voit la comtesse concernée par des affaires de gestion du quotidien, comme l’approvisionnement de l’hôtel, son entretien ou l’entretien des vêtements. C’est ainsi, par exemple, que Marguerite de Comminges envoie de jeunes oies à son mari en avril 139136. Dans le courant de l’exercice 1412-1413, autre exemple, Bonne de Berry, défraye des lavandières en leur demandant de procéder à l’engraissage de porcs : “Item foron baylatz per comandamen de madama, present mossen Bernat Batut, a las mayres que fasian las bugadas a Guaia per engraysar los porcx que eron statz d’Alboy, los quals ponsavo a Guaia en farina de mescla : XII sestiers emina37. Dernier exemple : en janvier 1398, Bonne de Berry, toujours elle, procède à l’achat de fil et d’aiguilles pour ses besoins38.

En somme, la comtesse, au regard principal de la comptabilité de la famille, s’occupe chiffons et enfants, en bonne épouse, ce qui ne surprend personne et ne remet pas en question la structure de gouvernement évoquée précédemment.

L’épouse du comte : un rôle politique

Les mentions concernant Bonne de Berry, nettement plus nombreuses que celles des autres épouses dans les registres précédents, obligent pourtant à considérer un autre aspect du rôle de la comtesse, plus politique, même si certains ne voient dans ce rôle qu’un prolongement de celui de mère. Pour T. Pollack-Lagushenko, en effet, le rôle politique joué par la comtesse par endroits et par moments, relève de la défense du lignage par une mère protectrice39.

Pour comprendre ce qui se joue, il importe d’avoir à l’esprit quelques éléments concernant cette princesse. Les tractations en vue de son mariage avec Bernard VII aboutissent en décembre 1393 par la signature d’un contrat de mariage. Elle arrive en Rouergue à l’automne 1395 seulement, ce qui signale à ce moment-là l’effectivité du mariage, au moins pour la population ; sa première entrée dans Rodez est célébrée en très grande pompe40. C’est une grande dame, fille du duc de Berry, un des grands princes du moment. Elle est veuve d’Amédée VII de Savoie, personnage important lui aussi. Elle n’est pas n’importe qui, donc, et son rang contraste avec celui de l’épouse des comtes antérieurs, comme Jeanne de Périgord épouse de Jean II ou Marguerite de Comminges épouse de Jean III. Il y a un précédent, la seconde épouse de Jean Ier, Béatrice de Clermont, mais elle est morte en 1364, bien avant que ne commence le plus ancien registre de comptes conservé ; elle est d’ailleurs peu visible dans la documentation.

En quoi la comptabilité tient-elle un autre discours sur Bonne de Berry que le discours que l’on peut lire au sujet des précédentes comtesses ?

Première particularité : celle du surgissement d’un “nous”. Plusieurs indices, en effet, montrent que, dans certains cas, à certaines occasions du moins, le comte agit de concert avec son épouse, ou vice et versa, ce qui oblige bien à parler d’un nous à la tête des domaines. Le dossier concernant la vicomté de Carlat est révélateur à ce sujet. Cette seigneurie importante est située à cheval sur les départements de l’Aveyron et du Cantal actuels. Elle est achetée en 1392 par Jean de Berry en personne. Il cède partiellement la seigneurie à sa fille et à son gendre conjointement en décembre 1400. C’est-à-dire qu’ils peuvent jouir ensemble des revenus, ce qui est confirmé en 1403. Il la leur donne entièrement à la fin de l’année 1410. C’est au couple que la donation est effectuée. Le 6 janvier 1411 (n. st.), Bonne Berry donne procuration à son mari pour prendre possession de la vicomté41. Ce dernier point semble contradictoire et invalide l’idée générale. Si la donation, en effet, effectuée au couple, se conclut par une procuration de Bonne de Berry à son époux, cela signifie que c’est lui qui a la main et qu’il n’y a pas de “nous”. Certes. Dans les faits, à regarder rapidement, c’est bien lui qui agit, octroie ou confirme privilèges, etc. Mais nous avons la chance de posséder des fragments de la comptabilité de Mur-de-Barrez, qui relève de la vicomté : deux exercices comptables entiers, 1407-1408 et 1408-1409, d’un côté ; un cahier incomplet du début mais dont la teneur concerne visiblement l’exercice comptable 1411-1412 de l’autre côté42. Dans ces cahiers, ce qui est dit continuellement, ce ne sont pas les agissements de Bernard VII, mais ceux du couple, d’un nous.

