logo PUPPA blanc

La science géographique en France
de Cassini à Humboldt
Une mutation hésitante

La science géographique en France
de Cassini à Humboldt
Une mutation hésitante

traduction et présentation par Paul Claval

Sommaire

Présentation,
par Paul Claval

Note sur la traduction,
par Paul Claval

Introduction

Les bases de la discipline remises en cause

Les trois niveaux de l’approche

L’articulation de l’ouvrage

Partie I. La chute de la géographie

Chapitre 1. La nature de la géographie du XVIIIe siècle :
la description cartographique et textuelle

La géographie décrit la terre

Les structures de la géographie du XVIIIe siècle

Une communauté géographique

La nature des textes géographiques produits par les géographes

La carte au XVIIIe siècle : mesure et érudition

Les grandes préoccupations de la géographie au XVIIIe siècle

Conclusion

Chapitre 2. La perte d’orientation et de statut de la géographie

Le sentiment de perte de sens chez les géographes de cabinet : Buache de la Neuville, Mentelle et l’École normale

Cassini IV et le déclin de la géographie de terrain

Conclusion

Partie II. Réactions et continuités

Chapitre 3. La description universelle

La nature fondamentale de la géographie universelle : l’approche de Strabon

La dégénérescence du genre

Malte-Brun ressuscite le genre

Une géographie universelle riche de théorie était-elle possible ?

Conclusion

Chapitre 4. La puissante métaphore cartographique

La nature de l’imagination géographique de Jomard

En déchiffrant l’Égypte

Cartographie et « exploration et découverte »

L’ethnographie cartographique

Les monuments de la géographie

Une bataille monumentale

Conclusion

Chapitre 5. La géographie comme servante du pouvoir

Les sources de la nouvelle relation entre la géographie et l’État

Le rôle de servante : la géographie militaire

Conclusion

Partie III. Innovation sur les marges

Chapitre 6. Expliquer le social

Introduction

Volney et sa géographie sociale et scientifique

Suggestions d’une géographie scientifique dans l’œuvre de Chabrol de Volvic

Adrien Balbi : le point de vue du géographe sur les statistiques sociales et l’ethnographie

Conclusion

Chapitre 7. Innovation dans la géographie naturelle

Introduction : géographie, géographie naturelle et histoire naturelle

Les innovations de Humboldt dans la recherche géographique

Conclusion

Chapitre 8. Une géographie historique rigoureuse

Le courant principal de la géographie historique

Lueurs d’innovation : le travail oublié et l’imagination de Jean-Antoine Letronne

Conclusion

Conclusion

Bibliographie

Mots clés de la publication : Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, Académie Royale des Sciences, Balbi, Barbié du Bocage, Bory de Saint-Vincent, Buache, bureau des longitudes, Cassini de Thury, Chabrol de Volvic, Collège de France, d’Anville, de Férussac, Dépôt de la guerre, École polytechnique, Père Jean François, géognosie, géographie militaire, Gosselin, histoire de la cartographie, histoire de la géographie, ingénieurs des ponts et chaussées, ingénieurs-géographes, Institut de France, Jacotin, Jomard, géographies universelles, Letronne, Malte-Brun, Mentelle, méthodologie critique et comparative, naissance des sciences sociales, Société de géographie de Paris, Société ethnologique de Paris, statistiques sociales, unité de la nature, Volney, Humboldt, Walckenaer,

