UN@ est une plateforme d'édition de livres numériques pour les presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine

Auteur : Veronica Cicolani

Laboratoire AOrOc UMR8546
Ecole Normale Supérieure de Paris
45 rue d’Ulm
F-75005 Paris
veronica.cicolani@ens.fr
0000-0003-0326-299X

nuage de mots Cicolani
La sphère des symboles protohistoriques est aussi complexe que celle du matériel, mais bien plus difficile à appréhender par l’archéologie. De l’Atlantique à la Mer Noire, on observe de nombreux traits communs au sein des communautés de l’âge du Fer.
Dédié à une éminente personnalité, Gabriel de Mortillet, cet ouvrage se donne pour ambition d’étudier les acteurs (hommes, institutions, collections, sites), les idées et les interactions de la préhistoire du second XIXe siècle afin de mieux en évaluer la production scientifique et par-là apprécier à sa juste valeur son héritage intellectuel et patrimonial.
Au cours de l’automne 2021, des prospections géophysiques ont pu être organisées par le CNRS, avec la collaboration de la Surintendance et la participation de l’Université de Milan, en Italie du Nord ciblant un site archéologique majeur pour l’étude des agglomérations préromaines : l’habitat à vocation artisanale de Villa del Foro.
Accès au livre Vix et le phénomène princier
En s’appuyant sur des données archéologiques récentes et les sources écrites, les auteurs de l’article proposent une analyse de l’organisation sociale du faciès occidental de la culture de Golasecca au cours du premier âge du Fer. Les transformations territoriales et sociales des communautés seront ici analysées en prenant en compte l’ensemble des facteurs internes et externes qui ont favorisé, au VIIe s. av. J.-C. et surtout au cours du siècle suivant, l’émergence du centre proto-urbain de Castelletto Ticino/Sesto Calende, avant les profondes modifications qui marqueront la transition vers le deuxième âge du Fer. Ce processus d’urbanisation s’accompagne en effet d’une transformation au sein de la société, où les signes de pouvoir propres au monde guerrier laissent la place à une structuration plus diversifiée qui puise son pouvoir et sa richesse dans les pratiques marchandes, les relations de clientélisme, et les contacts directs établis avec les partenaires commerciaux, les Étrusques en premier lieu.
Retour en haut
Aller au contenu principal