Préparations et pratiques de consommation alimentaire chez les Hallstattiens :
l’apport de l’archéologie biomoléculaire

par

Introduction

Les substances organiques, parfois visibles sous forme d’encroutement de surface ou imprégnées dans les récipients céramiques, ne présentent aucune morphologie caractéristique en contextes archéologiques et sont uniquement accessibles à l’échelle moléculaire. Le développement des techniques de chimie analytique adaptées et la mise en place des méthodes d’extraction ont permis d’initier la caractérisation de résidus organiques préservés en archéologie, principalement au début des années 1990 (Binder et al. 1990 ; Evershed et al. 1994 ; Evershed et al. 1990 ; Heron et al. 1991). Parmi les biomolécules, les lipides sont relativement bien conservés en raison de la plus grande stabilité de leurs marqueurs moléculaires par rapport aux saccharides, protéines et à l’ADN. Bien que moins précis quant à l’identification de la nature des substances, ils peuvent être préservés au sein d’une plus grande diversité de contextes mais également dans la matrice argileuse des céramiques. La caractérisation des marqueurs lipidiques offre également l’opportunité d’étudier certains procédés issus d’une transformation anthropique dont font partie les préparations culinaires.

L’étude des substances organiques reste très réduite pour les sociétés du Premier âge du Fer centre-ouest européen (Frère et al. 2020 ; Garnier & Dubuis 2019 ; Rageot et al. 2019a ; Rageot et al. 2019b). Le cadre socio-économique des complexes de Vix-Mont Lassois et de la Heuneburg constitue un support favorable à une meilleure compréhension des dynamiques des pratiques de consommation au Hallstatt Final. Les deux sites témoignent, en effet, d’une complexité croissante des sociétés du nord des Alpes, notamment en ce qui concerne leurs structures sociales et territoriales (Brun & Chaume 2013 ; Krausse 2008 ; Krausse et al. 2016). Ces transformations sont révélées en particulier par le mobilier, les éléments architecturaux, les organisations intra-sites et leurs statuts associés (Chaume, 2013; Fernández-Götz, 2018; Krausse, 2008; Krausse et al. 2016). L’importance des importations découvertes au sein des deux complexes et des riches sépultures environnantes mais également les constructions d’inspiration méridionale de la Heuneburg témoignent de solides interactions avec la sphère méditerranéenne.

Dans un contexte marqué notamment par l’accroissement des échanges avec le sud des Alpes, il s’agit d’appréhender les pratiques de consommation intra site et d’aborder la question des influences méridionales. L’objectif est non seulement d’identifier les substances exploitées, mais également de préciser les usages et d’appréhender les réseaux d’échange liés à la circulation des denrées ou des pratiques alimentaires. Enfin, l’enjeu est de mieux caractériser les activités artisanales associées aux produits alimentaires en prenant en considération leurs systèmes de gestion (acquisition, stockage et préparation), mais également les espaces de production et de consommation afin de mieux évaluer le statut des producteurs et/ou consommateurs.

Démarche méthodologique

Afin de préciser les préparations et pratiques de consommation alimentaire, 232 récipients céramiques d’origine locale ou importés provenant des différents contextes d’habitat des complexes de Vix-Mont Lassois et de la Heuneburg (VIe et Ve siècle a.C.) ont été examinés. La démarche méthodologique s’est appuyée sur les analyses moléculaires et isotopiques des résidus organiques imprégnés dans les poteries qui ont été sélectionnées selon leur spécificité techno-typologique et le contexte archéologique (Fig. 1 a-b).

Formes céramiques et contextes d’étude.
Fig. 1. Formes céramiques et contextes d’étude.

Analyse des substances organiques

La démarche analytique, intégrant protocole d’extraction des substances organiques et les conditions d’analyse par GC-MS, a été détaillée précédemment (Rageot et al. 2019a ; Rageot et al. 2019b). L’extraction des lipides a été effectuée via solvants organiques en s’appuyant des protocoles établis (Debono-Spiteri et al. 2016 ; Mottram et al. 1999). Afin de cibler les composés carboxyliques à chaîne courte présents dans de nombreux fruits qui sont insolubles dans les solvants organiques, les échantillons ont été réextraits en suivant des protocoles spécifiques (Garnier & Valamoti 2016 ; Pecci et al. 2013).

L’identification des marqueurs moléculaires s’appuie sur des comparaisons avec les chromatogrammes et les spectres de masse de composés étalons analysés en laboratoire, publiés dans la littérature (Garnier et al. 2009 ; Helwig et al. 2008 ; Jacob et al. 2008 ; Regert 2011) et provenant de la librairie moléculaire NIST (édition 2014). Les substances organiques ne peuvent être étudiées avec la même résolution que celle des autres archéomatériaux inorganiques. Malgré une protection partielle de la céramique, cette matière organique imprégnée, est soumise aux processus d’altération qu’ils soient naturels ou anthropiques (préparations/cuissons). Il est donc nécessaire de discuter les résultats au regard des travaux expérimentaux (création de référentiels des substances organiques). Afin de mieux appréhender le taux de dégradation, variable en fonction du contexte d’enfouissement et de la nature des sédiments, il est également important de prendre en considération les études géochimiques.

Poteries et contextes d’études

Les critères de sélection du mobilier céramique de Vix-Mont Lassois et de la Heuneburg ont été définis dans le cadre du projet BEFIM (dir. Philipp Stockhammer) et détaillés précédemment (Mötsch et al. 2019b ; Mötsch et al. 2019c ; Rageot et al. 2019a ; Rageot et al. 2019b ; Schorer et al. 2019). 209 récipients céramiques produits localement et 23 importés de Méditerranée (principalement céramiques attiques) de différentes catégories techno-typologiques ont été classés selon leurs fonctions postulées (Bardel 2012, 2019 ; Mötsch et al. 2019a ; Mötsch et al. 2019b ; Mötsch et al. 2019 c; Rageot et al. 2019a ; Rageot et al. 2019b ; Schorer et al. 2019 ; Winkler & Rageot 2019). L’étude a notamment ciblé un large spectre du mobilier céramique dédié au service et à la consommation de boissons, mais également au stockage et aux préparations alimentaires.

