Dietrich Willers & Lilian Raselli-Nydegger (éds), Im Glanz der Götter und Heroen. Meisterwerke antiker Glyptik aus der Stiftung Leo Merz, Mayence, 2003.

par

Parmi les nombreuses et très belles pièces de glyptique de la collection Leo Merz, on note cinq gemmes à type isiaque, dont deux sont inédites : une cornaline avec un buste de Sarapis à droite, enchâssée dans une bague en or du XIXe siècle de style Renaissance (n° 32 p. 80, deuxième ou troisième tiers du Ier siècle a.C.) et une tourmaline avec Sarapis trônant de face, enchâssée dans une bague en or du XXe siècle (n° 34 p. 80, IIIe siècle p.C.)1.



noeud d'isis pour séparateur


  1. Les trois autres pièces, déjà connues, sont une cornaline avec le buste de Sarapis de de face (n° 31 p. 80, première moitié du Ier siècle a.C.), un nicolo avec Sarapis trônant de face et posant la main droite sur Cerbère (n° 33 p. 80, Ier siècle p.C.), enfin une amandine présentant les bustes accolés de Sarapis et d’Isis (n° 151 p. 148, fin IIIe-début IIe siècle a.C.).
Bricault, Laurent (2008) : “Dietrich Willers & Lilian Raselli-Nydegger (éds), Im Glanz der Götter und Heroen. Meisterwerke antiker Glyptik aus der Stiftung Leo Merz, Mayence, 2003”, Ausonius éditions BIS I, [En ligne] https://una-editions.fr/willers-raselli-2003/ [consulté le 15 août 2021].

Menu @nubis 
(auteurs des ouvrages recensés)

Menu @nubis 
(auteurs des recensions)

Retour en haut
Aller au contenu principal