Auteur : Eneko Hiriart

ArchéoSciences Bordeaux
Université Bordeaux-Montaigne
8, Esplanade des Antilles
F-33607 Pessac Cedex
eneko.hiriart@cnrs.fr
0000-0003-4379-3672
Eneko Hiriart

nuage de mots Hiriart

Eneko Hiriart est chercheur au CNRS (laboratoire Archéosciences Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne). Archéologue et numismate, il a dédié plusieurs livres et articles aux sociétés de l’Europe celtique, à l’économie et aux monnaies anciennes. Suite à son doctorat obtenu en 2014 à l’Université Bordeaux Montaigne, il réalise plusieurs contrats de recherche post-doctoraux à l’École Normale Supérieure (Paris) et à l’Université Aix-Marseille. Il a également été membre de la Casa de Velázquez (Madrid) entre 2016 et 2017.
Il a reçu le Prix de Thèse Gustave de Claussade (2016) ainsi que le Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette (2017). Ses recherches actuelles le conduisent à étudier l’apparition des premières villes d’Europe tempérée au IIIe s. a.C. Il porte plusieurs projets de recherche (Région Nouvelle-Aquitaine, Ministère de la Culture) et dirige des opérations archéologiques sur le site de La Peyrouse (Saint-Félix-de-Villadeix, Dordogne, France).



Bibliographie 

Ouvrages

 Articles (sélection)



La fondation de l’ancêtre de la commune de Saint-Félix-de-Villadeix, sur le site de La Peyrouse (©France Bleu, émission “Sur les traces de la Préhistoire”, mai 2021).


Les pièces de monnaie du site archéologique de La Peyrouse, à Saint-Félix-de-Villadeix (©France Bleu, émission “Sur les traces de la Préhistoire”, mai 2021).


Me racontez pas d'histoires !, avec J. Genechesi (©“Monnaie, Monnaies !”, mars 2021).


Monnaie de Celtes (©France Culture, Carbone 14, janvier 2019).


Akitaniako eta ipar Iberiar penintsulako txanpon-zirkulazioa Burdin Aroaren bukaeran (K.a. III-I mendeak) (KM Kulturuneak eta « Miguel de Aranburu » Gipuzkoako Historialarien Elkarteak antolatutako hitzaldia).


En Europe tempérée, les premières villes apparaissent plus tardivement que dans le monde méditerranéen. Elles se développent dans des contextes différents sur les plans économiques et politiques et selon des dynamiques qui leur sont propres. On a longtemps pensé que les oppida, habitats fortifiés de hauteur, qui émergent à la fin du IIe s. a.C. représentaient les premières villes du domaine celtique (plus précisément laténien).
Jusqu’à une période assez récente, le discours scientifique autour du phénomène d’urbanisation en Europe celtique s’appuyait principalement sur les oppida, grandes agglomérations fortifiées aux fonctions multiples (centres commerciaux, artisanaux, religieux). L’intérêt pour les oppida s’insère dans une tradition historique basée sur les fouilles de grands sites fortifiés de la période laténienne, comme Bibracte, Gergovie, Manching ou Titelberg.
Retour haut de page
Aller au contenu principal