Plusieurs contextes de la Heuneburg (Ha D1-Ha D3) et de Vix-Mont Lassois (Ha D2/D3) caractérisés par des statuts différents ont été considérés.

À la Heuneburg, pour le Ha D1 l’étude a porté sur le “Plateau”, centre de pouvoir du complexe, et sur des installations extérieures à vocation agricole et artisanale (Fernández-Götz 2018). La recherche a pu être étendue également à un autre contexte en partie à vocation artisanale bâti au début du VIs. a.C. en contrebas du “Plateau”, le “Vorburg”. Cette zone est ornée d’une porte d’entrée de style méditerranéen tout comme la nouvelle enceinte entourant le “Plateau” (Krausse et al. 2016).

Postérieurement à la conflagration qui vers 540/530 a.C. a partiellement détruit la Heuneburg (Ha D2-D3), la plupart des occupations extérieures sont abandonnées et de grands changements notamment d’un point vu architectural sont observés sur le “Plateau” (Krausse et al. 2016). Les fortifications de typologie méditerranéenne sont remplacées par un mur construit selon une méthode plus traditionnelle. C’est à cette phase (Ha D2-D3) que la plupart des importations méditerranéennes du site sont attribuées (Shefton, in Böhr & Shefton 2000 ; Sacchetti 2016) ainsi que le démarrage d’une production céramique locale façonnée au tour.

Pour le site de Vix-Mont Lassois (Ha D2/D3), le mobilier céramique étudié est issu des contextes du plateau (plateau St-Marcel et versant supérieur du plateau), des zones des fortifications (Les Renards et Champ Fossé) et de pleine (Le Breuil). L’occupation du plateau est généralement associée à un centre administratif et/ou à une “zone résidentielle” appelée «zone palatiale», notamment pour l’architecture ostentatoire de ses bâtiments à absides, la présence de poterie locale façonnée au tour et la céramique d’origine méditerranéenne particulièrement opulente (Bardel 2012 ; Chaume & Mordant 2011). Les sites localisés sur le versant inférieur du plateau (Les Renards et Champ Fossé) témoignent d’activités domestiques/artisanales (Ballmer et al. à paraître ; Chaume 2001 ; Schäppi et al. 2011 ; Winkler 2017 ; Winkler & Della Casa 2017 ; Winkler & Rageot 2019) et permettent d’intégrer à l’étude un large panel typo-technologique de céramiques locales. L’installation du Breuil (Ha D3 / Ha D3- LTA), proche des contextes funéraires et du sanctuaire au sud-est du Mont Lassois, offre les premiers aperçus d’une zone d’activité potentiellement beaucoup plus vaste (Chaume et al. à paraître). L’occupation est notamment caractérisée par la présence de céramiques façonnées au tour, une vaisselle prestigieuse et peu commune en dehors des contextes du plateau.

Résultats et discussion

Les résultats des analyses moléculaires des résidus organiques imprégnés au sein des poteries des sites de Vix-Mont Lassois et de la Heuneburg ont été détaillés précédemment (Rageot et al. 2019a ; Rageot et al. 2019b). Ils témoignent de la grande diversité des substances exploitées par les populations ouest-hallstattiennes. Ils permettent également de discuter la mobilité des biomatériaux, la fonction des poteries, les pratiques de préparation et de consommation alimentaires.

Exploitation de l’environnement local : denrées et préparations alimentaires

Une large exploitation des ressources naturelles probablement locales a pu être mise en évidence (graisses/huiles et cires animales ou végétales, céréales, produits fermentés). Les données sont complémentaires des résultats issus des études archéobotaniques (Berrio & Wiethold à paraître ; Rösch & Rieckhoff 2018 ; Rösch et al. 2009) et permettent d’enrichir nos connaissances concernant les ressources consommées pour leurs qualités nutritionnelles.

Parmi les produits d’origine animale, disponibles localement, l’identification de cire d’abeille témoignent d’une consommation très importante des produits apicoles dans les poteries locales Vix-Mont Lassois (environ 50 %) et de la Heuneburg (37 %). L’exploitation de telle quantité de cire suggère une gestion contrôlée des ruches, voire une domestication des abeilles. La cire a pu être utilisée dans le cadre d’un large panel d’activités artisanales/techniques (étanchéification, décoration, liants, lampes, moules associées à certaines productions métalliques) et de subsistances (pratiques alimentaires, soins corporels) (Bernardini et al. 2012 ; Evershed et al. 1997 ; Rageot et al. 2016 ; Regert et al. 2001). Les marqueurs moléculaires de la cire pourraient également constituer l’unique fraction organique préservée en contexte archéologique d’un miel peu/non filtré (décomposition rapide des saccharides dans les contextes étudiés). Ces données viennent compléter et confirmer l’importances des produits apicoles en contextes ouest hallstattiens, jusqu’alors principalement documentés par les analyses polliniques de vases en bronze des contextes funéraires de la Heuneburg, Hochdorf, Glauberg et
Niedererlbach (Rösch 1997 ; Rösch 1999 ; Rösch 2002 ; Rösch 2005 ; Rösch & Rieckhoff 2018 ; Vorwohl 1985) ou plus récemment à Lavau (Frère et al. 2020 ; Garnier & Dubuis 2019).

Les graisses animales (graisses sous cutanées de ruminants et non-ruminants et/ou produits laitiers) sont également identifiées de façon significative (32 % des récipients de la Heuneburg et 11 % à Vix-Mont Lassois). La présence de marqueurs de traitements thermiques des graisses animales (cétones asymétriques) a également été mise en évidence dans des poteries de la phase du Ha D1 de la Heuneburg témoignant de chauffes très importantes (>300°C) ou répétées dans les récipients à température plus modérée (Raven et al. 1997). La présence de ces marqueurs dans les céramiques à pâte grossière probablement utilisés pour les cuissons et/ou les stockages alimentaires suggèrent des préparations à haute température à base de viande. Leur identification, systématiquement associée aux marqueurs des produits laitiers, dans la poterie fine qui ne se prêtent pas à un traitement thermique intense est, en revanche, plus surprenante. Cette combinaison pourrait s’expliquer par la consommation dans les mêmes bols de produits laitiers et de viandes cuites/rôties ou, par la préparation de produits laitiers nécessitant un traitement thermique (chauffe répétée à température modérée des récipients).

