Vénus, née de la mer, allongée sur une coquille et entourée par deux Amours.
Vénus, née de la mer, allongée sur une coquille et entourée par deux Amours.

POURSUIVRE …

La fin du voyage approche…

Ce jeu de questions-réponses a rendu les enfants silencieux.

dessin de la grand-mère qui s'interrogeAlors, pour conclure, je leur demande : Et vous, les enfants, qui auriez-vous aimé être au temps de Pompéi ?

Ma question les laisse rêveurs. 

Nicolas déclare fièrement qu’il aurait voulu être ingénieur pour construire plein de machines.

Nicolas : Tu sais, pour les aqueducs et les châteaux d’eau, pour amener l’eau.

Ou alors tu aurais été aussi un peu architecte. Et toi Clémence ?

Clémence reste silencieuse. Et toi Ysatis ?

J’aurais été médecin ou chirurgien, déclare Ysatis, l’air très concentré.

dessin du petit garçon surprisNicolas : Mais ça ne se peut pas, les filles n’allaient pas à l’école à Pompéi.

Et qu’est-ce que l’on en sait ? C’est vrai que les médecins connus sont tous des hommes, mais alors tu aurais pu être sage-femme, c’est-à-dire assister les femmes au moment de la naissance de leur bébé, par exemple.

Louise depuis un moment se tortille sur sa chaise :

Louise : Et les filles pouvaient être marchandes ?

Bien sûr, mais qu’est-ce que tu aurais vendu ?

Louise la gourmande : Des gâteaux.

Alors tu aurais été boulangère et tu aurais peut-être fabriqué des galettes délicieuses. Et toi Clémence ?

Clémence : J’aurais voulu être une grande dame avec plein d’habits et de bijoux et j’aurais été la femme de l’empereur, comme cela tout le monde aurait été gentil avec moi.

Jeune femme en train de peindre
Jeune femme en train de peindre.

dessin du petit garçon espiègleL’idée fait rire les enfants et Nicolas brusquement se tourne vers moi. Et toi, tu aurais été quoi ?

Je n’hésite pas longtemps.

Je crois que j’aurais aimé être une femme-peintre, comme celle que l’on voit installée sur un siège en train de finir un tableau religieux, avec sa boîte de couleurs posée près d’elle. J’aurais fait des portraits de tas de gens. Cela aurait été passionnant de voir tant de têtes nouvelles, de faire des portraits ressemblants ! Vous savez bien que la photographie n’existait pas à l’époque. Evidemment, il y aurait eu des mécontents qui ne se seraient pas trouvé assez beaux, et puis aussi la difficulté d’avoir assez de clients pour gagner sa vie. Peut-être même que j’aurais essayé de peindre des fresques sur les murs. Mais, tout de même, je crois que j’aurais aimé vivre ainsi.

On décide alors de terminer la journée en se déguisant dans les métiers choisis.

Et vous, amis lecteurs, auriez-vous aimé vivre au temps de Pompéi ?

La mascotte Maia
Fontaine avec mosaïque et coquillages
Fontaine avec mosaïque et coquillages.

Avez-vous envie de continuer ce voyage ?

Alix Barbet vous propose de voir ou revoir des vidéos et écouter des podcasts sur Pompéi.  

Pompéi sur google earth
Google Earth, 2019.
portrait Alix Barbet

 

dessin d'avion Il ne vous restera plus qu’à prendre un billet d’avion pour Naples !


Une découverte incroyable et émouvante a été faite à Pompei (Italie) : deux squelettes dans un état de conservation remarquable, figés par les cendres.

• N. Boubetra, A. Mikoczy, M. Chiaraello, C. Gindre – France 3, France Télévisions.

Les derniers jours de Pompéi.

• Docu Mystère, 2013, France 5.

Comment enrayer l’un des plus grands sites archéologiques de la planète? Il y a un an, l’UE débloquait plus de 100 millions d’euros pour un plan de rénovation d’urgence des vestiges. Ce n’est pas la première fois que des subventions sont ainsi versées et pourtant les travaux n’avancent pas. Entre mafia et corruption, l’État italien a reçu un ultimatum de l’UNESCO.
Sujet de David Gilberg sur les principaux effondrements de vestiges.
Invitées : Alix Barbet, archéologue spécialiste des peintures romaines, elle travaille depuis plus de 40 ans sur le site de Pompéi. Clotilde Champeyrache, spécialiste des mafias et de l’économie du crime organisé.

• Grand Angle 64′,  2013, TV5 Monde.

Les équipes de France 2 ont été autorisées exceptionnellement à entrer dans le site archéologique de Pompéi, en Italie, pour visiter, avant la réouverture au public, plusieurs maisons romaines. Des habitations ensevelies sous la lave du Vésuve en l’an 79.

• France Télévisions, France 2 Édition du mercredi 19 février 2020, 13h.

Les équipes de France 2 ont été autorisées exceptionnellement à entrer dans le site archéologique de Pompéi, en Italie, pour visiter, avant la réouverture au public, plusieurs maisons romaines. Des habitations ensevelies sous la lave du Vésuve en l’an 79.