      Premier exemple, tiré du premier exercice conservé :

Despence de deniers

Primeiramen du commandement et voloir de madama d’Armanhac a Berenguo Ebrart trenta et cinq liuras tornes et plus a maistre P. de Mayres per bailar a mossen Ramon Gibro cum apar par l’une partie e l’autre par quictance de madita dama donnee a Rodes soubz son seel et signe de la main dudit Me Peyre de Mayres le Ve jour de novembre l’an mil IIIIc et VII ; pour ce, monta per tot : cinquanta et sinq liuras tornes ;

Item a mossen R. Gibron du commandement de mossenhor d’Armanhac apert par quictance dudit monsenhor R. Gibron donnee a Rodes et signee de sa main le segon jour de dezembre l’an mil IIIIc et VII : trente liuras. Pour ce : XXX liuras. (fol. 12v)

Les ordres sont donnés qui par l’un, qui par l’autre. Cela suffit à témoigner d’un gouvernement conjoint, au moins par moments. Plus tard, après 1410 et la procuration de janvier 1411, si Bernard VII semble dominer et gouverner effectivement, il y a tout de même traces d’une action commune. Au chapitre des dépenses du vin, par exemple, il est fait mention, en février 1412 (n. st.), d’un document mêlant étroitement le comte et la comtesse : “Primeirament a Me Johan Bordet ou nom de mossenhor et de madama d’Armanhac apart per sa quictanse donnee soubz son sain manuel le X jour de fevrier l’an mil IIIIc et XI, vin : VIIIxx sestiers” (fol. 19).

Les indices sont ténus et concernent la vicomté de Carlat qui, dans l’ensemble des domaines rouergats, tient une place toute particulière, ce que rappelle de manière très appuyée la donation de 1410, qui la considère ad vitam aeternam comme “franche et quicte de toute foy et hommaige faite à quelque personne que ce soit, ainsi que elle estoit par avant le transport43. Est-il possible, à l’aide d’exemples pertinents, de mettre en évidence ailleurs une action conjointe ? Il faut avouer que cela est difficile. Il est possible de montrer, par exemple, que le grainetier du comté de Rodez, dans l’exercice 1403-1404, prend un soin très particulier à indiquer systématiquement si le comte est seul ou s’il est avec son épouse, et réciproquement, ce qui semble important à ses yeux44. Mais il est difficile de conclure quoi que ce soit à l’aune de ce seul constat.

Pourtant, seconde particularité, on voit agir Bonne de Berry, soit seule, soit avec d’autres personnes, autrement que dans la gestion de sa maison et des jardins. Et cela suffit à montrer qu’elle participe bien à la gestion des domaines. Prenons quelques exemples.

Seule

Souvent, il s’agit d’un courrier qu’elle envoie. En août 1408, par exemple, elle envoie une lettre au sénéchal pour qu’il se renseigne pour savoir où est passé le procureur : “A Johan Salang per portar una letra de part madama a mondit senhor lo senescalc als Salvatges sus so que spies ont era lodit procurayre lodit jorn cum apar per ladicta certifficansa : dos sols tornes. Et per so : II sols45. Évidemment, cela n’a l’air de rien et le trésorier du comté ne dit rien de plus. Mais la teneur de l’article est suffisante pour comprendre que Bonne de Berry est aux commandes, qu’elle a besoin du procureur et qu’elle veut savoir où il est. L’année suivant son arrivée en Rouergue, elle assume la gestion d’une situation difficile, où couve une épidémie et révèle à la fois sa présence et son rôle politique. En effet, les consuls de la Cité de Rodez ont un entretien avec elle, au château de Gages, fin août 1397, “sus la intrada de las gens dels locs ont era la empidimia, que lo cosselh volia que hom tengues sarradas las portas que no sey intres home e per so hom ne anet parlar am madona46. Cela ne laisse aucun doute sur les attentes des uns et les possibilités d’action de l’autre. On pourrait multiplier les exemples, sans que cela soit très utile : il y a nombre d’indications de ce genre – peu prolixes mais suggestives. Quelques indices laissent penser que d’autres comtesses ont agi en ce sens, comme Jeanne de Périgord, par exemple, en juillet 1374, à qui l’on demande de prolonger le défraiement de gens d’armes47. Mais ils sont peu nombreux et fort ténus.

Seule, encore, elle peut frapper fort et agir en souveraine à part entière. Ainsi, par exemple, au début de l’année 1414, se trouve-t-elle à Carlat, au moment où Regnaud de Murat, ayant refusé de rendre hommage à Bernard d’Armagnac, profitant de l’absence de ce dernier, mobilise pour assiéger la ville dans l’espoir de s’en emparer et de se libérer de la tutelle des Armagnacs. Elle réagit avec vigueur en convoquant le ban et l’arrière-ban – et l’emporte48.