Bien que les analyses moléculaires ne permettent pas toujours de caractériser précisément leur nature, les données obtenues témoignent cependant de la préparation et de la consommation de produits d’origine végétale. Sur les sites de Vix-Mont Lassois et de la Heuneburg, des produits issus de plante(s) oléagineuse(s), mais également de la cire pouvant provenir de fruits, légumes ou céréales ont été documentés. La consommation d’huiles ou de fruits extraits de plantes attestées par les données botaniques (lin, pavot, caméline, orge, millet, blé, seigle, lentilles, cerfeuil, pois et fèves), pourrait être proposée. L’exploitation importante de millet (rare céréale comportant un marqueur moléculaire stable et spécifique en concentration importante) a également pu être mise en évidence. Les produits dérivés des plantes de grande taille ont également été consommés, notamment à base d’écorce ou de sève de bouleau ou encore de la résine de Pinacée qui a pu être intégrée dans les préparations alimentaires (aromatisation ou préservation). Le goudron issu du traitement thermique de l’écorce de bouleau (brai), est en revanche généralement utilisé pour d’autres qualités. Des propriétés hydrophobes ont, en effet, été recherchées pour étanchéifier des grandes jarres sur le Plateau de la Heuneburg. La fonction de cette substance n’a cependant pas toujours pu être identifiée dans les autres contextes, au sein desquels d’autres usages (médicinal, colle de réparation/restauration de récipient, emmanchement d’outil) ne sont pas à exclure.

Enfin des marqueurs d’une production résultant probablement de la fermentation bactérienne d’un produit végétal (autre que viticole) ou éventuellement apicole ont été identifiés.

Circulation des produits organiques :
précision de la nature des échanges à longue distance depuis la Méditerranée

La circulation à longue distance de biomatériaux d’origine végétale a été documentée par la caractérisation de substances endémiques à la Méditerranée (huiles d’olive et produit viticole) dans des poteries importées mais également locales. Ces résultats témoignent donc de l’adoption de certaines pratiques de consommation qui pourraient avoir accompagné ces denrées. L’identification de vin rouge, dans les contextes du Hallstatt D1 de la Heuneburg témoignent d’une importation précoce de cette denrée, probablement antérieure aux amphores et aux céramiques méditerranéennes, les premières importations de poteries grecques étant datées au passage Ha D1/D2 (Shefton, in Böhr & Shefton 2000 ; Sacchetti 2016 ; 2021). Des réseaux d’échanges et de circulation spécifiques aux biomatériaux peuvent donc être envisagés.

Bien qu’il puisse être restreint à certains contextes et que son importation depuis des sphères lointaines témoigne de sa grande valeur, le vin (ou les produits viticoles) n’est pas une denrée rare dans les deux complexes (16 % and 18 % des poteries). Ce n’est cependant pas le cas de l’huile d’olive détectée uniquement, jusqu’à présent, sur le Plateau de Vix-Mont Lassois. Ce produit a été, en effet, retrouvé en contexte élitiste au sein de quelques récipients céramiques prestigieux (un cratère, une amphore attique et une bouteille façonnée au tour produite localement). D’autres usages que ceux relevant du domaine alimentaire ne peuvent être écartés. L’huile d’olive peut également avoir été utilisée pour des fonctions cosmétiques ou médicinales. Enfin, l’usage d’un produit rare et de grande valeur pourrait s’intégrer dans les procès de démonstration de pouvoir.

Fonction des poteries

Les coupes attiques ou locales (à pied et d’inspiration méditerranéenne) mais également les gobelets et les bols façonnés au tour sont généralement associés à une boisson bactério-fermentée issue d’un produit végétal ou apicole (présence de cires) et parfois, au vin.

Les bols de production locale façonnés à la main semblent correspondre à une vaisselle plus polyvalente. En effet, les graisses animales (notamment les produits laitiers mais également des graisses adiposes de ruminant) sont les principales substances identifiées. Elles sont souvent associées à de la cire d’abeille et au millet documentant un autre type de consommation alimentaire. Le contexte de la découverte et peut-être la forme du récipient pourraient également l’expliquer. En effet, les grands bols ne sont pas toujours adaptés à la consommation de boisson.

Les formes hautes et fermées en céramique fine associées au service et éventuellement au stockage de liquide ou semi-liquide (onochoés, amphores de table, pichets et bouteilles) sont très largement connectées aux boissons fermentées. Certaines spécificités apparaissent cependant : le vin semble très largement réservé aux onochoés et aux amphores attiques et les huiles et cires végétales sont les principales substances identifiées dans les pichets et bouteilles à pied façonnés au tour du Mont Lassois. La cire d’abeille, le millet et les produits d’origine animale (principalement laitiers) sont également détectés dans les formes hautes et fermées en céramique fine façonnées à la main.

L’étude du contenu des récipients utilisés pour le stockage et la préparation de denrées révèle également la présence de substances d’origine viticole. Dans 5 des 8 cratères attiques étudiés du site du Vix-Mont Lassois, le vin est généralement associé à une boisson bactério-fermentée issue d’un autre produit végétal voire apicole, mais également à de l’huile végétale et à de la résine de Pinacée. Une plus grande diversité de substances est cependant associée aux productions locales de grandes tailles et/ou à pâte grossière. Des quantités importantes de graisses animales (parfois chauffées) incluant des produits laitiers, des graisses sous-cutanées de non-ruminant, mais aussi des cires végétales et d’abeille, du millet et plus rarement des huiles végétales ont également été identifiées. Il est en revanche difficile d’évaluer si ces différents mélanges sont le résultat d’une réutilisation successive des récipients pour différentes denrées ou s’il s’agit d’un projet prédéfini aboutissant à une préparation/recette alimentaire. Les graisses animales et les huiles végétales ne semblent cependant que très rarement identifiées dans le même récipient que les boissons fermentées (dont le vin), suggérant une utilisation spécialisée des poteries de stockage/cuisson pour ces deux gammes de produits.

