Auteur : Christian Chevillot

“Villa Biberonna” – 1, Chemin de Saint-Saturnin
F-24650 Chancelade
c.chevillot@wanadoo.fr
+33-06 85 51 27 35

Christian Chevillot, docteur de l’université de Bordeaux-Montaigne, a fait sa carrière comme maître-imprimeur à l’Imprimerie des Timbres-Poste de Périgueux-Boulazac. Parallèlement, passionné d’archéologie depuis l’âge de 10 ans, il s’est spécialisé dans l’étude de la Protohistoire en Limousin, puis en Périgord depuis une cinquantaine d’années. Après son Doctorat d’Université de Bordeaux (1981) et son doctorat de troisième cycle (Bordeaux III), il va créer l’Association pour le Développement de la Recherche Archéologique et Historique en Périgord (1986) puis le Musée de Protohistoire et le Parc Archéologique de Beynac (1988). Il est chercheur associé de l’UMR CreAAH, unité 6566 du CNRS de l’université de Rennes I

Il est Président de l’ADRAHP (Association pour le Développement de la Recherche Archéologique et Historique en Périgord) et vice-président de l’ADA.

Ses principales activités de recherche concernent la protohistoire deu Limousin et surtout du Périgord depuis 1971 (du Néolithique aux Gaulois).

Avant tout chercheur de terrain, il se consacre à la prospection et à l’inventaire des sites protohistoriques du Périgord. Il a dirigé et dirige de nombreuses fouilles, organisé des expositions sur les Gaulois, des animations autour de l’archéologie expérimentale en France et en Europe et publié plusieurs centaines d’études scientifiques et d’ouvrages sur le Néolithique et les Âges des Métaux en Périgord et en Limousin.

Après s’être intéressé au Néolithique et à l’Âge du Bronze en Périgord, il poursuit ses recherches sur le second Âge du Fer et le peuple gaulois des Pétrocores. Après avoir fouillé sur l’oppidum de La Curade près de Périgueux (1973 à 1995), depuis 2012 il a repris des opérations archéologiques sur le site d’Ecornebœuf près de Périgueux (2012 à 2015). En juillet 2014 il fait la découverte de l’agglomération ouverte gauloise de La Peyrouse (Saint-Félix-de-Villadeix) où il mène des opérations de prospections et de fouilles. Depuis 2020 il codirige les fouilles du sanctuaire avec Eneko Hiriart.

Eléments de bibliographie :

CHEVILLOT C. (1981) : La civilisation de la fin de l’Âge du Bronze en Périgord. Le Bronze Final III. Du Xe au VIIIe siècles avant notre ère. Doctorat Université Bordeaux III, Coll. ARC, n° 1, Ed. Médiapress, Périgueux, 1981, 420 p., 200 pl. HT, 84 fig.

CHEVILLOT C. et COFFYN A. (1981) :L’Âge du Bronze en Périgord, 

Catalogue de l’exposition au musée du Périgord, 2 juillet au 17 octobre 1982.

 CHEVILLOT C. (1988) : L’Âge du Bronze en Périgord, Ed. de l’AMUSA, Parc Archéologique de Beynac, 1988.

 CHEVILLOT C. (1989) : Sites et cultures de l’Âge du Bronze en Périgord, Doctorat d’État, Université Bordeaux III, Coll. “Archéologies” n° 1, Ed. Vesunna, Périgueux, 1989, 2 volumes.

CHEVILLOT C. (1991) : L’Âge du Bronze atlantique. Ses faciès, de l’Écosse à l’Andalousie et leurs relations avec le Bronze continental et la Méditerranée, Actes du Ier colloque du Parc archéologique de Beynac, 1990, Ed. de l’AMUSA, Beynac, 1991.

CHEVILLOT C. (1992) :Le Parc archéologique de Beynac,  Ed. de l’AMUSA, Beynac, 1992.

CHEVILLOT C. (1997) : Journées d’Archéologie expérimentale du Parc de Beynac. Bilan des années 1996-97, Ed. de l’AMUSA, Beynac, 1, 1997.

CHEVILLOT C. (2003) : Faisons connaissance avec la Protohistoire.  Livret-pédagogique du Parc Archéologique de Beynac, Ed. de l’A.MU.SA., Beynac, 2003

FOUERE P., CHEVILLOT C., COURTAUD P ;, FERULLO et LERROYER C. (Dir.) (2006) : Paysages et peuplements. Aspects culturels et chronologiques en France méridionale, Périgueux, 2004, supp. n° 3, 2006, coédition ADRAHP et Préhistoire du Sud-Ouest

CHEVILLOT C. (2007) : “La broche à rôtir articulée de Port-Sainte-Foy. Un instrument privilégié des banquets de la fin de l’Âge du Bronze sur la façade atlantique”, in : Beyond Stonehenge, dir. C. Burgess, P. Topping et F. Lynch, Ed. Oxbow Books, Oxford, 2007.

