Type de document : Livre

Albertina Carri et Lucía Puenzo font partie de la même génération, celle de l’après-dictature qui est aussi celle du Nouveau Cinéma Argentin.
De Pénélope attendant Ulysse durant vingt années, à Marthe, femme de soldat qui succombe à l’infidélité dans le Diable au Corps de Raymond Radiguet, les femmes confrontées à l’absence de leur conjoint constituent une figure littéraire récurrente. Entre l’épouse vertueuse érigée en modèle et la femme adultère source de scandale, il existe bien des nuances qui incitent à dépasser cette approche réductrice.
Comme l’a bien souligné Sophie Cassagnes-Brouquet dans l’introduction de son livre Chevaleresses. Une chevalerie au féminin, les mots « chevaleresse » ou « chevalière » « existent au Moyen Âge, en latin comme dans les langues d’oïl et d’oc, non seulement pour désigner la femme d’un chevalier…
« Nous sommes à plaindre d’être venus au monde pendant ce choc […] quand nous serons ensemble, prépare-toi à être adorée continuellement » écrit Joseph Pierre de Gouvello à Émilie Picot de Dampierre en février 1793.
Le procès de Nicolas Fouquet est l’une des affaires qui a eu le plus fort retentissement sous le règne de Louis XIV. Il est le symbole de la chute d’un homme parvenu aux plus hautes charges du gouvernement du royaume, ayant amassé une fortune immense, disposant de réseaux de clientèle aux ramifications vastes.
En tant qu’anthropologue, j’ai mené depuis plusieurs années des recherches de terrain en Bretagne dans le Finistère sud, notamment à Concarneau, à Tregunc, à Audierne, au Guilvinec, à Douarnenez, à Camaret-sur-Mer, à Telgruc-sur-Mer, ainsi qu’au Conquet dans le Finistère Nord, auprès de pêcheurs côtiers et hauturiers, et de leurs épouses.
En définitive, le « temps suspendu » désigne avant tout, dans cet ouvrage, celui de la relation conjugale, que l’absence d’un des deux partenaires met entre parenthèses, en attendant un retour hypothétique.
Ces quelques lignes de Proudhon adressées à sa femme Euphrasie Piégard depuis la prison de la Conciergerie laisseraient supposer que l’absence maritale à laquelle la jeune femme et mère a dû faire face est liée à l’emprisonnement de son époux.
Les études menées sur les implications pour les femmes de l’absence des époux ont placé la responsabilité éducative parmi les pouvoirs féminins de l’absence.
Au XVIIIe siècle, dans la ville de Montréal qui compte tout au plus 4 000 âmes, le rythme des ménages est bien souvent dicté par l’absence de l’époux. Que ce soit pour la saison de la traite des fourrures…
La lettre est un genre hybride, difficile à définir et à appréhender. Tout en étant un objet de sociabilité, elle permet également à l’historien, comme le souligne Brigitte Diaz, de « pénétrer, comme par effraction, dans les coulisses du privé ».
Les archives bas médiévales attestent de nombreux cas de séparation géographique de couples et de la situation des femmes en l’absence de leur mari.
Retour haut de page
Aller au contenu principal