Pratiques de consommation

Diverses pratiques semblent apparaitre selon les espaces et périodes considérés, et parfois, selon le statut des consommateurs.

Concernant la Heuneburg, dans la première moitié du VIe siècle (Ha D1), la vaisselle à boire et les produits qui y sont consommés (notamment boissons bactério-fermentés, produits laitiers et dérivés de fruits dont le vin) sont accessibles au sein des trois grands contextes de la Heuneburg qu’ils soient à vocation artisanale (occupation extérieure et
“Vorburg”) ou considérés comme plus élitistes (Plateau). Ces données tendent donc à nuancer une distinction/hiérarchisation des pratiques de consommation des groupes selon les trois grandes aires du complexe à cette période. De plus, les pratiques peuvent être hétérogènes à l’intérieurs de ces contextes. En effet, dans une zone particulière du Plateau, une consommation privilégiée de denrées associant produits laitiers, millet, cire d’abeille et excluant les produits fermentés, a été mise en évidence.

À partir du dernier tiers du VIe siècle (Hallstatt D2-D3), une modification des pratiques de consommation est observée à la Heuneburg. Cette évolution est sans doute à mettre en relation avec les modifications dans l’organisation de la société, qui ont suivi aux évènements responsables de la destruction d’une grande partie du site vers 540/530 a.C. Un usage plus spécifique des formes basses et ouvertes contenant soit les boissons fermentées soit les produits laitiers (mais jamais les deux) est observé. Le vin n’est pratiquement plus détecté dans la céramique fine locale à la Heuneburg. À cette période, la même pratique est alors documentée sur le site de Vix-Mont Lassois. La consommation de vin semble alors, principalement réservée aux poteries grecques et très rarement aux prestigieuses poteries locales façonnées au tour qui apparaissent à la Heuneburg. Il est également important de noter que les céramiques attiques ne sont jamais associées à des produit d’origine animale (graisses animales ou produits apicoles). La consommation de produits bactério-fermentés (très probablement disponibles localement) dans les coupes attiques (généralement connectées à la consommation de vin en Méditerranée), pourrait, néanmoins, témoigner d’une réinterprétation des pratiques.

Au Hallstatt D2/D3, les contextes de hauteur des complexes de Vix-Mont Lassois et la Heuneburg, associés aux centres de pouvoir (plateaux et pentes supérieurs) sont principalement caractérisés par la consommation importante de boissons fermentées (vin et bactério-fermentées) et la présence d’huile végétale. En revanche, au sein des sites à vocation artisanale, localisés en contre-bas des plateaux (zone des remparts à Vix et “Vorburg” à la Heuneburg), une consommation plus importante de millet et de produits d’origine animale (et apicoles à Vix) est observée. La présence d’un produit viticole dans les grandes jarres de production locale associées au stockage ou aux préparations alimentaires provenant du contexte des Renards est donc très surprenante. Cette denrée importée a donc, soit été consommée directement sur le site par des artisans au statut important soit, stockée, voire transformée avant d’être consommée dans d’autres espaces du complexe et par d’autres groupes.

Au Ha D3 / Ha D3-LTA, le contenu des céramiques à boire provenant du site périphérique du Breuil révèle des pratiques qui se distinguent des autres contextes de Vix-Mont Lassois. La présence de graisses sous cutanées de ruminants dans une des bouteilles et d’un produit viticole dans la céramique fine locale combinée à l’absence de boisson bactério-fermentées est spécifique à ce contexte. Le vin est un nouvel élément de haute valeur mis à jour au Breuil qui s’ajoute à la découverte des poteries façonnées au tour. Une occupation du site légèrement plus tardive et/ou une localisation à proximité de la nécropole pourraient être avancées pour expliquer les pratiques spécifiques observées au Breuil. Elles impliqueraient un statut particulier du site ou une diffusion plus large de certaines productions conduisant à un changement de pratiques.

Espaces de productions et de stockages

L’identification d’une grande diversité de substances organiques met également en évidence plusieurs activités liées à leur exploitation. Elles peuvent impliquer des techniques plus ou moins spécialisées et une organisation spécifique au sein des communautés. Ces activités supposent notamment des systèmes de gestion spécifiques depuis l’approvisionnement jusqu’à la consommation en passant par des procédés de transformation. Sur les complexes de Vix et de la Heuneburg, ou dans un environnement proche, des systèmes d’extraction (huiles et cires), des traitements thermiques (chauffes/cuissons de végétaux, viandes, produits laitiers et apicoles) et des transformations biochimiques (produits fermentés) ont été employés.

Certains espaces peuvent être assimilés à des aires de stockages ou de préparation alimentaires. Ces activités sont révélées par la présence de grands récipients à pâte grossière contenant des denrées (graisses animales, millet, produits à cires végétales, apicoles et viticoles). Ces produits, souvent mélangés et parfois de grande valeur (importés), ont été mis à jour dans les contextes des Renards, à Vix, et certaines zones de l’occupation extérieure de la Heuneburg. L’emplacement des Renards, à proximité de la Seine et de la voie de communication menant au plateau, semble également privilégié pour le stockage et la transformation des ressources importées.