Avec d’autres – “je” élargi, ou “nous” autre manière

Plusieurs autres exemples révèlent qu’elle agit souvent de concert avec un officier du comte, dans une posture de commandement. Le 18 octobre 1408, par exemple, des lettres sont envoyées de Rouergue au chancelier d’Armagnac qui se trouve en Gascogne au sujet d’une affaire concernant les “dames de Mirepoix”. Ces lettres, dit le trésorier du comté, sont transmises “de part madama la comtessa et de part lodit mossen B.49, c’est-à-dire Bernard del Batut, licencié en loi, conseiller du comte50. Le 27 août 1415, autre exemple, le consul boursier de Millau signale que, avec Guilhamot de Solatges, elle a demandé à ce que soit réglée la question des gendarmes autour de la ville, de telle manière à ce qu’il n’y ait pas de dégâts : “quar madama no volia ni mossen Guilamot que donneso damanage enviro de Melau51. Il ne sert à rien de commenter ces exemples : ils parlent d’eux-mêmes et suffisent à témoigner de son rôle actif à la tête de la principauté ou, à tout le moins, de la portion rouergarte de celle-ci.

Ces différents indices suggèrent donc que Bonne de Berry, par moments, est aux commandes. Le cadre légal de l’intervention n’est jamais précisé. A-t-elle obtenu de son mari des lettres de procuration, comme d’autres, ailleurs, en Bourgogne, par exemple ?52. Rien ne le dit et ne permet de le dire. T. Pollack-Lagushenko estime que la délégation de pouvoir n’a jamais concerné que des hommes53. L’absence d’informations fait difficulté. La convocation du ban, toutefois, laisse supposer un cadre légal assez clair et légitime. Quoi qu’il en soit, Bonne de Berry agit et est capable d’action, au moins pendant l’absence de son mari.

Reste un problème à évoquer : celui de l’été 1418 et des suites de l’assassinat de Bernard VII. Moment difficile, évidemment. On imagine le trouble et la crise qui s’ouvre. Problème pour l’historien, parce que tout n’est pas très clair et qu’il est difficile d’être sûr de tout comprendre, sauf à supposer que cette absence de clarté s’explique, précisément, par le trouble du moment. Dans l’urgence, en effet, on voit Bonne de Berry diriger, sur tous les fronts, de manière très impressionnante, en maîtresse de la situation. Parfois le nom de son fils, Jean, est associé au sien. Souvent, il ne l’est pas. La situation, au regard de la documentation, qu’il s’agisse de la comptabilité de la famille ou des comptes des communautés – globalement, on est admirablement bien documenté sur cette période en Rouergue –, est assez confuse. Ce qu’on imagine aisément.

Pourquoi tout n’est-il pas très clair ? Si elle agit en toute souveraineté, c’est que, légalement, elle peut le faire. Le contrat de mariage de décembre 1393 indique, en effet, que, en cas de disparition de Bernard VII, Bonne de Berry lui survivant, le comté de Rodez lui reviendrait “ou nom et a cause de douaire”, “avecques toutes ses juridictions”, etc54. Elle a le droit pour elle, donc. Mais lequel ? En effet, il y a aussi eu une donation de tous ses biens en faveur de ses deux enfants (les seuls nés à l’époque), Jean et Marie, en avril 139855. Son fils aîné, Jean, hérite des domaines et prend les rênes sous le nom de Jean IV. Dans un premier temps, il est absent, au moins dans les premières semaines qui suivent l’assassinat, s’étant rendu auprès du dauphin pour aviser de la situation. Mais la situation perdure. Et, dans la documentation, il y a un flottement. Un coup, c’est Bonne de Berry seule, un coup c’est avec “monseigneur”, sous-entendu Jean IV. S’ajoute à la situation, enfin, un conflit de succession entre Jean et son frère Bernard, aux contours assez curieux et un peu obscurs, mais peu importe ici. Ce qui compte, c’est que, quel que soit le cas de figure, elle est aux commandes et que personne ne remet la chose en question, même au plus fort de la tempête. Au contraire, elle semble fort appréciée, en particulier de la population. En effet, en 1435, elle meurt quasiment en odeur de sainteté. Sur son tombeau, situé dans le couvent des Franciscains de Rodez, des miracles se seraient d’ailleurs opérés. C’est du moins ce que rapporte une lettre tardive de Charles VIII56.

