Présentation de la deuxième partie.
Mises en scène – la fabrique polémique et rhétorique du scandale en France et en Europe

par

Ainsi qu’il l’a été dit, pas de scandale sans une rumeur qui s’incarne dans un ou plusieurs récits. Ce deuxième volet de l’enquête permet d’identifier des constantes dans la mise en intrigue du scandale, autrement dit des motifs et des procédés rhétoriques récurrents. Dans le cas – étudié par Ullrich Langer – du Discours au vray & en abbregé, de ce qui est dernierement advenu à Vassi, y passant Monseigneur le Duc de Guise, publié peu de temps après le massacre survenu en 1562, le récit présente l’association topique de la revendication de vérité (très présente aussi dans les pamphlets étudiés par Alexandre Goderniaux) et du discrédit de l’ennemi scandaleux. L’ennemi, ce sont ici les protestants auxquels le libelle attribue la grossièreté et les émotions du peuple, quand Guise se construit un ethos d’aristocrate magnanime. Autre trait caractéristique du récit scandaleux, la réticence à dire le péché, du fait, en particulier, de la peur d’une forme de contagion de la faute, crainte qui explique bien pourquoi le théâtre, ainsi que le rappelle Emily Butterworth, est condamné depuis Tertullien comme intrinsèquement scandaleux. Cette réticence à montrer le scandale, on la trouve – analysée par Mathilde Bernard – chez Léry lorsqu’il rend compte du crime des époux Pottard qui, encouragés par la grand-mère, ont mangé le corps de leur fille lors du siège de Sancerre en 1573. Il y a aussi, malgré cette réticence, la mise en scène spectaculaire du fait hors norme. Rebecca Legrand, comme Mathilde Bernard, insiste sur le recours à l’hypotypose qui donne à voir plutôt qu’à lire l’événement. Rebecca Legrand montre aussi comment le scandale se construit à partir d’histoires antérieures et comment il procède de la rencontre entre le passé et l’inédit. Il réveille en effet des récits et des souvenirs traumatiques : le massacre des Français restés dans le fort Caroline en Floride en 1564 ravive ainsi la mémoire du massacre des Innocents, des Vêpres siciliennes et de la Saint-Barthélemy. Dans cette lignée de récits de massacre, le meurtre des enfants fait partie des lieux communs particulièrement frappants du récit scandaleux. Mais le caractère exceptionnel de la sauvagerie des Espagnols procède aussi d’une forme de nouveauté qui s’exprime par un procédé constitutif de l’amplification, à savoir la comparaison. Les Espagnols sont plus sauvages que les Timucuas qui représentent une fascinante et radicale nouveauté et altérité pour les Européens.

On retrouve ces constantes dans les contributions d’Alexandre Goderniaux et Emily Butterworth qui portent respectivement sur les Pays-Bas Habsbourgeois et l’Angleterre élisabéthaine ; leurs analyses montrent en outre comment le récit s’adapte et se transforme en fonction des scènes politiques. Emily Butterworth révèle également avec finesse que l’effet produit par le scandale ne tient pas seulement à la « stratégie1 » de celui qui le met en scène, mais encore à la compréhension du public : Massacre à Paris de Marlowe a pu ainsi aussi bien conduire à la haine des catholiques qu’à celles des protestants français réfugiés en Angleterre.

Note

  1. Alexandre Goderniaux montre en effet la pertinence d’une approche stratégiste du scandale dans le cadre de ses analyses et pour fonder celle-ci se réfère à la mise au point faite sur cette approche dans : Cyril Lemieux et
    Damien de Blic, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, 71, 3, 2005, p. 9-38.
Posté le 07/01/2022
EAN html : 9791030008036
ISBN html : 979-10-300-0803-6
Publié le 07/01/2022
ISBN livre papier : 979-10-300-0805-0
ISBN pdf : 979-10-300-0804-3
ISSN : 2743-7639
2 p.
Code CLIL : 3387 ; 4024 ; 3388 ; 3345
10.46608/savoirshumaniste2.9791030008036.6
licence CC by SA

Comment citer

Perona, Blandine, “Présentation de la deuxième partie. Mises en scène – la fabrique polémique et rhétorique du scandale en France et en Europe”, in : Perona, Blandine, Moreau, Isabelle, Zanin, Enrica, éd., Fabrique du scandale et rivalités mémorielles en France et en Europe (1550-1697), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, collection S@voirs humanistes 2, 2022, 73-74 [en ligne] https://una-editions.fr/presentation-deuxieme-partie-scandale/ [consulté le 07/01/2022].

Au téléchargement

Contenu(s) additionnel(s) :

Illustration de couverture • D’après la gravure « Massacre d'un village d'Indiens par les Conquistadors » de Johann Theodor de Bry, in : Las Casas, Bartholomé de,Narratio regionum Indicarum per Hispanos quosdam devastattarum, 1598.
Retour haut de page
Aller au contenu principal