D’autres contextes du complexe de Vix-Mont Lassois révèlent également des témoignages de productions peut-être plus spécifiques. La concentration importante du millet au sein du contexte de Champ fossé, identifié dans toutes les formes céramiques, suggère une activité liée à la préparation de produits dérivés de cette céréale (boissons ou bouillies). Sur le Plateau, une boisson bactério-fermentée à base de plantes a très certainement été produite dans des formes céramiques hautes spécifiques et adaptées (corrodée sur l’encolure, cf. Rageot et al. 2019a). Les quantités très importantes d’orge retrouvées dans les mêmes contextes (Berrio & Wiethold à paraître) pourraient suggérer l’utilisation de cette matière première. Enfin, un contexte particulier du Plateau de la Heuneburg semble également être liés à un artisanat alimentaire spécifique. Une série de récipients incluant un large spectre techno-typologique est, en effet, régulièrement associée au même mélange de denrées (produit(s) laitier(s), millet et cire d’abeille) et parfois à des marqueurs de cuisson (productions laitières ?).

Les espaces dédiés à la production de goudrons végétaux, ou des produits dérivés de la ruche n’ont, jusqu’à présent, pas été identifiés. Une fabrication en dehors des agglomérations ou des zones d’habitats (à proximités des matières premières) pourrait l’expliquer. Ces pratiques sont en effet documentées pour les goudrons végétaux dans les régions méditerranéennes et pour les périodes postérieurs (Connan et al. 2002 ; Orengo et al. 2013 ; Trintignac 2003). Néanmoins, le stockage de brai de bouleau et éventuellement des traitements secondaires (mélange avec d’autres substances) pourrait être associés aux sites à vocation artisanale de la zone des remparts à Vix ou des occupations extérieurs de la Heuneburg.

Conclusion

Les recherches menées sur les résidus organiques imprégnés dans les céramiques des complexes de Vix et de la Heuneburg ont permis d’aboutir à une perception plus fine des pratiques alimentaires mais également des systèmes de gestion des substances qu’elles impliquent.

Les résultats obtenus ont mis en évidence une diversité des usages et une large exploitation des ressources naturelles disponibles localement (produits laitiers, graisses de ruminants et porcines, produits apicoles, huiles et cires végétales, millet, boissons fermentées, sous-produit du bouleau à base d’écorce ou de sève et résine de Pinacée). La circulation de biomatériaux d’origine végétale a également été mieux appréhendée. En effet, l’acquisition de produits d’origine méditerranéenne met en évidence des réseaux d’échanges qui peuvent éventuellement leurs être spécifiques. L’identification de vin et d’huile méditerranéenne dans des céramiques importées mais également locales témoigne de l’adoption de certaines pratiques de consommation qui pourraient avoir accompagnées les denrées. Parallèlement, la consommation de produits disponibles localement dans les céramiques grecques semble montrer une réinterprétation des pratiques.

L’examen comparé des différents contextes des complexes de la Heuneburg et de Vix-Mont Lassois met en lumière une diversité des pratiques selon le type de céramique mais également les statuts des sites et/ou des consommateurs. L’étude diachronique du site de la Heuneburg a permis d’observer une évolution des pratiques de consommation vers notamment une association plus spécifique des produits avec les poteries et/ou les espaces. Au Ha D2/D3, une distinction des pratiques entre les sites localisés sur les Plateaux et ceux sur les versant inférieurs sont observées à Vix et à la Heuneburg. Toutes les denrées ne sont pas ou plus accessibles sur l’ensembles des complexes. L’absence des produits d’origine animale dans les céramiques attiques témoigne du caractère plus exclusif de ces récipients importés.

Les recherches menées sur les substances organiques permettent donc d’obtenir de nouveaux marqueurs de pratiques sociales au sein de ces sociétés. Le développement des investigations intra- et inter-sites en contexte hallstattien centre-occidental apportera une plus grande résolution des productions et usages. Une diversification des investigations, ne se limitant pas uniquement aux contextes d’habitats des grands centres de pouvoir, permettra également d’évaluer plus finement ces pratiques au sein des sociétés centre-ouest européennes. Les contextes funéraires et leurs spécificités devront, par exemple, davantage intégrer ces réflexions. Afin de préciser les interactions et les échanges à longue distance, les résultats doivent être croisées plus systématiquement avec les contextes méditerranéens interconnectés avec les sites hallstattiens, mais également élargis sur l’axe est-ouest depuis les sites hallstattiens orientaux jusqu’à la façade atlantique.

Remerciements

L’auteur tient à remercier le Deutsches Bundesministerium für Bildung und Forschung (Ministère fédéral de l’éducation et de la recherche) qui a financé ses recherches dans le cadre de notre projet de recherche collaborative “BEFIM  Bedeutungen und Funktionenmediterraner Importe im früheisenzeitlichen Mitteleuropa”, dir. P. Stockhammer. Les réflexions et la synthèse de résultats présentées dans cet article, n’auraient pas été possible sans les nombreuses collaborations initiées dans ce projet. Que Angela Mötsch, Birgit Schorer, David Bardel, Alexandra Winkler, Federica Sacchetti, Bruno Chaume, Andreas Gutekunst, Sara Cafisso, Janine Fries-Knoblach, Leif Hansen, Roberto Tarpini, Philippe Della Casa, Dirk Krausse, Thomas Hoppe, Philipp Stockhammer et Cynthianne Spiter soient sincèrement remerciés.

