Auteur : Marc Brosseau

Département de géographie
Université d’Ottawa
60 Université
Ottawa, Ontario
Canada
K1N 6N5
Marc.Brosseau@uottawa.ca
0000-0002-5568-4580
Marc-Brosseau

nuage de mots Brosseau
Marc Brosseau est professeur titulaire au département de géographie de l’Université d’Ottawa (Canada) où il enseigne depuis 1993. Docteur en géographie de l’Université Paris-Sorbonne, ses recherches portent sur divers aspects de la géographie sociale et culturelle.
Spécialiste internationalement reconnu de la géographie littéraire, il est l’auteur d’un ouvrage remarqué, Des romans-géographes (1996), et de nombreux articles et chapitres de livres (en français et en anglais surtout, mais aussi en italien, portugais et espagnol), il s’intéresse aux rapports multiples entre géographie et littérature.


Bibliographie sélective

  • Livres

Brosseau, Marc (2022) Tableau de la géographie littéraire. Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour / Université Nord-Aquitaine. À paraitre, automne 2022.

Brosseau, Marc (2011) Les manuels de géographie québécois. Images de la discipline, du pays et du monde 1800-1960. Québec, Presses de l’Université Laval. XVIII + 170 p.

Gilbert, Anne, Veronis, Luisa, Brosseau, Marc et Brian Ray (dir.) (2014) La frontière au quotidien. Expériences des minorités à Ottawa-Gatineau. Presses de l’Université d’Ottawa. 392 p.

Brosseau, Marc (1996) Des romans-géographes. Paris, L’Harmattan.

  • Chapitres de livres

 Brosseau, Marc (2022) « Reading literature, reading geography », in Alexander N. et D. Cooper (dir.) The Routledge Handbook of Literary Geography. London, New York, Routledge, Chapter 1, à paraître.

Brosseau, Marc (2022) « Les tribulations d’un défenseur de la liberté universitaire », in Gilbert, A., Prévost, M. et G. Tellier (dir.) Libertés malmenées. Chronique d’une année trouble à l’Université d’Ottawa, Montréal, Leméac, pp.181-206.

Brosseau, Marc (2021) « OTTAWA », Encyclopædia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ottawa/

Brosseau, Marc (2020) « Literature ». in Kobayashi, A. (dir.), International Encyclopedia of Human Geography, 2nd edition. vol. 8, Elsevier, pp. 185–191.

Brosseau, Marc (2019) « Espace ». in Bouloumié, Arlette (dir.) Dictionnaire Michel Tournier. Paris, Honoré Champion, pp.122-124.

Brosseau, Marc (2018) « L’espace de la critique ». in Bouvet, Rachel (dir.) Littérature et géographie, Montréal, Presses de l’Université du Québec, pp.9-28.

Brosseau, Marc (2017) « Second to none: literary geographies of second cities ». in Finch, J. Ameel, L. & M. Salmela dir. Literary second cities, New York, Palgrave-McMillan, pp.241-251.

Brosseau, Marc (2017) « In, Of, Out, With, and Through: New Perspectives in Literary Geography ». in Tally, R. T. dir. The Routledge Handbook of Literature and Space, Routledge, London, New York, Chapter 1, pp.9-27.

Brosseau, Marc et Pierre-Mathieu Le Bel (2016) « Chronotopic reading of Crime fiction: Montreal in La trace de l’escargot». in Fletcher, Lisa, dir. Popular Fiction and Spatiality: Reading Genre Settings. New York, Palgrave-Mcmillan,45-61

Tavares, David et Marc Brosseau (2016) “Equivocal Identity Politics in Multi-Cultural London” in Sandten, Cecile and Annika Bauer (dir.) Re-Inventing the Postcolonial (in the) Metropolis, Leiden/Boston, Rodopi (Cross Cultures Series), pp.33-53.

Brosseau, Marc (2015) « Acquis et ouvertures de la géographie littéraire ». in Dupuy Lionel et Puyo, Jean-Yves (dir.) De l’imaginaire géographique aux géographies de l’imaginaire, Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, pp.20-40.

Brosseau, Marc (2013) « ‘Une longue et aventureuse méditation sur la notion d’espace’ : l’esprit géographique dans Les Météores de Michel Tournier ». in Bouloumié, Arlette (dir.) Michel Tournier. La réception d’une œuvre en France et à l’étranger. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp.231-239.

Brosseau, Marc (2012) «Imaginaire des bas-fonds chez Bukowski», in Bédard, M. et Augustin, J.-P. (dir.) L’imaginaire géographique, un contrepoint à la réalité ? Perspectives, pratiques et devenirs périphériques. PUQ. 225-236.

Brosseau, Marc (2011) «L’espace littéraire entre géographie et critique». In Navarro Perdiñas, Blanca et Luc Vigneault (dir.) Après tout, la littérature. Parcours d’espaces interdisciplinaires. Québec, Presses de l’Université Laval, pp.31-53.

Brosseau, Marc (2007) « Geografia e literatura », in Lobato et Rosendahl (dir.) Literatura, Musica e espaço, Universidade Do Estado Do Rio De Janeiro, pp.17-77.

Brosseau, Marc (2007) « O romance: outro sujeito para a geografia», in Lobato et Rosendahl (dir) Literatura, Musica e espaço, Universidade Do Estado Do Rio De Janeiro, pp.77-121.

  • Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Brosseau, Marc (2020) « Street level writing: Los Angeles in the works of Charles Bukowski». Literary Geographies, 6 (1): 1-19. https://www.literarygeographies.net/index.php/LitGeogs/article/view/216

Brosseau, Marc (2017) « L’essai géographique : réflexion sur l’œuvre de Luc Bureau ». Cahiers de géographie du Québec. 61 (173) : 219-234.

Tavares, David et Marc Brosseau (2013) «The Spatial Politics of Informal Urban Citizenship: Reading the Literary Geographies of Toronto in Dionne Brand’s What We All Long For». Zeitschrift für Kanada-Studien, 33, no 1, p.9-33.

Gilbert, Anne et Brosseau, Marc (2011) «La frontière asymétrique : Franco-Ontariens et Anglo-Québécois dans la région de la capitale nationale». Le géographe canadien, 55, no 4, p. 470-489.

Brosseau, Marc (2010) «Sujet et lieu dans l’espace autobiographique de Bukowski». Cahiers de géographie du Québec, 54, no 152, p. 517-537.

Brosseau, Marc (2008) « The traps : Bukowski as interpreter of cornered lives », Anglia. Zeitschrift für Englische Philologie, vol.126, no 2, p. 380-396.

Brosseau, Marc (2008) « L’espace littéraire en l’absence de description : Un défi pour l’interprétation géographique de la littérature », Cahiers de géographie du Québec, vol. 52, no 146, p.419-437.

Brosseau, Marc et Pierre-Mathieu Le Bel (2007) Lecture chronotopique du polar : Montréal dans La Trace de l’escargot », Géographie et cultures, no 61, p. 99-114.

Brosseau, Marc et André Cellard (2003) « Un siècle de boires et de déboires : Hull aux prises avec son histoire et sa géographie », Cahiers de géographie du Québec, vol.47, no 130, p.7-34.

Brosseau, Marc (1997) « Géographie, pratiques discursives et ambiance postmoderne », Cahiers de géographie du Québec, vol. 41,  no 114, p.289-299.

Brosseau, Marc (1997) « Geografia e letteratura », Laboratorio di geograpfia e letteratura, no 1, p.63-98.

Brosseau, Marc (1995) « The city in textual form : Manhattan Transfer’s New York », Ecumene, vol.2, no 1, p.89-114.

Brosseau, Marc (1994) « Geography’s literature », Progress in Human Geography, Vol.18, no 30, p.  333-353.

La trajectoire de la géographie littéraire accompagne celle des multiples branches et courants de la géographie humaine. Longtemps marginal, le recours à la littérature est désormais une pratique courante en géographie.
Les rencontres de la géographie et de la littérature ou des géographes et des littéraires (ce qui ne revient pas au même) n’ont plus rien d’inusité. Après des départs timides à la faveur de tentatives isolées, de quelques appels non-entendus, le rapport à la littérature prend racine dans la pratique géographique au cours des années 1970.
Bibliographie générale de l’ouvrage.
J’ai formulé, en introduction, mon intention de brosser un tableau synoptique de la géographie littéraire. Au terme de cet exercice, le moment est venu de le contempler dans son ensemble et d’y apporter quelques petites touches finales.
Réfléchir à la représentation de l’espace dans la perspective des genres littéraires, comme nous venons de le faire au chapitre précédent, est une manière de relier la géographie dans le texte (lieux, trame spatiale, paysages) à la géographie qui pour ainsi dire l’entoure.
Au cours des vingt dernières années, la géographie littéraire a connu un processus de normalisation disciplinaire et de diversification de ses approches. Cette diversification se manifeste aussi sur le plan des genres littéraires étudiés.
Au sein des études géographiques, qu’elles recourent ou non aux œuvres littéraires, la thématique de l’imaginaire n’est pas nouvelle. Elle fait toutefois l’objet d’un intérêt renouvelé depuis une vingtaine d’années (Bailly, 1989 ; Sénécal, 1992 ; Debarbieux, 2003 ; 2015 ; Chivallon, 2008 ; Berdoulay, 2012 ; Bédard et al. 2012). Même à ses débuts, cette curiosité pour l’imaginaire est associée à une réflexion sur la littérature.
Depuis le milieu des années 1980, les géographes s’interrogent sur le sens, la légitimité et les implications de la postmodernité.
La géographie culturelle, il en a été question à la fin du chapitre précédent, a connu des transformations importantes au cours des années 1980 et 1990. Au sein de la géographie culturelle d’expression française, ces transformations ont été plutôt progressives et se sont déployées à la faveur d’introduction de nouvelles approches et de nouveaux objets.
La géographie littéraire connaît des développements fascinants. Les thématiques se multiplient, tout comme les approches pour les aborder. Ses origines sont aussi lointaines que celles de la géographie moderne, Humboldt et Vidal de la Blache y ayant consacré quelques pages. Les géographes de la grande tradition régionale ne lui ont accordé qu’une attention sporadique et somme toute ténue.
Pourquoi les géographes devraient-ils s’intéresser à la littérature de fiction ? Ne devraient-ils pas plutôt se contenter d’étudier la multitude des lieux réels que le monde met à leur disposition ?
Je tiens à remercier chaleureusement Vincent Berdoulay et Jean-Baptiste Maudet pour avoir accueilli ce livre dans la collection « Sp@tialités » qu’ils dirigent et pour les nombreux commentaires judicieux apportés à la première version du manuscrit.
Retour haut de page
Aller au contenu principal