FOUERE P., CHANCEREL A. et CHEVILLOT C. (2010) : Le Néolithique d’Aquitaine. De Néandertal à l’homme moderne, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, Ed. Confluences, juin 2010.

CHEVILLOT C. (2010) : L’Âge du Bronze en Aquitaine, “De Néandertal à l’homme moderne, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, Ed. Confluences, juin 2010.

CHEVILLOT C. (2011) : “Brantôme. Les origines. Du Néolithique à l’Antiquité/From the Stone Age to Antiquity”, in : Brantôme, histoire d’une cité, Ed. Les Amis de Brantôme, 2011.

CHEVILLOT C. (2013) : Sépultures gallo-romaines de la vallée de la Dronne, DAHP Suppl. 5.

CHEVILLOT C. (Dir.)  avec la collaboration de BENQUET L., EPHREM B., HIRIART E., LOIRAT D. et VIVAS M. (2017) : Ecornebœuf. La colline des Pétrocores. De Ouesona à Vesunna, ADRAHP Suppl. 7.   

et parmi plus de 420 articles dans les revues scientifiques locales, régionales et européennes :

CHEVILLOT C. (1997) : Les âges du Fer, CAG 24, 39-44, 2 cartes.

CHEVILLOT C. (1998) : “Un Parc archéologique à Beynac (Dordogne, France). Pourquoi faire?”, in : Actes del II Seminari Arqueologia i Ensenyament, Universitat Autónoma de Barcelona, Bellaterra, 12-14 novembre 1998, Traballs d’Arqueologia, 5, 99-113, 14 fig.

CHEVILLOT C. (1999) : “Dépôts de bronzes, pratiques de dépôt et occupation du sol en Périgord à l’Âge du Bronze (XXIIIe au VIIIe siècle av. J.-C.)”, Aquitania, t. 16, 7-30,  12 fig.

CHEVILLOT C. (2000) : Histoire du Périgord : Les premiers agriculteurs et métallurgistes, Ed. Fanlac, Périgueux, 44-69, 2 cartes.

CHEVILLOT C. (2000) : “Données sur l’économie végétale et animale au cours de la protohistoire en Périgord. Agriculture, élevage, et alimentation du Néolithique aux Gaulois”, DAHP, 15, 27-60, 22 fig.

CHEVILLOT C. (2001) : “Manifestations pariétales de l’Âge du Bronze en Périgord (Dordogne – France), Secondo convegno internationale di Archeologia rupestre”, in : Archeologie e arte rupestre. L’Europa – Le Alpi – La Valcamonica,  Atti del convegno di studi de Darfo Boario Terme, 2-5 Oct. 1997, Milan, 45-56, 12 fig.

CHEVILLOT C. (2002) : “L’habitat et l’occupation au sol à la fin de l’Âge du Bronze en Périgord (1150-800 av. J.-C.). L’émergence d’une élite aristocratique”, Bulletin Préhistoire du Sud-Ouest, n° 9, 1, 73-92, 13 fig.

CHEVILLOT C. (2003): “Ressources lithiques de la haute vallée de la Dronne (Dordogne). Premiers résultats sur leur exploitation et leur utilisation au Néolithique”, in : Table ronde internationale “Les Matières premières lithiques en préhistoire”, Aurillac, 20-22 juin 2002. Préhistoire du Sud-Ouest Numéro spécial 5, 103-111, 9 fig.

CHEVILLOT C. (2003) : Faisons connaissance avec la Protohistoire. Livret-pédagogique du Parc Archéologique de Beynac, Ed. de l’A.MU.SA., Beynac.

CHEVILLOT C. (2007) : “Le mobilier militaire romain du département de la Dordogne et du musée Vesunna”, DAHP, t. 22, 21-74,  44 fig.

 CHEVILLOT C. (2010) : “Identité de tracés géométriques pariétaux de l’Âge du Bronze du Périgord (Dordogne – France) et du Val Camonica (Lombardie – Italie)”, in : Actes du XXIe colloque de Spéléologie de Périgueux, juin 2006, Spelunca, Mémoires 34, 81-88, 8 fig.