L’épouse du comte joue un rôle dans la gestion des domaines. Bien évidemment en tant qu’épouse, versée dans les chiffons, l’éducation des enfants et la tenue de la maison. Des indices, toutefois, permettent de compléter le portrait, au moins pour Bonne de Berry. Ceux-ci, sans être ni très nombreux ni très bavards, suggèrent qu’elle a pu jouer, ici et là, un rôle politique et assumer, au moins à titre temporaire, le gouvernement de la principauté. L’ensemble mériterait une meilleure documentation, mais celle-ci est toutefois suffisante pour tourner le problème à l’envers. Il y a peu d’indices mais il y en a tout de même suffisamment pour montrer que, si Bernard VII peut s’appuyer sur son conseil, ses conseillers proches et son administration, il peut aussi compter sur son épouse. Celle-ci est un recours possible et les traces que nous avons d’une prise en main effective, ici et là, en l’absence du comte, assurément en 1418, après son assassinat, prouvent sans contestation possible que ce recours est une vraie option. Il y a donc, aux côtés des membres du conseil, des conseillers et de l’administration, une femme capable de gérer et de gouverner – et qui l’a montré.

Sources éditées

  • Saige, G. et le comte de Dienne (1900) : Documents historiques relatifs à la vicomté de Carlat, t. II, Monaco.

Bibliographie

  • Affre, H. [1903] (1995) : Dictionnaire des institutions, mœurs et coutumes du Rouergue, Marseille [1ère édition Rodez].
  • Bosc, L. C. P. [1797] (1879) : Mémoires pour servir à l’histoire du Rouergue, Rodez.
  • Bousmar, É., Dumont, J., Marchandisse, A. et Schnerb, B., dir. (2012) : Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles.
  • Charageat, M. (1990) : Les comptes du domaine comtal d’Armagnac en Gascogne de 1450 à 1498, T.E.R., Bordeaux, Université Michel de Montaigne.
  • Durrieu, P. (1878) : Bernard VII comte d’Armagnac, connétable de France 136 ? – 1418, Paris, thèse d’École des Chartes, 1878 (manuscrit reconstitué par Arnaud de Solages ; copie Bibliothèque d’Études Méridionales, Toulouse).
  • Ferrand, G. (2009) : Communautés et insécurité en Rouergue à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat, Université de Toulouse.
  • Ferrand, G. (à paraître) : “En nom de mondit senhor. La gestion des domaines de la famille d’Armagnac à la fin du Moyen Âge”, Actes du 1er colloque du Gemma.
  • Henrard, D. (1986) : “Les registre de la chancellerie du comte Jean IV d’Armagnac (1425-1427). Étude et regeste”, Positions de l’École Nationale des Chartes, Paris.
  • Johans, E. (2002) : Homagium principi. Aristocratie vassalique et pouvoir princier dans les domaines rouergats et cévenols de la famille d’Armagnac au XIVe siècle, thèse de doctorat, Université de Toulouse.
  • Lot, F. et Fawtier, R., dir. (1957) : Histoire des institutions françaises au Moyen Âge. I. Institutions seigneuriales, Paris.
  • Marchandisse, A. (2012) : “Le pouvoir de Marguerite de Bavière, duchesse de Bourgogne. Une esquisse”, in : Bousmar et al., dir. 2012, 493-506.
  • Pollack-Lagushenko, T. R. (2003) : The Armagnac Faction : New Patterns of Political Violence in Late Medieval France, thèse de doctorat, Johns Hopkins University.
  • Rouquette, J. (1887) : Le Rouergue sous les Anglais, Millau.
  • Samaran, C. (1907) : La maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, Paris.
  • Samaran, C. (1957) : “Les institutions féodales en Gascogne au Moyen Âge”, in : Lot & Fawtier, dir. 1957, 185-207.
  • Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Public, éd. (1993) : Les princes et le pouvoir au Moyen Âge, Actes du XXIIIe congrès de la SHMESP (Brest 1992), Paris.
  • Sommé, M. (1993) : “Les délégations de pouvoir à la duchesse de Bourgogne Isabelle de Portugal au milieu du xve siècle”, in : Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Public, éd. 1993, 285-301.