Résumé •••

Ce livre met en évidence le profond changement que subit la nature de la géographie entre le XVIIIe siècle tardif et le milieu du XXe. Ceux qui se qualifient de géographes dans les années 1760 se consacrent presqu’exclusivement à la manière de décrire le monde et à ses fondements intellectuels. Au XVIIIe siècle, les publications géographiques représentent ce qui peut se voir et mesurer, et se caractérisent surtout par des géographies universelles, des manuels de lever de terrain et de cartographie et des cartes établies en comparaison de sources écrites ou graphiques. Mais le débat sur la dimension et la forme de la terre, entre les Cassini et les partisans de Newton, montre les limites de la représentation. La transition vers des préoccupations plus modernes est difficile, comme le prouvent la mauvaise réception du cours de géographie à l’École normale et le rejet du dernier rejeton de la famille Cassini par la science révolutionnaire et post-révolutionnaire. De cette phase date sans doute le courant hostile à toute théorie qui perdure plus d’un siècle dans la géographie française. Les guerres mobilisent la discipline durant une génération, la favorisent mais pèsent sur ses orientations. Les géographes de ce temps luttent pour donner un sens à leur monde à un moment où l’intérêt public s’oriente vers l’étude de la société et la planification spatiale, vers les interactions et interconnexions dynamiques et souvent invisibles entre les phénomènes naturels, et vers l’exploration des dynamiques des sociétés passées.

Abstract •••

This book highlights the profound change in the nature of geography between the late eighteenth century and the mid-twentieth century. Those who called themselves geographers in the 1760s were almost exclusively concerned with how to describe the world and its intellectual foundations. In the eighteenth century, geographical publications represented what could be seen and measured, and they were characterised above all by universal geographies, manuals of field surveying and cartography, and maps drawn by comparison with written or graphic sources. But the debate over the size and shape of the earth, between Cassini and Newton’s followers, showed the limits of representation. The transition to more modern concerns was difficult, as evidenced by the poor reception of the geography course at the Ecole Normale and the rejection of the last son of the Cassini family by revolutionary and post-revolutionary science. This phase undoubtedly gave rise to the current of hostility to all theory that persisted in French geography for over a century. The wars mobilised the discipline for a generation, encouraging it but also influencing its direction. The geographers of the time were struggling to make sense of their world at a time when public interest was turning towards the study of society and spatial planning, towards the dynamic and often invisible interactions and interconnections among natural phenomena, and towards the exploration of the environment.

Cet ouvrage a été soutenu financièrement par le laboratoire TREE
(TRansitions Energétiques et Environnementales), UMR 6031 de l’UPPA.

logo UPPA - TREE
Pau
Livre
EAN html : 9782353111633
ISBN html : 2-35311-163-7
ISBN pdf : 2-35311-164-5
ISSN : 2827-1882
Code CLIL : 3396
licence CC by SA
Licence ouverte Etalab
Illustration de couverture • peinture d'Izabella Godlewska de Aranda.

Comment citer

Godlewska, Anne Marie Claire, La science géographique en France de Cassini à Humboldt. Une mutation hésitante, Pau, PUPPA, Collection Sp@tialités 3, 2023, [en ligne] https://una-editions.fr/la-science-geographique-en-france-de-cassini-a-humboldt [consulté le 27/02/2024].

Dans la collection papier

L’imaginaire géographique.
Entre géographie, langue et littérature
,
par Lionel Dupuy, Jean-Yves Puyo, 2015
ISBN : 978-2-35311-060-5
Prix : 25 €

De l’imaginaire géographique aux géographies de l’imaginaire.
Écritures de l’espace
,
par Lionel Dupuy, Jean-Yves Puyo, 2015
ISBN : 978-2-353110-68-1
Prix : 15 €

Aménager pour s’adapter au changement climatique.
Un rapport à la nature à reconstruire ?
,
par Vincent Berdoulay, Olivier Soubeyran, 2015
ISBN : 978-2-35311-071-1
Prix : 18 €

De la spatialité des acteurs politiques locaux.
Territorialités & réticularités
,
par Frédéric Tesson, 2018
ISBN : 978-2-35311-087-2
Prix : 18 €

L’imaginaire géographique.
Essai de géographie littéraire
,
par Lionel Dupuy, 2019
ISBN : 978-2-35311-097-1
Prix : 18 €

Poésie des mondes scientifiques,
par Sonia Dheur, Jean-Baptiste Maudet, 2020
ISBN : 978-2-35311-115-2
Prix : 20 €

Retour en haut
Aller au contenu principal