Pétrequin, P., Cassen, S., Chevillot, C., Errera, M., Pailler, Y., Pétrequin, A.-M., Prichystal, A. : “La production des anneaux-disques alpins pendant les VIe et Ve millénaires av. J.-C. et le Mont Viso”, in : L’homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières, Bulles d’archéologie offertes à André Marguet, éd. Pierre-Jérôme Rey et Annie Dumont, Revue Archéologique de l’Est Suppl. 40.

CHEVILLOT C. (2014) : “Continuité des campagnes gauloises en moyenne vallée de la Dronne. L’héritage gaulois dans la Civitas des Pétrucores”, DAHP, t. 29, 95-136, 48 fig.

CHEVILLOT C. (2016) : “La Peyrouse, un nouveau bourg Pétrocore sur la voie gauloise Vesunna/Aginnum (Saint-Félix-de-Villadeix – Dordogne)”, DAHP, 31, 11-68, 63 fig.

CHEVILLOT C. (2017) : “Enquête sur la voie gauloise de long parcours de Ouesona à Aginnum. Le tracé de Vergt à La Peyrouse”, DAHP, 32, 195-216, 31 fig.

CHEVILLOT C. et COLIN A. (2018) : “L’empreinte protohistorique sur le site urbain”, in :  Gaillard, H. et Mousset, H. (2018) : Périgueux. t. 1, Notice générale, Ausonius Atlas Historique des Villes de France 53, 106-112.

CHEVILLOT C. (2018) : “L’éperon d’Ecornebœuf”, in :  Gaillard, H. et Mousset, H. (2018) : Périgueux. t. 1, Notice générale, Ausonius Atlas Historique des Villes de France 53, 56-60, 2 fig.

CHEVILLOT C. et HIRIART E. (2019) : “Les  opérations  archéologiques  menées  à  La  Peyrouse  (Saint- Félix-de-Villadeix – Dordogne) en 2019”, DAHP, 34, 85-116, 28 fig.

Publications dans les Documents d’Archéologie et d’Histoire Périgourdines de 2010 à 2020

Livre en préparation : 

CHEVILLOT C. et HIRIART E., dir. : L’agglomération gauloise ouverte de La Peyrouse à Saint-Félix-de-Villadeix (Dordogne). Parution prévue en 2022.

 

Ressources :

• Article du Journal Sud-Ouest Le mystère du “trésor du tombeau de Corneguerre (24)”

• Vesunna, interview de Christian Chevillot

   
Jusqu’à une période assez récente, le discours scientifique autour du phénomène d’urbanisation en Europe celtique s’appuyait principalement sur les oppida, grandes agglomérations fortifiées aux fonctions multiples (centres commerciaux, artisanaux, religieux). L’intérêt pour les oppida s’insère dans une tradition historique basée sur les fouilles de grands sites fortifiés de la période laténienne, comme Bibracte, Gergovie, Manching ou Titelberg.
Accès au livre La villa gallo-romaine de Montcaret (Dordogne). Une villa et son environnement dans le sud-ouest de la Gaule
Le site archéologique de Montcaret est constitué par la Pars urbana d’un vaste établissement romain. Il se compose de deux niveaux (Haut Empire et Bas-Empire), eux- mêmes subdivisés en plusieurs états. Le dernier état (Ve siècle p.C.) présente la plus grande salle basilicale de la région, un triclinium, une piscine et des mosaïques très bien conservées. Le site est réoccupé au Moyen-Âge par une église romane et une nécropole. Le site a été étudié dans son environnement diachronique et synchronique et la Pars agraria du domaine (située à proximité) a fait l’objet d’une recherche particulière. Les objets retrouvés lors des fouilles (Monnaies romaines et médiévales, céramiques romaines et médiévales, fragments architectoniques, Croix-reliquaire, sarcophages, sépultures de périnatals) ont fait l’objet d’études particulières menées chacune par des spécialistes et se trouvent aujourd’hui présentés dans l’espace muséal du site que l’on peut visiter. Le grand complexe architectural de Tarragone connu sous le nom de “Forum provincial” est l’un des monuments les plus emblématiques de l’époque impériale découverts dans les provinces romaines de l’Ouest. Partant de l’observation et de l’analyse de ses vestiges archéologiques et sous une forme jusque-là inédite, cette monographie propose une investigation détaillée des caractéristiques techniques et des processus de construction qui ont participé à l’érection des trois espaces du monument: le lieu de culte, la place de la représentation du conseil et le cirque.
Retour haut de page
Aller au contenu principal