par

Glossaire des termes français

Acuminé

Se dit des feuilles dont l’extrémité a la forme d’une pointe.

Bassin

Structure pourvue d’un trou d’évacuation. Dans notre travail, les bassins sont destinés à la macération des glandes tinctoriales de murex dans le sel ou au rinçage des étoffes fraîchement teintes.

Billot

Structure cylindrique en granit destinée au concassage des murex.

Canalicule

Petit canal anatomique.

Chaudière

Cylindre maçonné enserrant dans sa partie supérieure une cuve en plomb. Dans la partie inférieure de cette chaudière se trouvait une chambre de chauffe destinée à chauffer le liquide tinctorial contenu dans la cuve.

Claviforme

Qui est en forme de massue.

Cuve

Structure n’étant pourvue d’aucun trou dans sa paroi. Dans notre travail, ce mot est généralement employé pour définir le contenant destiné à l’élaboration de la teinture pourpre.

Cuve à fermentation ou Vat-Dye

Le principe de la cuve à fermentation s’applique à l’indigo et à la pourpre. La substance tinctoriale est faite à base de corps organiques qui se putréfient après quelques jours dans l’eau. Cette putréfaction crée un ferment qui permet au colorant de se révéler.

Fermentation

Terme de chimie. Réaction spontanée, qui s’opère dans un corps d’origine organique par la seule présence d’un ferment, lequel n’emprunte ni ne cède rien au corps qu’il décompose.

Grana

La grana est un ensemble de femelles du coccus, séchées, ayant l’aspect de petites baies rouges et brillantes. La grana réduite en poudre sert ensuite à fabriquer une teinture rouge écarlate connue sous le nom de coccum en latin.

Kermès

Petite coque ronde et rouge que forme la femelle vivante du puceron dit coccus ilicis sur les feuilles, les tiges ou les branches d’une espèce de chêne nommé quercus coccifera L. Cette coque donne une belle teinture écarlate.

Labre

Bord externe d’une coquille univalve.

Mordant

En teinture, nom de tous les corps qui ont la propriété de s’unir avec ceux que l’on veut teindre, et d’en augmenter l’affinité pour les matières colorantes. Le mordant le plus utilisé était l’alun.

Mordançage

Opération nécessaire pour l’élaboration de certaines teintures (voir teinture à mordant).

Ombiliqué

Qui présente une dépression plus ou moins marquée en son centre.

Opercule

Terme de conchyliologie. Pierre calcaire ou cornée qui sert à fermer plus ou moins complètement l’ouverture de certaines coquilles univalves.

Pélagiens, pourpre pélagienne

Nom général donné par Pline l’Ancien pour définir les différentes sortes de murex.

pH

Symbole du coefficient d’acidité ou d’alcalinité d’une solution. Si le pH est supérieur à 7 la solution est basique, si le pH est inférieur à 7 la solution est acide.

Spire

Partie de certaines coquilles qui est formée par leur enroulement sur elles-mêmes.

Subapical

Placé un peu au-dessous du sommet.

Subfusiforme

Qui a presque la forme d’un fuseau.

Teinture à mordant

Teinture nécessitant un mordançage afin de révéler sa couleur. Le tissu destiné à être teint avec une teinture à mordant subit deux opérations : tout d’abord un bain de mordançage, généralement à l’alun, pour préparer le tissu et ensuite un bain dans la substance tinctoriale. Les teintures à mordant sont les plus nombreuses.

Teintures conchyliennes

Ces teintures sont uniquement mentionnées chez Pline l’Ancien. Elles étaient fabriquées avec du murex et des plantes tinctoriales. Elles étaient réputées pour leurs couleurs pâles.

Teinture de cuve

Teinture ne nécessitant pas de mordançage. Les teintures de cuve sont peu nombreuses et les plus connues d’entre elles sont la pourpre et l’indigo.

Tubercules

Se dit des protubérances creuses qui se voient sur la surface de certaines coquilles.

Glossaire des termes latins

Aenum

Nom donné à la cuve dans laquelle était fabriquée la substance tinctoriale

Blatta

La pourpre blatta apparaît dans les sources textuelles à partir du IIe siècle p.C. C’était la pourpre la plus chère. Son prix maximal fut fixé à 50 000 deniers la livre dans l’Édit du Maximum (24, 2).

Carminare

Carder. Cette opération consiste à démêler les fibres de la laine, à faire disparaître les inégalités et les nœuds.

Coccus

Kermès des teinturiers donnant une teinture de couleur rouge écarlate (le coccum). Celle-ci était presque aussi prestigieuse que la pourpre.

Conchylium

Désigne le coquillage en général et le coquillage à pourpre en particulier.

Creta argentaria

Support minéral servant à la fabrication du purpurissum. Celui-ci était composée de terre de diatomée (algue unicellulaire, marine ou lacustre, enfermée dans une coque siliceuse, formée de deux parties emboîtées) à laquelle étaient mélangés, entre autres, du sable, des substances organiques, du carbonate de calcium et de l’oxyde de fer.

Fornax

Four. Terme employé par Pline l’Ancien pour désigner le four qui chauffait, par un tuyau relié à un foyer lointain, la cuve qui contenait la substance tinctoriale.

Hysginum

Selon Pline l’Ancien (HN, IX, 140), l’hysginum est une teinture faite à base de murex et de kermès des teinturiers (coccus). Dans l’Édit du Maximum (24, 9-24, 12)l’hysginum désigne une pourpre végétale.

Medicamen

En teinture, suc par lequel la couleur est induite (TLL, s.v. medicamen, p. 531, infine). Le medicamen désigne le suc tinctorial du murex.

Ostrum

Désigne la substance contenue dans la glande tinctoriale du murex. Par extension, ce terme désigne une sorte de peinture faite à base de suc tinctorial de murex mélangé à du miel.

Pectere

Peigner. Le peignage de la laine est l’opération qui consiste à la débarrasser de ces dernières impuretés et de trier les fibres de façon à rendre la teinture plus facile.

Purpura

Ce mot désigne une couleur et toute espèce de textile teint en pourpre, en particulier la laine pourpre.

Purpura dibapha

L’adjectif dibapha désigne une étoffe ayant subi deux bains de teinture.

Purpurissum, Indicum purpurissum

Le purpurissum est une laque faite à base de creta argentaria qui subissait un bain de teinture pourpre. Il était utilisé en peinture ou en cosmétique comme fard à joues. L’indicum purpurissum était une espèce de mousse récoltée à la surface des cuves contenant la substance tinctoriale pourpre. Cette mousse était mise à sécher et servait en peinture comme succédané de l’indigo.

ISBN html : 978-2-38149-008-3
Livre
Posté le 16/12/2022
EAN html : 9782381490083
ISBN html : 978-2-38149-008-3
ISBN pdf : 978-2-38149-015-1
ISSN : 2741-1508
3 p.
Code CLIL : 4117 ; 3385
doi.org/10.46608/DANA4.9782381490083.24
licence CC by SA

Comment citer

Macheboeuf, Christine, “Glossaires”, in : Macheboeuf, Christine, Exploitation et commercialisation de la pourpre dans l’Empire romain, Pessac, Ausonius éditions, collection DAN@ 4, 2022, 273-275 [en ligne] https://una-editions.fr/glossaires-pourpre/ [consulté le 13/12/2022].
Accès au livre Exploitation et commercialisation de la pourpre dans l'Empire romain
Illustration de couverture • Hexaplex trunculus
(cl. C. Macheboeuf).
Publié le 16/12/2022
Retour en haut
Aller au contenu principal