Bibliographie

  • Ballmer, A., Schäppi, K. et Della Casa, P. (à paraître) : Les fouilles du “Champ Fossé” à Vix (Côte-d’Or). Campagnes 2009-2014.
  • Bardel, D. (2012) : Société, économie et territoires à l’âge du Fer dans le Centre-Est de la France. Analyse des corpus céramiques des habitats du Hallstatt D – La Tène A (VIIe-Ve siècle av. J.-C.), Thèse de doctorat, Université de Bourgogne.
  • Bardel, D. (2019) : “Analyse fonctionnelle et faciès de consommation de la vaisselle céramique dans le Centre-Est de la France à la fin du premier et début du Second âge du Fer (VIe-Ve siècle av. J.-C.)”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019.
  • Bernardini, F., Tuniz, C., Coppa, A., Mancini, L., Dreossi, D., Eichert, D., Turco, G., Biasotto, M., Terrasi, F., Cesare, N.D., Hua, Q. et Levchenko, V. (2012) : “Beeswax as Dental Filling on a Neolithic Human Tooth”, PLOS ONE, 7, 9, e44904.
  • Berrio, L. et Wiethold, J. (à paraître) : “Les macrorestes végétaux de Vix : synthèse des analyses carpologiques 1991-2014”, in : Chaume, éd. à paraître.
  • Binder, D., Bourgeois, G., Benoist, F. et Vitry, C. (1990) : “Identification de brai de bouleau (betula) dans le néolithique de Giribaldi (Nice, France) par la spectrométrie de masse”, RA, 14, 37‑42.
  • Böhr, E. et Shefton, B. B. (2000) : “Die griechische Keramik der Heuneburg”, in : Kimmig, éd. 2000, 1-41.
  • Brun, P. et Chaume, B. (2013) : “Une éphémère tentative d’urbanisation en Europe centre-occidentale durant les VIe et Ve siècles av. J.-C. ?”, BSPF, 110, 2, 319‑349.
  • Brun, P., Chaume, B., et Sacchetti, F., éd. (2021) : Vix et le phénomène princier, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 2016, Ausonius Éditions, collection DAN@ 5, Bordeaux.
  • Budd, P., Chapman, B., Jackson, C., Janaway, R. et Ottaway, B., éd. (1991) : Archaeological sciences. 1989. Proceedings of a Conference on the Application of Scientific Techniques to Archaeology, Bradford, september 1989, Oxford.
  • Chaume, B., éd. (à paraître) : Nouvelles données sur le complexe aristocratique de Vix/le mont Lassois et son environnement (campagnes 2011-2017).
  • Chaume, B. (2001) : Vix et son territoire à l’âge du fer. Fouilles du mont Lassois et environnement du site princier, Protohistoire européenne 6, Montagnac.
  • Chaume, B. (2013) : “Le complexe aristocratique de Vix/ le mont Lassois”, L’Archéologue : revue d’archéologie et d’histoire, 128, 52‑59.
  • Chaume, B. et Mordant, C., éd. (2011) : Le complexe aristocratique de Vix : nouvelles recherches sur l’habitat, le système de fortification et l’environnement du mont Lassois, Art, Archéologie et Patrimoine, Dijon.
  • Chaume, B., Nieszery, R. et Reinhard, W. (à paraître) : “Les fouilles du site du Breuil”, in : Chaume, éd. à paraître.
  • Cicolani, V., éd. (2020) [in press] : Mobility and Exchanges across the borders. How explore social processes in Europe during the Protohistory. UISPP XVIII° world congress 2018. Sessions XXXIV-IV&V, Paris.
  • Connan, J., Maurin, B., Long, L. et Sebire, H. (2002) : “Identification de poix et de résine de conifère dans des échantillons archéologiques du lac de Sanguinet : exportation de poix en Atlantique à l’époque gallo-romaine.”, RA, 26, 1, 177‑196.
  • Evershed, R.P., Arnot, K.I., Collister, J., Eglinton, G. et Charters, S. (1994) : “Application of isotope ration monitoring Gas Chromatography-Mass Spectrometry to the analysis of organic residues of archaeological origine”, Analyst, 119, 5, 909‑914.
  • Evershed, R.P., Heron, C. et Goad, L.J. (1990) : “Analysis of organic residues of archaeological origin by high-temperature gas chromatography and gas chromatography-mass spectrometry”, Analyst, 115, 10, 1339‑1342.
  • Evershed, R.P., Vaughan, S.J., Dudd, S.N. et Soles, J.S. (1997) : “Fuel for thought? Beeswax in lamps and conical cups from Late Minoan Crete”, Antiquity, 71, 274, 979‑985.
  • Fernández-Götz, M. (2018) : “Urbanization in Iron Age Europe: Trajectories, Patterns, and Social Dynamics”, Journal of Archaeological Research, 26, 117‑162.
  • Frère, D., Dodinet, E., Garnier, N. et Barbier-Pain, D. (à paraître) : “Biological exchanges in protohistoric Gaul: the case of the princely grave of Lavau”, in : Cicolani, éd. à paraître.
  • Garnier, N. et Dubuis, B. (2019) : “Looking for ancient wine as a gift for the Prince of Lavau, dépt. Aube (5th cent. BC)”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019, 193‑202.
  • Garnier, N., Rolando, C., Høtje, J.M. et Tokarski, C. (2009) : “Analysis of archaeological triacylglycerols by high resolution nanoESI, FT-ICR MS and IRMPD MS/MS: Application to 5th century BC–4th century AD oil lamps from Olbia (Ukraine)”, International Journal of Mass Spectrometry, 284, 1, 47‑56.
  • Garnier, N. et Valamoti, S.M. (2016) : “Prehistoric wine-making at Dikili Tash (Northern Greece): Integrating residue analysis and archaeobotany”, Journal of Archaeological Science, 74, 195‑206.
  • Helwig, K., Monahan, V. et Poulin, J. (2008) : “The identification of hafting adhesive on a slotted antler point from a southwest Yukon ice patch”, American Antiquity, 73, 2, 279‑288.
  • Heron, C., Chapman, B., Evershed, R.P. et Pollard, A.M. (1991) : “Glue, disinfectant and ‘chewing gum’ in prehistory”, in : Budd et al. éd. 1991, 325‑331.