Notes

  1. Pollack-Lagushenko 2003, 224.
  2. Henrard 1986.
  3. Henrard 1986, 78.
  4. Samaran 1957, 201.
  5. Pollack-Lagushenko 2003, 196-198.
  6. Affre [1903] 1995, 112.
  7. Samaran 1907, 37.
  8. Henrard 1986, 78.
  9. Johans 2002, 381-383.
  10. Pollack-Lagushenko 2003, 158-224.
  11. Archives départementales de l’Aveyron (AD 12 désormais), CC 1332.
  12. AD 12, C 1268, fol. 3 (1409-1410).
  13. Pollack-Lagushenko 2003, 222-223.
  14. Ferrand à paraître.
  15. Pollack-Lagushenko 2003, 222-223.
  16. Ferrand 2009, 399-403.
  17. Pollack-Lagushenko 2003, 331-332.
  18. Charageat 1990, II, 22-24.
  19. AD 12, C 1335, fol. 42 (Montagnes, 1378-1379).
  20. AD 12, C 1345, fol. 107 (Comté, 1411-1412) – il s’agit des Clarisses.
  21. AD 12, C 1355, fol. 29v (Montagnes, 1414-1415).
  22. AD 12, C 1268, fol. 8 : “Guiral Austri capella e governador dels bestials de madama la comtessa d’Armanhac” (Rignac, 1403-1407).
  23. AD 12, C 1344, fol. 117 (Comté, 1398).
  24. AD 12, C 1347, fol. 51 (Comté, 1417-1418).
  25. AD 12, C 1344, fol. 80v (Comté, 1397-1398).
  26. AD 12, C 1344, fol. 79 (Comté, 1397-1398).
  27. AD 12, C 1355, fol. 29v (Montagnes, 1414-1415).
  28. Archives départementales du Tarn et Garonne (AD 82 désormais), A 310, fol. 112 (Castelnau-de-Montmiral, 1400-1401).
  29. AD 12, C 1360, fol. 10-10v (Granetier, 1402-1403).
  30. AD 12, C 1332, fol. 122v-123 (Comté, 1370-1373).
  31. AD 82, A 310, fol. 92v (Castelnau-de-Montmiral, 1398-1399).
  32. AD 12, C 1361, fol. 36v-37v (Grainetier, 1413-1414).
  33. AD 82, A 310, fol. 72v (Castelnau-de-Montmiral, 1396-1397).
  34. AD 12, C 1370, fol. 15 (Creissels, 1415-1416).
  35. AD 12, C 1370, fol. 15 (Creissels, 1415-1416).
  36. AD 12, C 1339, fol. 38v (Comté, extraordinaire, 1390-1391).
  37. AD 12, C 1361, fol. 16 (Grainetier, 1412-1413).
  38. AD 12, C 1344, fol. 82v (Comté, 1397-1398).
  39. Pollack-Lagushenko 2003, p. 337.
  40. AD 12, C 1355, fol. 171v.
  41. Saige & de Dienne 1900, II, CCXLVIII-CCXLXIX.
  42. AD 82, A 174.
  43. Saige et de Dienne 1900, I, 434.
  44. AD 12, C 1360, fol. 24v-25 (Grainetier, 1403-1404).
  45. AD 12, C 1345, fol. 21v (Comté, 1408-1409).
  46. AD 12, 2 E 212 Cité CC 221, fol. 30 (1396- s.d.).
  47. AD 12, C 1332, fol. 139-139v (Comté, 1370-1373).
  48. Saige & de Dienne 1900, II, CCLIV.
  49. AD 12, C 1345, fol. 22v (Comté, 1411-1412).
  50. Ibid., fol. 14.
  51. Archives municipales de Millau, 1er inventaire CC 398 (1415-1416), fol. 8v.
  52. Sommé 1993. Marchandisse 2012
  53. Pollack-Lagushenko 2003, 336.
  54. BnF, Collection Doat, 206, fol. 214-214v.
  55. BnF, Collection Doat, 207, fol. 147-156.
  56. Bosc [1797] 1879, 448-449. Rouquette 1887, 417-418.
ISBN html : 978-2-35613-543-8
Rechercher
Pessac
Chapitre de livre
EAN html : 9782356135438
ISBN html : 978-2-35613-543-8
ISBN pdf : 978-2-35613-545-2
ISSN : 2741-1818
11 p.
Code CLIL : 3385
licence CC by SA
Licence ouverte Etalab

Comment citer

Ferrand, Guilhem, “Madama la comtessa. Bonne de Berry, Bernard VII d’Armagnac, la gestion des domaines et la politique”, in : Bidot-Germa, Dominique, Courroux, Pierre, Lamazou-Duplan, Véronique, dir., Gouverner et administrer les principautés des Alpes aux Pyrénées (XIIIe-début XVIe siècle), Pessac, Ausonius éditions, collection PrimaLun@ 20, 2023, 241-252, [en ligne] https://una-editions.fr/madama-la-comtessa-bonne-de-berry [consulté le 22/12/2023].
10.46608/primaluna20.9782356135438.16
Illustration de couverture • Édouard III accorde la Guyenne à son fils Édouard de Woodstock, dit le Prince noir, 1362 (British Library, Londres, ms. latin Cotton Nero D. VI fo 31, fin du XIVe siècle).
Retour en haut
Aller au contenu principal