UN@ est une plateforme d'édition de livres numériques pour les presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine

Collection : Nemesis_1

La question des processus d’urbanisation en Celtique méditerranéenne est assurément l’un des points de différence majeur avec le reste du monde celtique, tant du point de vue des réalités archéologiques que de l’historiographie.
En Europe tempérée, les premières villes apparaissent plus tardivement que dans le monde méditerranéen. Elles se développent dans des contextes différents sur les plans économiques et politiques et selon des dynamiques qui leur sont propres. On a longtemps pensé que les oppida, habitats fortifiés de hauteur, qui émergent à la fin du IIe s. a.C. représentaient les premières villes du domaine celtique (plus précisément laténien).
Le sujet de cet article peut paraître paradoxal : il est bien connu par les textes littéraires, avant tout par Hérodote, ainsi que par des données archéologiques, que les Scythes étaient nomades. Pour les Grecs, c’était la caractéristique principale de leur culture et de leur mode de vie : ils se déplaçaient constamment avec leurs troupeaux.
Our original intention was to present the state of research on open agglomerations in the territory of the Czech Republic besides the site of Němčice which is generally known and which is presented separately in the present proceedings.
On a parfois recherché en Italie des modèles pour les formes urbaines qui se répandent en Gaule.
La timide apparition des agglomérations au cours du IIIe s. a.C., avant leur spectaculaire développement au cours du siècle suivant semble assez symptomatique d’une série de changements qui affectent la société celtique durant La Tène B2 et La Tène C1.
In temperate Europe, the rise of the urban phenomenon comes later than in the Mediterranean world and follows different dynamics. The oppida, developed from the end of the 2nd century BC, were long considered the first cities in temperate Europe.
La géophysique est utilisée en archéologie depuis plusieurs dizaines années et les exemples illustrant l’apport de ces techniques sont maintenant assez courants. Les sites de l’âge du Fer, qu’ils soient funéraires ou d’habitat, du Premier ou du Second âge du Fer ne font pas exception à la règle.
Depuis une cinquantaine d’années, l’archéologie cherche à développer des méthodes permettant la reconnaissance extensive des sites complexes et/ou de grande étendue. La fouille ne pouvant répondre seule à toutes les interrogations des chercheurs sur ce type de sites, l’utilisation de prospections non destructives prend alors tout son sens.
Le phénomène des grandes agglomérations ouvertes, à vocation artisanale, agricole ou commerciale du IIIe s. a.C. du monde celtique européen semble faire partie d’un modèle spécifique de l’occupation du territoire des communautés en plein essor démographique et économique.
For more than a decade, the University Research Institute for Iberian Archaeology at the University of Jaén has been developing a line of research focused on the study of conflict scenarios related to the Second Punic War.
Retour en haut
Aller au contenu principal