• France Télévisions, France 2 Édition du mercredi 19 février 2020, 13h.


Frédéric Pauvarel pour l’exceptionnel corpus photographique des fresques de la Villa des mystères. Kathleen Ferrier dirigée par Bruno Walter pour l’interprétation des Kindertotenlieder en 1954. L’espace entre les deux faces du vinyle est occupé par des sons construits à partir des Fragments instrumentaux de Contrapollinopolis (Ensemble Kérylos)… et par la contribution propre (!) de Linn Sondek/Audiocraft/Ortofon.
PSL villa diomède Villa de Diomède, Pompéi : la fabrique d’une villa romaine. • PSL Explore, Université de Paris.
En direct des grands chocs esthétiques de l’histoire des arts et de la culture, Mathilde Serrell est aujourd’hui en 1748, au moment des fouilles du roi Charles en Campanie (Italie), où l’on découvre Pompéi, ville romaine ravagée par l’éruption du Vésuve de 79. • “L’anachronique culturelle” par Mathilde Serrell, France Culture, 04/07/2019.
Week-end à Pompéi, petite station balnéaire. Les travaux de sauvegarde engagés à Pompéi depuis 2010 sont l’occasion de nouvelles découvertes. La ville antique, endormie pendant deux millénaires, fascine depuis son identification au 18e siècle. Puisqu’elle ne cesse de nous surprendre, partons en balade dans les ruelles de Pompéi. • “Le cours de l’histoire” par Xavier Mauduit, France Culture, 05/02/2021.

postface

visite de Pompéi
Les visites de Pompéi, d’Herculanum, de Stabies et du Musée Archéologique National de Naples sont vivement recommandées, à condition de bien les préparer car beaucoup de documents présentés ici ne sont pas facilement accessibles. Certains sont dans des réserves, ou dans des maisons fermées au public, ou seulement ouvertes à certaines heures : il vaut mieux se renseigner à l’avance. Enfin, éviter les mois torrides où les visiteurs sont aussi les plus nombreux.

Bibliographie

  • Barbet (A.), Conte-moi Stabies au temps de Pompéi, Ausonius junior, 2016.
  • Bulwer-Lytton (E.), Les derniers jours de Pompéi, rééd. livre de poche jeunesse, Paris, 2001.
  • Sienkiewicz (H.), Quo vadis, Livre de Jeunesse, Paris 2002.

Bandes dessinées

  • Les aventures d’Alix l’intrépide, par J. Martin.
  • Les aventures d’Astérix et Obélix, par Uderzo et Goscinny.

Films

  • Les derniers jours de Pompéi, de M. Bonnard et S. Leone, 1959.
  • Spartacus, de S. Kubrick, 1960.
  • Ben Hur, de W. Wyler, 1959.

Musées en France

Musées en Italie

CD-ROM

  • Pompéi, la colère du volcan, RMN
  • Pompéi, nature, sciences et techniques, Palais de la Découverte, Paris.

Remerciements

Tout d’abord, je sais gré à Pier Giovanni Guzzo, surintendant archéologue de Pompéi, à Stefano de Caro, directeur régional de la Campanie pour les biens culturels en 2004, et le Musée Archéologique National de Naples, d’avoir autorisé la reproduction d’images provenant des sites prestigieux de Campanie pour un jeune public dont les livres et aujourd’hui cette nouvelle version sont destinés.

Je suis toujours redevable à ceux, parents et amis, qui avaient bien voulu relire la première ébauche du livre : Juliette Barbet, Raymonde Colas, Emmanuelle Genevois, Constance Joly-Girard, Odette Lecompte, Florence Monier, Sarah Pervès, Chantal Sliman et aux enfants qui avaient bien voulu le tester : Paul Karamakuzhi, Yseult Martinez.

Je remercie également les auteurs des illustrations qui nous les ont prêtées gracieusement : Jean-Pierre Adam, Stéphane Compoint, François Ory, Chantal Rousselin, Maïté Delassasseigne, qui les a numérisées. Nous devons au talent de Stéphanie Vincent Guionneau et à son équipe, tout particulièrement la jeune Louise Bellot, la réalisation de ce transfert du livre en numérique, enrichi de mes photos en grand format et plusieurs vidéos. Un grand merci à Solène Vasseur, qui a imaginé de nouveaux personnages qui accompagnent désormais la collection B@lades.

La première édition de ce livre n’aurait pas pu paraître sans l’optimisme de Max Aubrun, directeur de l’Association des Publications Chauvinoises , qui, à l’époque, a pris le risque d’éditer la première édition de cette œuvre singulière. De même, le dynamisme des Ausonius Éditions et de ses directeurs successifs, Jérôme France et Olivier Devillers.

Que ceux que j’ai sollicités pour un avis et que j’ai oublié me pardonnent.

C'est ainsi que s'achève notre voyage.

 

Merci de nous avoir accompagné,
et à très vite pour de nouvelles b@lades 
en compagnie de Maïa !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Retour haut de page
Aller au contenu principal