  • Hessische Kultur GmbH., éd. (2002) : Das Rätsel der Kelten vom Glauberg. Glaube, Mythos, Wirklichkeit, Stuttgart.
  • Jacob, J., Disnar, J.-R., Arnaud, F., Chapron, E., Debret, M., Lallier-Vergès, E., Desmet, M. et Revel-Rolland, M. (2008) : “Millet cultivation history in the French Alps as evidenced by a sedimentary molecule”, Journal of Archaeological Science, 35, 3, 814‑820.
  • Karl, R. et Leskovar, J., éd. (2017) : Interpretierte Eisenzeiten. Fallstudien, Methoden, Theorie. Tagungsbeiträge der 7. Linzer Gespräche zur interpretierten Eisenzeitarchäologie, Studien zur Kulturgeschichte von Oberösterreich 47, Linz.
  • Kimmig, W., éd. (2000) : Importe und mediterrane Einflüsse auf der Heuneburg, Heuneburgstudien 11, RGF 59, Mayence.
  • Körber-Grohne, U., éd. (1985) : Die biologischen Reste aus dem hallstattzeitlichen Fürstengrab von Hochdorf, Gemeinde Eberdingen (Kreis Ludwigsburg). Hochdorf I, FBerBadWürt 19, Stuttgart.
  • Krausse, D., éd. (2008) : Frühe Zentralisierungs- und Urbanisierungsprozesse: zur Genese und Entwicklung frühkeltischer Fürstensitze und ihres territorialen Umlandes, Kolloquium des DFG-Schwerpunktprogramms 1171 in Blaubeuren, 9-11 Oktober 2006, Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg 101, Stuttgart.
  • Krausse, D. et Beilharz, D., éd. (2010) : “Fürstensitze” und Zentralorte der frühen Kelten: Abschlusskolloquium des DFG-Schwerpunktprogramms 1171 in Stuttgart, 12-15 Oktober 2009, FBerBadWürt 120, Stuttgart.
  • Krausse, D., Fernández-Götz, M., Hansen, L., Kretschmer, I. et Schmid-Merkl, C., éd. (2016) : The Heuneburg and the early Iron Age princely seats: first towns north of the Alps, Budapest.
  • Marion, S., Deffressigne-Tikonoff, S., Kaurin, J. et Bataille, G., éd. (2017) : Production et proto-industrialisation aux âges du fer : perspectives sociales et environnementales, Actes du 39e colloque international de l’AFEAF, Nancy, 14-17 mai 2015, Mémoires 47, Pessac.
  • Mötsch, A., Rageot, M. et Schorer, B. (2019a) : “Organic residues in pottery vessels from selected archaeological features of the Heuneburg: first results of a case study”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019.
  • Mötsch, A., Rageot, M., Schorer, B., Ballmer, A., Balzer, I., Bardel, D., Cafisso, S., Chaume, B., Casa, P., Fougère, F., Fries-Knoblach, J., Nieszery, N., Reinhard, W., Sachetti, F., Schäppi, K., Schreiber, S., Winkler, A., Zerrer, M., Hoppe, T. et Stockhammer, P.W. (2019b) : “Essen und Trinken am Mont Lassois in Burgund. Neue Erkenntnisse zu Bedeutungen und Funktionen lokaler und importierter Keramik in der frühen Eisenzeit”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019, 51‑112.
  • Mötsch, A., Rageot, M., Schorer, B., Gutekunst, A., Balzer, I., Cafisso, S., Fries-Knoblach, J., Hagmann, S., Hansen, L., Jacobs, L., Patrizi, G., Schreiber, S., Tarpini, R., Gijn, A., Zerrer, M., Hoppe, T., Krausse, D., Spiteri, C. et Stockhammer, P.W. (2019c) : “‘Mediterran genießen’. Zum Gebrauch lokal hergestellter und importierter Keramik auf der Heuneburg im Spiegel von Nahrungsrückstandsanalysen”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019, 113‑210.
  • Mottram, H.R., Dudd, S.N., Lawrence, G.J., Stott, A.W. et Evershed, R.P. (1999) : “New chromatographic, mass spectrometric and stable isotope approaches to the classification of degraded animal fats preserved in archaeological pottery”, Journal of Chromatography A, 833, 2, 209‑221.
  • Orengo, H., Martínez, J.M., Ejarque, A., Miras, Y. et Riera, S. (2013) : “Pitch production during the Roman period: An intensive mountain industry for a globalised economy?”, Antiquity, 87, 802‑814.
  • Pecci, A., Ontiveros, M.Á.C. et Garnier, N. (2013) : “Identifying wine and oil production: analysis of residues from Roman and Late Antique plastered vats”, Journal of Archaeological Science, 40, 12, 4491‑4498.
  • Rageot, M., Mötsch, A., Schorer, B., Bardel, D., Winkler, A., Sacchetti, F., Chaume, B., Casa, P.D., Buckley, S., Cafisso, S., Fries-Knoblach, J., Krausse, D., Hoppe, T., Stockhammer, P. et Spiteri, C. (2019a) : “New insights into Early Celtic consumption practices: Organic residue analyses of local and imported pottery from Vix-Mont Lassois”, PLOS ONE, 14, 6, e0218001.
  • Rageot, M., Mötsch, A., Schorer, B., Gutekunst, A., Patrizi, G., Zerrer, M., Cafisso, S., Fries-Knoblach, J., Hansen, L., Tarpini, R., Krausse, D., Hoppe, T., Stockhammer, P.W. et Spiteri, C. (2019b) : “The dynamics of Early Celtic consumption practices: A case study of the pottery from the Heuneburg”, PLOS ONE, 14, 10, e0222991.
  • Rageot, M., Peche-Quilichini, K., Py, V., Filippi, J.-J., Fernandez, X. et Regert, M. (2016) : “Exploitation of Beehive Products, Plant Exudates and Tars in Corsica During the Early Iron Age”, Archaeometry, 58, 2, 315‑332.
  • Raven, A.M., van Bergen, P.F., Stott, A.W., Dudd, S.N. et Evershed, R.P. (1997) : “Formation of long-chain ketones in archaeological pottery vessels by pyrolysis of acyl lipids”, Journal of Analytical and Applied Pyrolysis, 40‑41, 267‑285.
  • Raven, A.M., van Bergen, P.F., Stott, A.W., Dudd, S.N., Evershed, R.P., Charters, S. et Leyden A. (1995) : “Formation of long-chain ketones in archaeological pottery vessels by pyrolysis of acyl lipids”, Tetrahedron Letters, 36, 8875‑8878.
