Hélène Siard, “Rapport sur les activités de l’École française en Grèce en 2001, fouilles de Délos”, BCH, 126.II, 2002, 537-545.

par

La fouille de boutiques situées en contrebas de la terrasse méridionale du Sarapieion C de Délos a permis de confirmer la destruction volontaire du sanctuaire isiaque, à une date que l’on ne peut encore déterminer avec certitude. Un nouveau chapiteau dorique, anépigraphe, appartenant au portique du sanctuaire y a été découvert, s’ajoutant aux dix-sept déjà connus, dont huit portent des inscriptions (RICIS 202/0299-0306).

Un autre sondage, à l’Est du réservoir monumental du Sarapieion C et dans le même alignement que lui, a révélé l’existence d’une eschara, qui se présente comme une fosse quadrangulaire maçonnée dont les murs périphériques retiennent des remblais, datés de la fin du IIe siècle1. Dans cet autel se trouvaient des résidus sacrificiels mêlés à des cendres, mais aussi des pièces de monnaie et 38 empreintes de sceaux. Sur au moins cinq d’entre eux, on reconnaît un basileion (fig. 19 p. 543).



noeud d'isis pour séparateur


  1. Sur cet autel, voir H. Siard, BCH, 127, 2003, 504-509.
Bricault, Laurent (2008) : “Hélène Siard, ‘Rapport sur les activités de l’École française en Grèce en 2001, fouilles de Délos’, BCH, 126.II, 2002, 537-545”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/siard-2002/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour haut de page
Aller au contenu principal