  • Regert, M. (2011) : “Analytical strategies for discriminating archeological fatty substances from animal origin”, Mass Spectrometry Reviews, 30, 2, 177‑220.
  • Regert, M., Colinart, S., Degrand, L. et Decavallas, O. (2003) : “Chemical alteration and use of beeswax through time : accelerated ageing test and analysis of archaeological samples from various environmental contexts”, Archaeometry, 43, 549‑569.
  • Rösch, M. (1997) : “Pollenanalysen an einem eisenzeitlichen Gefäßinhalt aus einem keltischen Fürstengrab am Glauberg in Hessen”, Germania, 75, 543‑550.
  • Rösch, M. (1999) : “Evaluation of honey residues from Iron Age hill-top sites in southwestern Germany: Implications for local and regional land use and vegetation dynamics”, Vegetation History and Archaeobotany, 8, 105‑112.
  • Rösch, M. (2002) : “Der Inhalt der beiden Bronzekannen”, in : Hessische Kultur GmbH., éd. 2002, 119‑120.
  • Rösch, M. (2005) : “Pollen analysis of the contents of excavated vessels – direct archaeobotanical evidence of beverages”, Vegetation History and Archaeobotany, 14, 3, 179‑188.
  • Rösch, M. et Rieckhoff, S. (2019) : “Alkohol in der Eisenzeit. Anmerkungen aus botanischer und archäologischer Sicht”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019, 101‑112.
  • Rösch, M., Sillmann, M., Ehrmann, O., Liese-Kleiber, H. et Voigt, R. (2010) : “Landnutzung im Umkreis der Zentralorte Asperg, Heuneburg und Ipf. Archäobotanische Untersuchungen und Modellberechnungen zum Ertragspotential des Ackerbaus”, in : Krausse & Beilharz, éd. 2010, 196‑223.
  • Sacchetti, F. (2016) : “Transport amphorae in the West Hallstatt zone: reassessing socio-economic dynamics and long-distance Mediterranean exchange in western Central Europe in the Early Iron Age”, Oxford Journal of Archaeology, 35 (3), 247-265.
  • Sacchetti, F. (2021) : “Le “phénomène princier” et les importations méditerranéennes entre approches théoriques et données archéologiques : essai de modélisation des contacts à longue distance dans l’intérieur européen”, in : Brun et al., éd. 2021, 311-335.
  • Schäppi, K., Ballmer, A. et Della Casa, P. (2011) : Campagne triennale 2009-2011 de l’Université de Zurich, Abt. Ur- und Frühgeschichte, au mont Lassois. Rapport d’activité du PCR Vix et son Environnement 2009-2011. Université de Bourgogne, Dijon.
  • Schorer, B., Rageot, M. et Mötsch, A. (2019) : “Vessels from old excavations at the Heuneburg: new evidence for their functional interpretation”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019, 47‑60.
  • Spiteri, C., Gillis, R., Roffet-Salque, M., Castells, L., Guilaine, J., Manen, C., Muntoni, I., Segui, M.S., Urem-Kotsou, D., Whelton, H., Craig, O., Vigne, J.-D. et Evershed, R. (2016) : “Regional asynchronicity in dairy production and processing in early farming communities of the northern Mediterranean”, PNAS, 113, 48, 13594‑13599.
  • Stockhammer, P.W. et Fries-Knoblach, J., éd. (2019a) : In die Töpfe geschaut: biochemische und kulturgeschichtliche Studien zum früheisenzeitlichen Essen und Trinken, Leiden.
  • Stockhammer, P.W. et Fries-Knoblach, J., éd. (2019b) : Was tranken die frühen Kelten? Bedeutungen und Funktionen mediterraner Importe im früheisenzeitlichen Mitteleuropa, Internationale Konferenz Kloster Weltenburg 28/04-01/05/2017, Leiden.
  • Trintignac, A. (2003) : “La production de poix dans la cité des Gabales (Lozère) à l’époque gallo-romaine”, RAP, 1, 2, 239‑248.
  • Vorwohl, G. (1985) : “Quantitative honigkundliche Untersuchungen am Sediment des Hochdorfer Mischkessels und an heutigem Honig”, in : Körber-Grohne, éd. 1985, 126‑128.
  • Winkler, A. (2017) : “Status des Handwerks und des Handwerkers in der Späthallstattzeit. Eine Überlegung am Fallbeispiel der Grabung eines Handwerksareals am Mont Lassois (Burgund, Frankreich)”, in : Karl & Leskovar, éd. 2017, 151‑162.
  • Winkler, A. et Della Casa, P. (2017) : “Une zone artisanale hallstattienne sur le site princier de Vix (Côte-d’Or) au lieu-dit Les Renards. Bilan intermédiaire”, in : Marion et al. éd. 2017, 693‑700.
  • Winkler, A. et Rageot, M. (2019) : “Neue Forschungen am Mont-Lassois (Vix, Burgund): Ein späthallstattzeitliches Handwerksareal. Zur Kontextualisierung von Importwaren”, in : Stockhammer & Fries-Knoblach, éd. 2019, 273‑286.
ISBN html : 978-2-35613-382-3
DANA_5
Posté le 20/07/2021
EAN html : 9782356133823
ISBN html : 978-2-35613-382-3
Publié le 20/07/2021
ISBN livre papier : 978-2-35613-360-1
ISBN pdf : 978-2-35613-359-5
ISSN : 2741-1508
9 p.
Code CLIL : 4117 ; 3385
DOI : 10.46608/DANA5.9782356133823.15
licence CC by SA

Comment citer

Rageot, Maxime “Préparations et pratiques de consommation alimentaire chez les Hallstattiens : l’apport de l’archéologie biomoléculaire”, in : Brun, Patrice, Chaume, Bruno, Sacchetti, Federica, éd., Vix et le phénomène princier, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 2016, Pessac, Ausonius éditions, collection DAN@ 5, 2021, 259-268, [en ligne] https://una-editions.fr/preparations-et-pratiques-de-consommation/ [consulté le 23 juillet 2021].

Au téléchargement

Contenu(s) additionnel(s) :

Accès au livre Vix et le phénomène princier
Illustration de couverture • Vix en 3D (©Jochen Stuhrmann, Hambourg) ; Char de Vix (©Jochen Stuhrmann, Hambourg).
Retour haut de page
Aller au contenu principal